Aller au contenu principal

Irrigation, rien ne va plus à l’Est de la Beauce !

La commission hydraulique de la FDSEA du Loiret associée à quelques membres de la chambre d’agriculture s’est réunie le vendredi 29 Janvier 2015. Les sujets à l’orde du jour devaient certainement être importants car les membres convoqués étaient pratiquement tous présents.

Jean-Marc Leluc, président de scéance, était assisté de Nathalie Blanloeil de la chambre régionale Centre Val de Loire et de Benoît Louchard de la chambre d’agriculture du Loiret pour animer la commission. Après avoir brossé la situation climatique déficitaire en pluviométrie de la période automnale et pré-hivernale, le président a dressé l’état actuel des grandes masses d’eau du département :

• Régionalisation Beauce Centrale :

Le niveau actuel est de 103 cm environ inférieur à celui de l’année précédente à la même date. La nappe a marqué une baisse de 90 cm environ pendant la dernière campagne d’irrigation. Depuis la fin de la période estivale la nappe n’est pas remontée mais a continué de baisser de 20 cm environ. Le niveau actuel est à plus de 20 cm du seuil d’alerte et cette situation laisse présager un coefficient «1» applicable aux volumes individuels pour l’année 2016 (pas de réduction du volume individuel en début de campagne). Le président a appelé à une certaine prudence car s’il ne pleut pas suffisamment au printemps ni cet été, les irrigants de la Beauce Centrale pourront craindre des arrêtés «sècheresse» en fonction des débits des rivières exutoires (Aigre, Conie, Mauves, Essonne et Juine).

Régionalisation du secteur Fusain :

Le niveau actuel est pratiquement de 2 mètres inférieur à celui de l’année précédente à la même date.  La nappe a marqué une baisse de 1,6 mètre environ pendant la dernière campagne d’irrigation. Depuis la fin de la période estivale la nappe n’est pas remontée mais a continué de baisser de 55 cm environ. Le niveau actuel est à 3,70 mètres sous le seuil d’alerte et cette situation laisse présager un coefficient applicable aux volumes individuels pour l’année 2016 encore trop faibles (0,4 à 0, 5 si la décision était à prendre le jour de cette commission). Le président a appelé à une certaine prudence par rapport à cette ébauche car comme la rivière Fusain, la masse d’eau souterraine de ce secteur est très réactive à la montée comme à la baisse. En conséquence s’il pleut dans les semaines à venir, nous pourrons espérer une remontée du niveau d’eau, et donc du coefficient. Néanmoins ce secteur reste règlementairement très vulnérable car depuis la mise en place de l’indicateur de gestion, ce secteur est en état d’alerte et donc restreint, 20 années sur 22.

• Régionalisation du secteur Beauce du Montargois :

Le niveau actuel est pratiquement de 1,10 mètre inférieur à celui de l’année précédente à la même date.  La nappe a marqué une baisse de 2,50 mètres environ pendant la dernière campagne d’irrigation. Contrairement à la Beauce Centrale et au Fusain, l’indicateur de ce secteur  est remonté de 1,40 mètre depuis la fin de la période estivale. Le niveau actuel est à 1,40 mètre sous le seuil d’alerte et cette situation laisse présager un coefficient applicable aux volumes individuels pour l’année 2016 encore trop irréaliste (0,3 à 0,5 si la décision était à prendre le jour de cette commission). Jean-Marc Leluc a appelé également à une certaine prudence par rapport....

la suite de notre article dans votre journal du 19 février.

Les plus lus

De l'élevage à la boutique, une chèvrerie moderne qui facilite le travail
La chèvrerie Les Fromages de chèvre Moret, à Tancrou (Seine-et-Marne), est installée dans un bâtiment neuf en bois. Du bâtiment d…
Luc Lorin (archives)
Des rendements corrects en vue pour l'Eure-et-Loir cette année
Le concepteur de Visio-Crop, Luc Lorin, a fait tourner son modèle pour évaluer la future récolte de blé eurélienne.
Un concombre 100 % Loiret
La saison de production des concombres vient de démarrer. Jacky Chéron, maraîcher à Saint-Denis-en-Val (Loiret), nous parle de…
« Opération Parcelles fleuries : nourrir, communiquer et embellir »
Président du canton de Lizy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne), Jean-Baptiste Benoist développe depuis 2017 une ­opération « Parcelles…
Pauline Amisse, équithérapeute
D'abord assistante sociale et cavalière depuis l'enfance, Pauline Amisse a rapproché ses deux mondes pour devenir équithérapeute.
Miellerie Véron : l’apiculture, c’est à 70 % le travail de l’apiculteur
Apiculteurs professionnels, Sébastien et Nathalie Véron font transhumer une partie de leurs 1 300 colonies en fonction des…
Publicité