Aller au contenu principal

Viticulture
La taille des vignes, un travail indispensable pour un millésime réussi

La taille des vignes a commencé à l’approche de l’hiver et se terminera avant le début du printemps. Au Domaine Biet, ces travaux ont démarré fin novembre et battent actuellement leur plein.

Les moments de répit sont de courte durée en viticulture. Après les vendanges, c’est au tour de la taille des vignes d’occuper le temps des vignerons et viticulteurs pendant la majeure partie de l’hiver. Au Domaine Biet, à Seigy, les travaux de taille des vignes ont commencé avec un peu de retard à partir de fin novembre. « Habituellement, on commence la taille début novembre, mais avec le climat doux de l’automne dernier, le feuillage a tardé à tomber. On a décidé d’attendre un peu pour que la taille soit moins contraignante », précise Hugo Biet, vigneron et futur repreneur du Domaine Biet en association avec sa sœur Julie. Alors que les travaux de taille ont débuté depuis fin novembre, ils devraient, si tout se passe bien, se terminer aux alentours de début mars.

Des travaux fastidieux

Pour Hugo Biet, la taille des vignes est un facteur essentiel pour qu’une campagne se déroule correctement. « Il ne faut pas prendre de retard sur la taille, car après, tu ne le rattraperas jamais. Selon moi, la taille, c'est le début de la campagne et il faut la réaliser dans les temps », détaille-t-il. C’est d’ailleurs un travail long et fastidieux qui demande des ressources en main-d’œuvre. Des saisonniers sont présents ponctuellement durant la période de taille pour réaliser les travaux dans les délais. « Il faut compter à peu près une semaine par personne pour tailler un hectare de vignes. C’est un travail technique qui prend du temps », rappelle le jeune vigneron. Pourtant, comme le souligne Hugo Biet, d’autres travaux doivent aussi être réalisés durant cette période, ce qui demande une grande organisation. « On ne peut pas passer tout notre temps sur la taille, car il faut aussi effectuer le désherbage ou encore remplacer les piquets », explique le futur installé. Deux salariés sont d’ailleurs présents en soutien afin de réaliser les travaux dans les 36 hectares de vignes du Domaine Biet.

Les tailles Guyot

Avec un vignoble à dominante sauvignon, la principale méthode de taille utilisée au sein du Domaine est la taille Guyot-Poussard, c’est-à-dire une taille Guyot simple à deux bras. Elle consiste à alterner d’une année sur l’autre la position de la baguette pour permettre de garder un équilibre entre les deux parties de la souche. Cette méthode est connue pour être respectueuse des flux de sève avec « une taille moins blessante pour la vigne, ce qui permet de laisser des cônes de dessèchement avec des plaies de taille moins grosses afin d'éviter que les spores se déposent sur la plaie et s’introduisent sur le pied condamnant ainsi les flux de sève », explique Hugo Biet.

Sur les cépages de gamay, la taille à deux demi-baguettes appelée demi-Guyot est privilégiée. « On coupe le premier rameau à trois yeux et on laisse deux rameaux également à trois yeux. Cette méthode est moins productive, ;mais les cépages de rouge s'y prêtent bien, car on recherche plus la qualité que la production », précise-t-il.

La taille en deux temps

Depuis plusieurs années, la période de taille est aussi un moment important pour contrer les effets du gel tardif. La taille en deux temps effectuée sur le Domaine Biet, bien qu’elle ne soit pas une solution miracle, permet d’éviter au mieux les effets du gel. Cette méthode de taille consiste à pré-tailler une première fois les vignes sans pour autant « nettoyer » la baguette, puis de revenir dans un second temps aux alentours de mars pour retailler la baguette non nettoyée. « On le fait tous les ans, car cela permet de retarder la végétation », affirme le futur installé. Cette méthode est plus fastidieuse et longue, mais permet tout de même de limiter les effets du gel sur le vignoble, tout comme le retardement du pliage de la baguette. La période hivernale, jusqu’au début du printemps, est une période cruciale pour les vignerons et viticulteurs. « La taille, c'est un travail très technique, surtout sur les jeunes vignes. Il est nécessaire de faire très attention pour permettre au cep d’être dans les meilleures conditions pour la campagne à venir », détaille Hugo Biet.

Pour le moment, la taille des vignes se passe très bien au sein du Domaine Biet et le jeune vigneron espère qu’elle se terminera dans les temps pour pouvoir entrevoir, si la météo le décide, un bon millésime 2024.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité