Aller au contenu principal

Fonds d'urgence pour l'agriculture bio : 40 000 euros pour le Loir-et-Cher

Le ministre de l'Agriculture a annoncé le 1er mars dernier un plan de soutien à l'agriculture biologique avec un fonds de soutien de 10 millions d'euros. L'enveloppe allouée en Loir-et-Cher est de 40 000 euros. Les exploitations en difficulté peuvent demander à bénéficier d’une aide, avant le 31 mai.

© Illustration

Le secteur de l’agriculture biologique rencontre de grandes difficultés en raison notamment du recul de la consommation des produits bio. Afin d’accompagner les exploitations en agriculture biologique risquant la déconversion, voire la faillite, un fonds d’urgence doté d’une enveloppe nationale de 10 millions d’euros est mis en place pour apporter une aide d’urgence aux exploitations les plus en difficulté. Pour le Loir-et-Cher, l’enveloppe disponible est de 40 000 euros. L’aide de trésorerie sera forfaitairement de 3 000 euros.

Demande à faire avant le 31 mai

Les exploitants considérant être dans une situation justifiant le bénéfice de cette aide doivent adresser avant le 31 mai une demande d’aide à la DDT par courrier à DDT de Loir-et-Cher, SEADR, 31 mail Pierre-Charlot 41000 Blois. Le formulaire de demande et son annexe « de minimis » sont disponibles en téléchargement sur le site de la préfecture. L’instruction, la priorisation et l’identification des dossiers bénéficiaires de l’aide débuteront à compter de cette date.

Éligibilité

Pour être éligible au dispositif, l’exploitation agricole doit détenir un certificat « agriculture biologique » au titre de 2023, ou à défaut 2022 ; tirer au moins 80 % de ses recettes d’activités agricoles du mode de production biologique ; ne pas bénéficier d’une aide à la conversion à l’agriculture biologique (CAB) sur plus de 10 % de sa SAU ; ne pas avoir atteint son plafond pour les aides de minimis agricoles.

Pour rappel, le plafond des aides de minimis est de 20 000 euros sur trois exercices fiscaux successifs (l’exercice en cours et les deux précédents). Par exemple, le crédit d’impôt bio et les exonérations de cotisations sociales comptent parmi les aides de minimis.

Critères de priorisation

Afin de respecter le montant de l’enveloppe budgétaire disponible pour le Loir-et-Cher, des critères de priorisation pourront être appliqués. Seront notamment priorisées : les exploitations dont l’activité est consacrée en totalité à l’agriculture biologique ; celles qui n’ont pas bénéficié d’une aide au maintien de l’agriculture biologique (MAB) en 2022 ou d’une CAB sur plus de 10 % des surfaces ; celles qui comptent un associé installé depuis moins de cinq ans.

Précision

L’aide est réservée aux exploitants agricoles à titre principal, aux Gaec, EARL et personnes morales ayant pour objet l’activité agricole et détenues à 50 % ou plus par des exploitants agricoles à titre principal.


+ d'infos :

Pour toute information, contacter la DDT à ddt-calam@loir-et-cher.gouv.fr ou Vincent Colson au 02.54.55.75.82.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Vendredi 9 février, à Chartres. Bertrand Petit (à d.) a présidé la 78e assemblée générale de la FNSEA 28.

La FNSEA 28 dresse un premier bilan des actions en assemblée générale
La 78e assemblée générale de la FNSEA d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 9 février à Chartres. L'occasion de faire le point…
Blocus de Paris : les agriculteurs font le siège sur l'A10 [VIDÉO]
Initialement installés à Longvilliers pour tenir le blocus de Paris, les agriculteurs ont progressé jusqu'à Janvry où ils ont été…
Les dernières mobilisations ont permis d'obtenir des avancées.
Synthèse des avancées obtenues
140 points et mesures ont été demandés par la FNSEA et JA. Voici un résumé en douze points des avancées obtenues et des mesures à…
Sur l'A1, une centaine de tracteurs des agriculteurs de la FDSEA et des JA Val-d'Oise et Oise « tiennent la position » sur l'aire de Chennevières depuis lundi midi. Une opération escargot s'est tenue mercredi 31 janvier sur les routes secondaires. Ils devaient être rejoints par les agriculteurs du Nord mercredi et jeudi.
Acte 2 : le siège de la capitale
À la suite des « annonces insignifiantes » du Premier ministre et à son « attitude désinvolte » à l’égard des agriculteurs…
Mercredi 24 janvier, de nombreux agriculteurs ont rejoint des supermarchés, dont notamment le Leclerc de Blois, pour échanger avec les consommateurs et mettre des étiquettes sur les produits alimentaires créant une concurrence déloyale.
La mobilisation des agriculteurs s’intensifie en Loir-et-Cher
Les deux syndicats agricoles, FNSEA 41 et Jeunes agriculteurs de Loir-et-Cher, continuent leurs actions sur le territoire…
Publicité