Aller au contenu principal

Pommes de terre
Julien Pichot fait le choix de la micro-irrigation avec la société Eaux vives

À Aunay-sous-Auneau (Eure-et-Loir), Julien Pichot produit des pommes de terre depuis son installation en 2006. La campagne 2024 qui se prépare aura pour lui cette année un enjeu tout particulier. L'agriculteur vient d'investir dans le système de micro-irrigation d'Eaux vives.

Le système de micro-irrigation de la société Eaux vives sera installé sur les 30 hectares de pommes de terre de Julien Pichot.
Le système de micro-irrigation de la société Eaux vives sera installé sur les 30 hectares de pommes de terre de Julien Pichot.
© M.G. - Horizons

D'aussi loin qu'il est agriculteur, Julien Pichot a toujours cultivé la pomme de terre, d'abord de consommation, puis la pomme de terre plants depuis quatre ans. « 20 hectares, tous les ans, depuis 2006 », précise celui qui est installé au hameau de Bretonvilliers à Aunay-sous-Auneau (Eure-et-Loir). L'année dernière, il a même arrêté les betteraves pour se consacrer entièrement à la pomme de terre, devenue la culture star de son assolement. Cette année, la campagne qui se profile devrait prendre une tournure bien particulière. En plus de passer de 20 à 30 hectares, Julien Pichot a décidé de bouleverser tout son système d'irrigation en investissant dans la micro-irrigation. Il vient de signer un devis avec l'entreprise française Eaux vives.

Économies d'eau de 25 %

« Jusqu'à présent, j'irrigue avec des enrouleurs, un système tout ce qu'il y a de plus classique, connu de tous, sourit l'agriculteur. Mais la culture de la pomme de terre plants s'est complexifiée ces dernières années compte tenu de la pression du virus Y et la suppression d'un certain nombre d'insecticides. Pour conserver nos capacités productives, nous sommes contraints de traiter très régulièrement avec des huiles de paraffine qui sont des produits de contact, lessivables à 15 millimètres. En fonction des périodes et des besoins d'irrigation, c'est devenu un casse-tête de gérer l'irrigation et les traitements si on ne veut pas laisser la culture sans protection. Surtout que cela intervient toujours en période de moisson et rend nos journées complètement harassantes ».

Changer les enrouleurs les matins de moisson, faire sa journée de récolte et retourner traiter les cultures le soir, Julien Pichot n'en pouvait plus. Alors, lorsqu'il a fait connaissance avec la société Eaux vives lors du salon Innov'agri à l'automne dernier, l'agriculteur eurélien a décidé de franchir le cap. « Il s'agit d'un système de micro-irrigation qui s'installe entre les rangs et permet d'irriguer sous le feuillage. Le dispositif fonctionne avec des électrovannes et tout est pilotable depuis un smartphone. Sur le principe, les avantages sont nombreux. D'abord, cela va permettre des économies d'eau de l'ordre de 25 %. Il n'y aura pas d'évaporation et pas de ruissellement sur la culture. De ce fait, les traitements seront aussi moins nombreux. Je devrais pouvoir économiser entre quatre et cinq passages, soit un gain financier et du temps libéré pour autre chose », espère Julien Pichot. Ce système de micro-irrigation promet également des économies d'énergie de l'ordre d'une cinquantaine d'euros par hectare.

Quelques interrogations

Si Julien Pichot place beaucoup d'espoir dans ce nouvel équipement, quelques interrogations subsistent toutefois. Le système n'étant pas très répandu en France, il lui faudra faire sa propre expérience et peut-être « essuyer quelques plâtres », concède-t-il. « Pour la mise en place du système, il faut compter un hectare à l'heure et pour la dépose, deux hectares à l'heure. Pour ça, je serai accompagné par l'entreprise Eaux vives. L'inconvénient, c'est la longueur des tuyaux qui n'excède pas 300 mètres. Sur une de mes parcelles, je vais devoir couper le champ en deux et réserver une bande de passage de 4 mètres. J'ai aussi eu quelques échos sur la fragilité potentielle des tuyaux. Enfin, ce sont des tuyaux jetables donc il faut prévoir de réinvestir tous les ans ».

Pour ses 30 hectares, Julien Pichot investit cette année 75 000 euros dans ce nouveau système. « Les années suivantes, il faut compter 700 euros de l'hectare. D'après mes calculs, je vais faire 200 euros d'économies à l'hectare sur les intrants et le dispositif peut permettre des gains de productivité de 2 à 8 tonnes. Les plants de pommes de terre, c'est ma culture principale. Je vais déployer le système sur l'ensemble des 30 hectares, donc j'engage toute ma production de l'année. Je pars pour que ça marche, il n'y a pas le choix ».


Cet article fait partie d'un dossier Pommes de terre

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Nicolas Roch nous a quittés
Nous avons la tristesse d'apprendre le décès de Nicolas Roch, survenu accidentellement lundi 3 juin à l'âge de 46 ans.
Même si Miss France ne vient pas cette année, rendez-vous tout de même ce week-end au comice agricole de Dangeau.
Rendez-vous à Dangeau ce week-end pour le comice
La grande famille des éleveurs donne rendez-vous à tous ce week-end pour le comice agricole Perche et Dunois, à Dangeau.
S'abonner
Pour profiter de l'intégralité du contenu de notre site Internet, recevoir votre journal papier dans votre boîte aux lettres…
Jeudi 6 juin, à Illiers-Combray. Le robot Orio de Naïo technologies désherbinant du maïs a été l'un des centres d'intérêt des adhérents de la Scael lors de cet Agricampus.
Un AgriCampus ensoleillé pour les adhérents de la Scael
Le groupe coopératif Scael a organisé son traditionnel Agricampus jeudi 6 juin, sur une plateforme à Illiers-Combray. Plus…
Vincent Portier vit sa première campagne en tant que producteur de fraises à Tour-en-Sologne. Pour le moment, la récolte se passe bien malgré un manque de main d'œuvre qui pose des soucis au quotidien.
Vincent Portier lance sa première récolte de fraises
Les fraises sont de sortie et les cueilleurs s’activent pour remplir les barquettes de 250 ou 500 grammes. Vincent Portier,…
Le 23 mai, à Digny. La Chambre et Terres Inovia, Dominique Delaunay (à d.) et julien Charbonnaud (de dos), ont fait le tour de l'actualité autour du colza et présenté quarante-six variétés.
Colza : l'actualité et quarante-six variétés alignées à Digny
La chambre d'Agriculture, en partenariat avec Terres Inovia, a proposé le 23 mai chez Alexis Bouchard à Digny, une visite de…
Publicité