Aller au contenu principal

Foire : éleveurs et acheteurs privilégient le circuit court

Acheteurs et éleveurs étaient au rendez-vous, lundi 18 mars à Pruniers-en-Sologne durant la troisième édition de la foire aux bestiaux organisée par la Société départementale d’agriculture de Loir-et-Cher.

Une dizaine de bovins allaitants et cinq éleveurs étaient présents pour la troisième édition de la foire aux bestiaux organisée par la Société départementale d’agriculture de Loir-et-Cher (SDA 41) à Pruniers-en-Sologne. Cette foire, qui s'est tenue lundi 18 mars, est l’occasion pour éleveurs comme acheteurs de revenir aux traditions avec des négociations qui se font sur place. C’est un pacte gagnant-gagnant avec une plaque, signe de reconnaissance d’une viande locale pour le boucher et un prix parfois plus élevé pour l’éleveur. « Il faut conserver cette tradition qui permet de favoriser la communication entre les acheteurs et les éleveurs. Les acheteurs sont friands de bêtes à plaques, c'est un vrai plus pour les consommateurs. Au niveau des éleveurs, il y a un petit supplément d’en moyenne 50 centimes par kilo lors de la vente », affirme Frédéric Jaffré, éleveur bovin allaitant à La Marolle-en-Sologne et à l’initiative du retour de cette foire aux bestiaux.

Un accord gagnant-gagnant

Après une longue négociation, une poignée de main permet de sceller l’accord et également de créer des liens pour l’avenir. « Cela fait trois ans que je participe à la foire aux bestiaux et c’est la troisième année consécutive que je trouve un accord avec le même acheteur. C’est ici qu’on l’a découvert et il revient chaque année. C’est une foire qui permet de créer des liens », assure Fabrice Vannier, éleveur à Chaon.

Même sentiment du côté de l’acheteur, Jérémy Pactat, chef frais au Carrefour Market de Lamotte-Beuvron : « Chaque année, on trouve un accord. C’est du gagnant-gagnant. C’est important pour nous de travailler avec des produits locaux, dont la viande, et c’est aussi ce que recherchent nos clients ». Avec Pâques qui arrive à grand pas, l’animal acheté « sera prêt pour l’occasion, car nous avons une grande demande à cette période de l’année », assure l’employé du supermarché.

Décider son prix

Ce type d’événement permet aux éleveurs d’avoir plus de pouvoir sur la décision de leurs prix. « On ne va pas gagner énormément plus, mais c’est le seul endroit où l'on décide du prix », affirme Fabrice Vannier. Une bouffée d’oxygène pour des éleveurs bovins allaitants qui connaissent un contexte difficile sur leurs exploitations avec des charges toujours élevées. « Même si les céréales baissent actuellement, ce n’est pas encore le cas sur les aliments qui n’ont pas énormément baissé. Nous sommes en plein dans l’effet ciseaux et il va falloir faire attention, car cela va être très compliqué pour certains éleveurs », explique Frédéric Jaffré.

Un événement apprécié des éleveurs

Avec désormais une foire aux ­bestiaux au nord du département et une autre au sud, le Loir-et-Cher renoue avec les traditions. « Nous sommes contents. Les éleveurs jouent le jeu et on remarque que ces foires intéressent tous les acteurs de la filière », précise Jacky Pelletier, président de la SDA 41. Philippe Gouet, président du Département, était présent avec d’autres élus locaux lors de la visite officielle. Il a affirmé : « On a la chance d’avoir de très bons éleveurs locaux et c’est grâce à vous que ce type d’événement perdure. Il faut continuer dans ce sens ». Le Département participe au financement de ce type de manifestation, notamment en prenant en charge les frais vétérinaires obligatoires.

Le soleil était présent tout autant que les curieux pour cet événement qui a permis aux éleveurs d’entrevoir une légère éclaircie dans l’avenir de leur filière.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Philippe Girardot.
« Entretien des jachères en Seine-et-Marne : une seule et même date d’interdiction pour tout le département, du 10 mai au 1er juillet »
Le président de la commission faune sauvage de la FDSEA 77, Philippe Girardot, explique l'harmonisation les dates d’…
Marc Langé quitte la présidence de l'AIEL.
Irrigants : « J'ai annoncé que je me retirais de la présidence de l'AIEL »
L'assemblée générale de l'Association des irrigants d'Eure-et-Loir (AIEL) s'est déroulée le 25 mars à Chartres. Le point…
À La Boissière-École (Yvelines), le 14 mars. La responsable d'élevage de la Ferme de la Tremblaye, Bérénice Giot, a largement participé à la conception des nouveaux bâtiments de l'atelier bovin.
Ferme de la Tremblaye : une révolution opérée grâce aux nouveaux bâtiments
Au confins de l'Eure-et-Loir et des Yvelines, la Ferme de la Tremblaye a déménagé tout son cheptel bovins dans des bâtiments…
À Chaingy (Loiret), jeudi 14 mars. La FNSEA 45 a organisé une rencontre
pour mettre à l'honneur la filière orge brassicole.
Du grain d'orge à la bière, les coulisses d'une réalité agricole
À l'occasion de la Saint-Patrick, la FNSEA du Loiret a mis en lumière la filière orge brassicole. Rendez-vous était donné à la…
[VIDÉO] Arnaud Rousseau réagit après le congrès FNSEA
À l'issue des trois jours de congrès qui se sont achevés par un discours du ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau, jeudi 28…
« Betteraves 2024 : des semis sous pression »
Jean-Philippe Garnot, président de la CGB* Île-de-France, alerte sur l'absence de solutions face à la jaunisse virale de la…
Publicité