Aller au contenu principal

Magazine
JO 2024 : canoë et aviron à Vaires-sur-Marne

La base nautique de Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne) accueillera les épreuves de canoë, de kayak et d'aviron lors des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024.

La base nautique de Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne) dispose d’infrastructures permettant la pratique par le plus grand nombre comme par les sportifs de haut niveau du canoë-kayak et des sports de pagaie. Dans moins de mille jours, elle servira d’écrin aux Jeux olympiques Paris 2024 pour ces épreuves. C’est l’un des seuls sites avec Pékin (Chine) et Sydney (Australie) à pouvoir regrouper les épreuves olympiques et paralympiques de canoë-kayak et d’aviron.

Ces épreuves marqueront aussi le centenaire de la première participation aux Jeux olympiques de représentants de la Fédération française de canoë-kayak et de sports de pagaie qui regroupe différentes disciplines.

En canoë (qui se pratique à genou avec une pagaie simple) ou en kayak (assis avec une pagaie double), deux épreuves phares existent dans chacune de ces disciplines : le slalom, dont Tony Estanguet a été triple médaillé olympique, et la course en ligne sur 200, 500 ou 1 000 mètres à 1, 2 ou 4 places. Nouveauté en 2024, le slalom extrême où l’on démarre depuis une rampe de lancement et à l’aide de bateaux plus lourds.

Le bassin destiné à la course en ligne et à l’aviron a été créé à la fin des années 1980 dans une ancienne gravière et offre un grand champ d’action avec une vue dégagée qui s’ouvre notamment sur l’ancien site industriel de la chocolaterie Menier de Noisiel.

Entièrement réaménagé, le complexe s’articule autour de trois éléments majeurs : le lac, le stade d’eau vive et le plateau vif, qui accueille les nouveaux bâtiments dotés d’un toit paysager accessible à la promenade. Le pôle sportif de 4 400 m2 comprend le nouveau stade d’eau vive et ses deux parcours de 300 mètres et 150 mètres de long ; le parcours d’aviron et de canoë-kayak en ligne, long de 2 200 mètres, est équipé d’une tour d’arrivée. À cela s’ajoute un centre de formation et d’hébergement.

Inaugurée en 2019, c’est le premier équipement olympique a être livré en vue des Jeux olympiques Paris 2024.


À voir également : Etienne Hubert, Kayakiste

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
De g. à d.	: Patrick Langlois, Jean-Marie Fortin, Pierre Coisnon et Sébastien Méry. Tous ont pris la parole pour évoquer le choc énergétique et son impact sur les filières agricoles et alimentaires.
Choc énergétique : les acteurs des filières alimentaires témoignent
Face à la colossale hausse du prix de l’électricité et du gaz, la FNSEA du Loiret a réuni les acteurs des filières alimentaires…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité