Aller au contenu principal

Forêt
Le morcellement, problème national

Fransylva Île-de-France, syndicat des forestiers privés, est présidé depuis octobre dernier par Rémi Foucher. Il fait le point.

Cent vingt mille propriétaires privés de forêts (la moitié en Seine-et-Marne), dont 85 % d’entre eux ont moins d’un hectare, représentent deux tiers des surfaces forestières franciliennes : les chiffres parlent d’eux-mêmes.

La forêt privée est morcelée contrairement aux terres agricoles dont le problème a été réglé avec les remembrements dès les années 1960.

Le morcellement est d’ailleurs l’un des chevaux de bataille de Rémi Foucher, président de Fransylva Île-de-France : « Si en Seine-et-Marne, des mesures ont permis d’avancer, des freins subsistent : inertie des propriétaires à vendre, honoraire des notaires pour les frais d’enregistrement. Il existe des problèmes à chaque niveau, mais rien n’avance. Depuis cinquante ans, chaque président a fait des rapports sur le sujet, mais aucune décision n’est prise. Je leur dis juste : appliquez ce qui est écrit ».

Autre difficulté : la main-d’œuvre. En Île-de-France, il est difficile de trouver des bûcherons qualifiés, les formations dans ce secteur n’existant pas, excepté un BPA au CFPPA Bougainville, à Brie-Comte-Robert.

Le coût du logement est aussi un frein. « Sans politique volontariste, on ne trouvera pas ce premier maillon de la sylviculture, filière qui va du végétal planté aux menuiseries », selon Rémi Foucher.

La forêt francilienne est plantée de chênes et de charmes sur les terrains profonds, de peupliers et de frênes sur les terrains humides, d’acacias et de châtaigniers sur les terrains sablonneux et de quelques résineux.

Actuellement la forêt francilienne doit faire face à des problèmes sanitaires comme la scolyte qui détruit les arbres en quelques années — pour l’instant elle fait moins de ravages que dans l’Est de la France —, l’encre du châtaignier (dans l'Oise notamment), la chalarose. Plus de 99 % des frênes franciliens en sont atteints. Plus ils sont importants, plus ils sont atteints.

La chalarose est un champignon aéroporté qui se déplace. Parti de la Pologne, il est arrivé dans le nord-est de l’Hexagone.

Le frêne est une espèce qui pousse bien en Île-de-France avec de nombreuses utilisations. Proche en couleur du hêtre, on en fait notamment des manches d’outils. Un travail est mené par l’Inrae pour trouver des souches tolérantes à ce mycélium afin de ne pas le remplacer.

Saules et aulnes pourraient s’implanter, mais ces espèces comptent peu de débouchés.

« Je voudrais promouvoir la qualité des boisements, la sylviculture de haute qualité. Pour cela, il faut améliorer la qualité des bois en mettant en place une sylviculture technique, insiste le président de Fransylva IDF. L’Île-de-France conjugue toutes les difficultés sylvicoles : prix du foncier, morcellement, aucune transformation secondaire (une seule scierie dans la région), des difficultés de circulation… La sylviculture de basse qualité (bois de chauffage, papier…) n’est pas rentable ».

Actuellement, le bois de basse qualité est destiné au bois de chauffage ou exporté en Belgique pour faire des panneaux de particules. Quant au bois d’œuvre, il part hors de l’Île-de-France, voire à l’étranger, parfois jusqu’en Chine.

En partant d’un taillis pauvre, il faut tailler et implanter des arbres de haute qualité. Si un taillis se transforme en dix-quinze ans, il faut une cinquantaine d’années pour les arbres voire quatre-vingts ans pour obtenir une futaie.

Autre difficulté : les effets de mode. Le merisier, très prisé il y a cinquante ans, est aujourd’hui démodé.

« Seuls les très beaux sujets trouvent encore preneur. Aujourd’hui, ce sont des meubles de consommation jetables au gré de la décoration et des déménagements. Avant, un meuble se transmettait de génération en génération. Pourtant les meubles de très haute qualité continuent de prendre de la valeur. C'est le cas de l’art déco actuellement ».

Rémi Foucher est intervenu lors des derniers États généraux de la forêt et du bois pour évoquer le rôle de la forêt privée dans la gestion forestière et l'adaptation au changement climatique.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité