Aller au contenu principal

Maraîchage
La Tomate des frères Besnard est bien lancée

Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 octobre, sous la serre de Ouarville.

Qu'est-ce qui est petit, rond, rouge et qui monte ? La Tomate des frères Besnard. Sous la vaste serre de 16 000 m2, installée à proximité de l'usine d'incinération des déchets Sitreva à Ouarville pour en récupérer la chaleur, les plants ont été mis en place en janvier et les premières tomates récoltées en mars. Le début de l'aventure.

Se faire connaître

À l'issue de cette première saison de production, fin octobre, nous rencontrons Alexandre Besnard, qui gère cette exploitation avec son frère Florent, pour en faire le bilan. « Cette première année a été dure à développer, reconnaît-il. Il a fallu recruter et former du personnel, or en pic de production il faut une trentaine de personnes. Et au niveau du commerce, pareil, il faut se faire connaître, se développer, faire goûter le produit… Ça a été assez long mais nous sommes plutôt bons maintenant ».

Selon lui, du côté des clients, « l'accueil a été bon. Nos plus gros clients nous en prendront plus l'an prochain. C'est prometteur. Et en termes de qualité de production, Nicolas, notre chef de culture, qui est un passionné, nous a permis de produire ce que l'on voulait, une tomate cerise avec du goût et de belles grappes. On peut dire qu'après un long chemin, ce premier bilan est positif ».

Un bon départ qui permet aux frères Besnard d'envisager la suite avec sérénité. Pour mémoire, tout a été dimensionné dès l'origine — réseau de chauffage, équipement, bâtiments, locaux techniques — pour cinq hectares de serres, voire dix à terme moyennant de nouvelles installations. D'ailleurs : « Nous avons déjà terrassé le terrain pour une nouvelle serre équivalente à celle-ci, précise Alexandre. Quand le commerce est là et que l'on sent que le personnel est prêt à accepter cette charge de travail, on lance l'extension ».

« Rungis n'est pas loin… »

La Tomate des frères Besnard est commercialisée en local, soit dans un rayon de cent kilomètres autour du site de Ouarville : « Ce qui comprend toute la région parisienne, l'Eure-et-Loir et ­l'Orléanais. Mais la majorité de nos clients sont en Île-de-France, souligne le jeune maraîcher, Rungis n'est pas loin… ». Et le potentiel de progression est bien là.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Publicité