Aller au contenu principal

Le prix des loyers de fermage en hausse de 3,55 % en 2022

Le nouvel indice des fermages permettant d’actualiser le prix des loyers de fermage augmente de 3,55 %. L'indice détermine le prix des fermages pour le loyer des terres nues et des bâtiments d'exploitation.

L'indice national des fermages s'établit pour 2022 à 110,26.
L'indice national des fermages s'établit pour 2022 à 110,26.
© L.G.-D. - Horizons / illustration

Selon l’arrêté ministériel du 13 juillet 2022, publié au Journal officiel le 16 juillet, l'indice national des fermages s'établit pour 2022 à 110,26. Ainsi, la variation de l'indice national des fermages 2022 par rapport à l'année 2021 est en augmentation de 3,55 %. Cet indice est utilisé pour l'actualisation annuelle du prix des fermages pour le loyer des terres nues et des bâtiments d'exploitation.

L'indice national des fermages et de ses composantes repose sur deux facteurs. D'abord l’inflation (mesurée à partir de l’indice de prix du Produit intérieur brut) pour garantir la valeur réelle des fermages aux propriétaires. Ainsi, l'indice du prix du PIB retenu pour 2022 est de 113,89. Le second facteur repose sur l'évolution des résultats économiques des exploitations pour tenir compte de la situation des fermiers. En 2022, l'indice du revenu brut d'entreprise agricole national à l'hectare retenu est de 107,89.

L'évolution des fermages pour 2022 correspond donc à la moyenne pondérée (40 % - 60 %) des évolutions de ces deux facteurs entre 2020 et 2021.

Pour rappel l’indice des fermages pour 2021 est de 106,48, soit une variation de + 1,09 % par rapport à l’année précédente.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
De g. à d.	: Patrick Langlois, Jean-Marie Fortin, Pierre Coisnon et Sébastien Méry. Tous ont pris la parole pour évoquer le choc énergétique et son impact sur les filières agricoles et alimentaires.
Choc énergétique : les acteurs des filières alimentaires témoignent
Face à la colossale hausse du prix de l’électricité et du gaz, la FNSEA du Loiret a réuni les acteurs des filières alimentaires…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité