Aller au contenu principal

Maraîchage
La saison des asperges démarre chez Denis Billault

La récolte des asperges a démarré en Loir-et-Cher. L'occasion de rencontrer Denis Billault, producteur d'asperges vertes et blanches à Ouchamps.      

Denis Billault est installé depuis 2007 à Ouchamps. Sa production maraîchère principale est l'asperge. Il exploite au total 28 hectares en agriculture conventionnelle, dont 7 hectares d'asperges, 1,5 hectare de cornichons et 20 ares de courgettes. La moitié de sa production d'asperges se fait sous tunnel, le reste en plein champ.

Actuellement, la saison des asperges débute.

« La production a démarré un peu mais le froid a stoppé la pousse, même sous les tunnels. Le 7 avril, nous n'avons pas ramassé. Le gel impactera 3-4 % de ma production selon moi, explique Denis Billault. Cela va plutôt décaler la pousse. Le gel est arrivé en tout début de ramassage. Le risque est que tout démarre d'un coup. Et avec un volume trop important, les prix risquent de diminuer à ce moment-là ».

Asperges
Les asperges blanches poussent sous bâches et sont récoltées tous les deux jours pour augmenter le rendement horaire lors de la récolte.

Les asperges vertes représentent 90 % de la production de Denis Billault. Elles sont récoltées et vendues principalement à ­Axéréal (calibrées et en vrac) sous la marque Asperges de Chambord, à quelques magasins de producteurs, à des petites épiceries et à quelques grandes surfaces.

« L'asperge verte est assez facile à ramasser, contrairement à l'asperge blanche. Le gros de la pousse se fait du 25 avril au 10 mai », précise le producteur qui en récolte en moyenne 20 tonnes chaque année. Les asperges sont livrées tous les jours, voire tous les deux jours.

Les asperges vertes sont aussi plantées en plein champ. Lorsque la récolte de l'asperge blanche s'arrête, celle de la verte en plein champ démarre.

Asperges
L'ensemble de l'aspergeraie est ­irrigué en goutte-à-goutte.

« Je n'ai pas les terrains pour faire de l'asperge blanche en grande quantité, souligne-t-il. Les asperges blanches poussent sous bâche et sont ramassées tous les deux jours pour augmenter le rendement horaire ». L’exploitant en produit une tonne chaque année.

Les asperges blanches sont vendues en direct ou à des magasins de producteurs. Le producteur assure lui-même les livraisons dans les magasins à proximité.

Denis Billault produit aussi une variété d'asperges pourpres sur 50 ares. Elles sont vendues pour la restauration.

Côté production, tout est irrigué avec un dispositif goutte-à-goutte.

Asperges
Si l'asperge verte est sa production principale, le maraîcher produit aussi 50 ares d'asperges pourpres.

« Le goutte-à-goutte a pour avantage d'arroser le rang. Ce sytème est plus technique et nécessite un suivi plus pointu, mais c'est plus économique. Sous serre, on économise 40 % d'eau. C'est aussi moins de désherbage et moins de pression maladies. Les asperges sont résistantes au sec mais moins à l'excès d'eau », explique Denis Billault.

À terme, son objectif est de produire à 80 % sous tunnel. Pour ramasser les asperges, le producteur emploie dix saisonniers. Dans ses projets, le producteur prévoit d'essayer de produire un peu de pommes de terre nouvelles et de carottes.

Du côté de la conjoncture, Denis Billault dit n'avoir « pas trop ressenti l'impact de la Covid-19. Les gens attendent ce légume de saison. Je n'en ai jamais livré autant aux petites épiceries ».

Zoom sur la production de l'asperge verte, avec la chambre d'Agriculture de Loir-et-Cher

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité