Aller au contenu principal

Intempéries
Gel : Julien Denormandie annonce un dispositif exceptionnel

Après les gelées qui ont détruit de très nombreuses cultures, le ministre de l'Agriculture a rendu visite aux betteraviers du sud Essonne, mercredi 14 avril.  

Quelques jours après les épisodes de gel qui ont anéanti de nombreuses cultures, le ministre de l'Agriculture a apporté son soutien aux betteraviers et plus généralement aux producteurs de grandes cultures. Mercredi 14 avril, c'est sur l'exploitation de Vincent Imbault, à Saint-Escobille (Essonne) que Julien Denormandie est venu constater les dégâts et annoncer le soutien de l'État.

« Ici, j'avais semé 18 hectares de betteraves. Certains pieds ont pris le gel immédiatement, d'autres continuent de dépérir de jour en jour. En résumé, tout est par terre », déplore l'agriculteur essonnien qui devra ressemer très rapidement avec de grosses craintes à la clé.

Car si la coopérative à laquelle Vincent Imbault adhère, Cristal Union, a annoncé quasi immédiatement la gratuité des semences pour les ressemis, cet épisode ne sera assurément pas sans conséquence.

À Saint-Escobille, Vincent Imbault a été touché de plein fouet par la jaunisse l'an passé et a vu son rendement descendre à 40 t/ha. « Je ressème mais je prends le risque de tout perdre une nouvelle fois si la jaunisse revient », souffle l'agriculteur désemparé.

37197.jpg
Le président du groupe Cristal Union, Olivier de Bohan et le président de la CGB, Franck Sander étaient présents pour sensibiliser le ministre à l'impact du gel sur les betteraves et les enjeux d'un resemis.

Attentif au récit, Julien Denormandie a assuré avoir pris la mesure de l'ampleur des événements et expliqué aux agriculteurs et aux organisations professionnelles son souhait de mettre sur pied à la fois des mesures de court et de long terme.

« Un fonds exceptionnel d'indemnisation est en cours de création afin d'apporter une réponse qui soit à la hauteur de cet événement, que je qualifie de plus grande catastrophe agronomique de ce début de XXIe siècle. Le régime des calamités agricoles sera activé et déplafonné mais toutes les cultures n'y sont pas éligibles. Ce fonds complémentaire viendra donc en appui, notamment pour les grandes cultures. Nous définirons le contour de ce dispositif dès que le bilan définitif des pertes pourra être établi. Mes équipes y travaillent jour et nuit ».

Et le ministre ne s'arrête pas là. Julien Denormandie pose en effet sur la table la question de l'assurance climatique.

37198.jpg
Avec les organisations professionnelles agricoles franciliennes, le ministre a évoqué la nécessité de créer un dispositif reposant sur la solidarité nationale.

« Cela fait quinze ans que le problème est posé sans qu'il n'y ait eu de réponse satisfaisante apportée. Tant que le risque est supporté par le monde agricole seul, cela ne marchera pas. Il faut répartir ce risque sur la solidarité nationale, affirme le ministre. C’est un dispositif inédit qu’il faut inventer, qui pourrait s’appuyer sur la perte de résultat au niveau de l’exploitation en regardant par exemple l’évolution de l’EBE ».

Une proposition accueillie favorablement par les agriculteurs présents à l'heure où seules 30 % des exploitations de grandes cultures françaises souscrivent à une assurance multirisque climatique.

Plusieurs mesures d'urgence

Avant la mise en place du fonds exceptionnel annoncé par le ministre de l'Agriculture, le gouvernement a annoncé une première série de mesures urgentes pour soutenir les agriculteurs sinistrés : une année blanche de cotisations, un dégrèvement de la taxe foncière sur le non-bâti, un fonds d’urgence alloué aux préfets pour un soutien immédiat aux exploitations les plus en difficulté et une avance forfaitaire aux agriculteurs basée sur la perte de chiffre d’affaires mensuel. Le Premier ministre a également demandé l'accélération des travaux de réforme de l’assurance récolte et a annoncé le doublement de l’enveloppe du Plan de relance dédiée à la protection contre les aléas climatiques.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité