Aller au contenu principal

Un food-truck 100 % venaison francilienne

Un food-truck dédié à des recettes à base de gibier francilien sillonne l’Île-de-France avec l’appui de la Fédération régionale des chasseurs. Son chef : Franck Assimon.

Réau, mardi 4 octobre. Le food-truck de Franck Assimon est facilement identifiable.
Réau, mardi 4 octobre. Le food-truck de Franck Assimon est facilement identifiable.
© L. G.-D. - Horizons

Burger de cerf, wrap de sanglier, magret de bernache, saucisson de chevreuil aux noix, saucisse blanche de sanglier, filet de sanglier façon lomo… Les mets proposés par le food-truck de Franck Assimon sont basés sur des recettes 100 % gibier francilien. Depuis quelques mois, le cuisinier écume les salons, repas officiels et de chasse. Franck ­Assimon était notamment au Game Fair à Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher) en juin dernier, sa première sortie où il a rencontré un véritable succès.

« J’avais envie d’apporter mon savoir sur une filière peu exploitée, le gibier. Je souhaitais également valoriser la venaison et la faire apprécier aux jeunes, explique le chef qui a fait ses classes auprès de Bernard Loiseau à Saulieu (Côte-d’Or) et chez Bardet à Tours (Indre-et-Loire). Alors que dans le passé le gibier était faisandé ou préparé en civet après avoir été mariné, ce qui lui donnait un goût prononcé, je propose une préparation moderne de cette viande qui plaît ainsi au plus grand nombre, notamment aux jeunes générations ».

Alors que les notions de naturel et de diététique sont à la mode, Franck Assimon met en valeur les qualités gustatives et nutritionnelles du gibier : « C'est une viande peu grasse, tellement saine qu’elle intègre des protocoles alimentaires pour les grands sportifs ». Son food-truck est aussi un moyen de communiquer sur la chasse.

S’il s’est lancé en indépendant, il a bénéficié du soutien et partenariat des Fédérations de chasse d’Île-de-France. Ce concept bénéficie également de l’image de la marque déposée « Gibier d’Île-de-France » que la Région Île-de-France a souhaité mettre en place en prémices à la création d’une unité de transformation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Publicité