Aller au contenu principal

Bovins
Le bordereau de vente, d'achat ou d'enlèvement des gros bovins un doc indispensable!

Le bordereau de vente, d’achat ou d’enlèvement concerne tous les éleveurs de bovins et pas seulement les éleveurs spécialisés en viande. Les risques liés à la perte ou à la dépréciation commerciale d’un bovin ne sont jamais anodins, aussi mieux vaut prévenir tout litige avec l’acheteur en levant toute ambigüité lors de l’acte d’achat !

© JC Gutner

Comme toute vente, la vente d’animaux vivants destinés à l’abattage nécessite que le vendeur et l’acheteur se mettent d’accord sur la chose et sur le prix. Même s’il n’est pas juridiquement nécessaire d’avoir un écrit pour que le contrat de vente soit juridiquement effectif, il est fortement recommandé.

L’accord interprofessionnel relatif à « l’Achat et l’Enlèvement des bovins de plus de 8 mois » (disponible sur www.interbev.fr) demande la rédaction d’un bordereau de vente. Il constitue la trace écrite de la transaction, indispensable en cas de litige pour prouver l’existence et le contenu de la vente. Par exception au principe général du Code Civil, cet accord interprofessionnel dissocie le transfert de propriété du transfert des risques et c’est ce bordereau qui permet de déterminer les responsabilités des parties.

 

Etabli lors de l’achat, la vente ou au plus tard lors de l’enlèvement de l’animal ou lot d’animaux, par le vendeur ou par l’acheteur, le bordereau de vente est fait en deux exemplaires et comporte au minimum :

- Les noms et adresses des parties,

- La catégorie [jeune bovin (A), taureau (B), bœuf (C), vache (D), génisse (E), bovin de 8 à 12 mois (Z)] et le numéro d’identification du (ou des) bovin(s),

- La destination (élevage, abattage ou export),

- Le prix ou les modalités de fixation du prix,

- La date, l’heure et le lieu d’enlèvement,

- La date et le lieu de la transaction,

- La signature des deux parties.

Les parties peuvent aussi indiquer sur ce bordereau : la date (limite) d’abattage, le lieu d’abattage, la date limite de paiement, les conditions de paiement, la clause de réserve de propriété et toute disposition conventionnelle non contraire aux lois, aux règlements et à l’accord interprofessionnel.

Dans certains cas, le bordereau d’enlèvement et le bordereau de vente constituent un document unique.

Le jour de l’enlèvement, le transporteur doit obligatoirement être en possession d’un bordereau d’enlèvement (ou document de transport) dès l’enlèvement des animaux. Document signé au moins par le transporteur au moment du chargement, il précise les conditions applicables au transport et mentionne le nombre d’animaux chargés et leur catégorie.

 

Pour toute question sur l’application des accords interprofessionnels, votre comité interprofessionnel régional, INTERBEV Centre, se tient à votre disposition au 02.38.71.90.53 ou par mail : interbev.centre@orange.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
De g. à d.	: Patrick Langlois, Jean-Marie Fortin, Pierre Coisnon et Sébastien Méry. Tous ont pris la parole pour évoquer le choc énergétique et son impact sur les filières agricoles et alimentaires.
Choc énergétique : les acteurs des filières alimentaires témoignent
Face à la colossale hausse du prix de l’électricité et du gaz, la FNSEA du Loiret a réuni les acteurs des filières alimentaires…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité