Aller au contenu principal

Inauguration de la distillerie d’huiles essentielles MillyPPAM

La nouvelle distillerie d’huiles essentielles de la coopérative MillyPPAM a été inaugurée jeudi 23 novembre.

Si la Cuma MillyPPAM distille des plantes depuis 2019, la nouvelle distillerie d’huiles essentielles installée dans un nouveau bâtiment à l’entrée de Milly-la-Forêt (Essonne) n’est entrée en fonction qu’au printemps dernier.

Son inauguration officielle s’est déroulée jeudi 23 novembre en présence des partenaires et soutiens de la Cuma qui ont permis au projet d’aboutir. En 2023, 21 tonnes d’huiles essentielles à 0,8 de densité ont été produites avec des cultures de 18 variétés différentes provenant de plus de 200 hectares (1 à 50 hectares par exploitation).

Le nouveau bâtiment est bâti sur un terrain qui appartenait à la famille Darbonne, qui valorise depuis cinq générations les plantes aromatiques commercialisées sous le nom de Darégal.

L’aventure de cette Cuma a débuté en 2017 à la suite des travaux de l’Association pour le développement des plantes médicinales et aromatiques à Milly-la-Forêt (Adepam) qui souhaitait redynamiser cette filière locale et historique. Les travaux on été menés avec le Conservatoire des plantes à parfum, médicinales et aromatiques et de nombreux partenaires alors que la filière était presque éteinte.

Aujourd’hui la Cuma MillyPPAM compte trente exploitations essonniennes et seine-et-marnaises qui se sont diversifiées dans la production de plantes aromatiques et médicinales. Les plants sont fournis par des horticulteurs d’Île-de-France.

En 2020, le groupe d’exploitants agricoles décide de bâtir un bâtiment. C’est le début d’un long parcours marqué par la crise Covid, puis par le conflit ukrainien qui a fait bondir les coûts de 30 %. « C’est grâce à l’effort collectif de tous que le projet a abouti », souligne le président de la Cuma et agriculteur à Tousson, Thomas Palfroy.

La nouvelle unité, classée ICPE, fonctionne de mai à septembre. Le lavandin représente 75 % des surfaces traitées. Son huile ainsi que celles du fenouil et du thym sont destinées à la cosmétologie fine, l’industrie agroalimentaire et l’aromathérapie. En parallèle, des marchés de niche (menthe poivrée, camomille…) en bio sont développés sous forme de petites fioles commercialisées en direct sous la marque Millysens. L’étendue de la gamme produite est possible grâce à la diversité des exploitations agricoles.

Le produit fini est stocké dans des contenants de 5 à 1 000 litres, dans le noir à température stable.

Le projet a remporté un appel à projets ouvert dans le cadre du Plan de relance et intitulé Structuration des filières agricoles et agroalimentaires, qui a couvert 24 % de l’investissement total de 780 000 euros. « C’est la preuve du dynamisme de votre territoire », souligne la vice-présidente de la région Île-de-France, Valérie Lacroute, alors que le territoire du Gâtinais vient d’être retenu pour le nouveau programme Leader.

Si l’apogée de la filière de plantes à parfum, médicinales et aromatiques sur ce terroir date de 1920, l’action de ce groupe d’agriculteurs permet à Milly-la-Forêt de renouer avec son histoire et sa tradition.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité