Aller au contenu principal

La culture du bambou s’implante dans le Loiret

Cap sur le nord-Loiret à la rencontre de la famille Luche, installée à Égry, qui s’est diversifiée en 2022 dans la culture de bambous. Quel bilan tirent-ils un an après ?

La diversification reste un enjeu important pour les agriculteurs loirétains. Romuald Luche et sa femme Céline l’ont bien compris. Ils dirigent l’exploitation familiale du Gaec du Clos à Égry. Leur fils, Dorian, adhérent Jeunes agriculteurs Loiret, rejoindra l’exploitation d’ici quelques années.

À Égry, Dorian, Romuald et Céline Luche explorent la production du bambou.

L’exploitation de 150 hectares en polyculture-élevage (blé, orge, colza et betterave sucrière) consacre désormais 2,5 hectares à la culture de bambous depuis 2023. Ils disposent aussi d’un élevage avicole avec deux poulaillers de 1 350 m2 comprenant 11 000 dindes chacun.

C’est en 2022 que la famille s’est lancée dans l’aventure bambou. Aujourd’hui en France, 85 exploitations cultivent du bambou. La découverte de cette culture s’est faite lors d’un salon des opportunités en 2021.

 

Focus sur cette culture nouvelle

Cette culture a une grande capacité à se renouveler. « Chaque année, on pourra faire deux récoltes. Une première avec les pousses de printemps et une deuxième durant la période hivernale. Tous les ans, de nouvelles pousses et de nouveaux chaumes vont remplacer ceux qui ont été coupés », explique Dorian Luche.

Pour faire face aux changements climatiques auxquels se heurte le monde agricole, la culture de bambou est une façon de se diversifier. Le bambou est une culture qui a besoin d’eau comme le maïs et capte dix-sept fois plus de carbone qu’une forêt. « Je vois le bambou comme une des solutions pour notre avenir en raison de sa rentabilité, mais c'est également une culture durable et respectueuse de l’environnement », affirme l’agriculteur.

La culture du bambou se développe sans produits phytosanitaires. Elle offre de multiples débouchés parmi lesquels le mobilier, l’isolation, le textile, l’énergie, la construction, l’alimentation, le paillage et bien d’autres encore. Le bambou peut ainsi être une des potentielles cultures d’avenir dans le monde agricole. « Mais il faut être conscient que les premières récoltes démarreront cinq ans après la plantation et huit ans pour les chaumes », souligne Romuald Luche, le père du Jeune agriculteur.

Faciliter l’installation du fils

Romuald Luche, dont le fils prévoit de s’installer sur l’exploitation familiale, se projette sur l’avenir de l’exploitation : « Nous sommes à la recherche de foncier pour l’installation de Dorian. La culture du bambou rendrait l’installation plus sereine. Cela permettrait d’avoir un autre revenu et de conforter le travail à plusieurs ».

« Mon fils Dorian a décidé lui aussi de travailler dans le monde agricole. Ce fut une grande satisfaction pour moi de lui avoir transmis ma passion durant toutes ces années », exprime le père de famille. « Le travail en groupe est primordial », affirment unanimement les membres de cette famille soudée.

« J’ai commencé par un bac professionnel Agroéquipement au lycée agricole du Chesnoy. Ce fut de très belles années. Après mon bac, j’ai poursuivi mon cursus à Auxerre avec un BTS ACSE* au lycée agricole de la Brosse », explique le jeune agriculteur. BTS en poche, Dorian est rentré dans la vie active. « Depuis deux ans, je travaille dans deux exploitations en grandes cultures. Une se situant à Boynes et l’autre à Juranville dans le Loiret. Cela m’apporte du savoir-faire, de la maîtrise, de la connaissance pour m’installer plus tard », conclut-il.


*Brevet de technicien ­supérieur Analyse, conduite et ­stratégie de l'entreprise agricole.

Le bambou, en pleine croissance, peut atteindre jusqu'à 2,5 m de haut.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Nicolas Roch nous a quittés
Nous avons la tristesse d'apprendre le décès de Nicolas Roch, survenu accidentellement lundi 3 juin à l'âge de 46 ans.
Même si Miss France ne vient pas cette année, rendez-vous tout de même ce week-end au comice agricole de Dangeau.
Rendez-vous à Dangeau ce week-end pour le comice
La grande famille des éleveurs donne rendez-vous à tous ce week-end pour le comice agricole Perche et Dunois, à Dangeau.
Mercredi 15 mai, à Janville-en-Beauce. En présence du président et du directeur général de Cristal Union, Olivier de Bohan et Xavier Astolfi (au c.), le président de la section Pithiviers-Toury, Olivier Duguet (à g.), a ouvert son assemblée générale par l'annonce d'un prix record pour les betteraves.
Betteraves : Cristal Union annonce un prix record
La section Pithiviers-Toury de la coopérative Cristal Union a tenu son assemblée générale annuelle le 15 mai à Janville-en-…
Vendredi 17 mai, à Dangeau. Le jeune éleveur Victor Forge (à g.) a expliqué les difficultés de désherbage de sa nouvelle parcelle de lavande, travail manuel requis.
Le comice de Dangeau est lancé
Quel lien y a-t-il entre une entreprise spécialisée dans la production de godets pour l'agricole et le BTP, les établissements…
D'anciennes variétés de blé de nouveau au goût du jour
Damien Foussereau, céréalier à Authon, a décidé de se lancer dans la meunerie et de cultiver des variétés de blé anciennes. Une…
Vincent Portier vit sa première campagne en tant que producteur de fraises à Tour-en-Sologne. Pour le moment, la récolte se passe bien malgré un manque de main d'œuvre qui pose des soucis au quotidien.
Vincent Portier lance sa première récolte de fraises
Les fraises sont de sortie et les cueilleurs s’activent pour remplir les barquettes de 250 ou 500 grammes. Vincent Portier,…
Publicité