Aller au contenu principal

L’élevage en mutation

Cécile Soufflay-Contal a repris en 2020 l’élevage familial de charolaises à Liverdy-en-Brie. Elle a plusieurs projets pour la poursuite de son activité.

À 36 ans, Cécile ­Soufflay-Contal, qui est née dans une famille d’éleveurs, a déjà connu plusieurs vies professionnelles. Après un DUT* en gestion et administration, puis un cursus à l'École supérieure de commerce de La Rochelle (Charente-Maritime), la jeune femme a intégré la société Bonny, à Gretz-Armainvilliers. D’abord stagiaire, elle a travaillé successivement au service commercial puis à la recherche et développement au sein de cette entreprise spécialisée dans la transformation de viande. En parallèle, elle décide en 2016 de passer par correspondance un bac professionnel Conduite et gestion de l’entreprise agricole. Deux ans plus tard, alors que le chemin se profilait pour la reprise de l’exploitation familiale de ­polyculture-élevage à Liverdy-en-Brie, elle s’installe aux côtés de son père tout en conservant son activité de salariée. Elle reprend réellement les rênes de l’entreprise en 2020 alors que, concomitamment, son père tombe malade et qu’elle se retrouve au chômage partiel lors du premier confinement.

À l’époque, le cheptel comptait une quarantaine d’animaux de race charolaise, un nombre qu’elle a réduit en prenant la relève, et 130 hectares, dont une vingtaine d’hectares de prés. Après s’être interrogée sur la poursuite ou non de l’élevage, elle décide de continuer, mais en modernisant les installations. « Cela permet de valoriser les prés, explique-t-elle. L’intégration de produits végétaux de l’exploitation (orge aplatie, pulpe de betterave…) diminue ainsi les dépenses. L’épandage de fumier réduit les apports azotés dans les champs à l’heure où le prix de l’azote s’envole ». De la luzerne va être ensemencée sur des petites parcelles, dont les ZNT (Zones de non-traitement).

Évolution de l’élevage

Aujourd’hui, l’élevage de Cécile Soufflay-Contal comporte une vingtaine de vaches. « J’ai supprimé toutes les génisses, à ­l’exception de deux d’entre elles, d’une dizaine d’années. J’ai gardé celles de 2019 et 2020 ». De nombreux échecs sur les inséminations des primipares sont à noter.

Toutefois, l’éleveuse songe à changer de race. « J’ai failli passer au wagyu, mais monter une filière de commercialisation avec un petit élevage s’avère compliqué. Aujourd’hui, je pense à l’avenir prendre des limousines », détaille la jeune femme.

Si le cheptel doit évoluer, les bâtiments et les installations ne sont pas en reste. « On a 20 km de clôtures à refaire. Je regarde aussi du côté des nouvelles technologies, comme les colliers électroniques », précise-t-elle. Un nouveau bâtiment aux normes et situé à l’extérieur du village, afin de ne plus être enclavé au milieu des habitations, devrait être construit pour rentrer les vaches l’hiver, d’ici à la fin de l’année, si tout se passe bien.

Système de vente

Cécile Soufflay-Contal commercialise sa production à des marchands de bestiaux et quelques têtes en circuit court. Un système de réservation est en place, mais en général la demande est plus importante que la quantité disponible. L’abattage est réalisé à Cosne-Cours-sur-Loire (Nièvre). Découpée à Sully-sur-Loire ­(Loiret), la viande est ensuite vendue sous forme de caissettes de 5 à 10 kg à la ferme, mais elle n’envisage pas la création d’une boutique. Depuis peu, l’éleveuse a intégré l’organisation de producteurs Bovins d’Île-de-France, qui regroupe les éleveurs pour s’orienter vers les secteurs demandeurs de viande bovine.


*Diplôme universitaire de technologie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Case IH : la qualité de récolte à tous les niveaux
La 7250 de Case IH est le modèle du constructeur le plus représenté dans la Marne. Cette moissonneuse, nouvelle génération d’…
Les colzas détruits par la grêle à la suite de l'orage du samedi 4 juin 2022.
Grêle : des centaines d'hectares détruits
Marieke et Dominique, David, Christophe, Nicolas… Pour une vingtaine d'exploitants du sud des Yvelines, la journée du samedi 4 …
En mai 2022 à Villeroy. La famille Codron dans la serre de fraises.
Saveurs fruitées à la Fraiseraie de l’étang
Depuis quatre ans, la famille Codron, à Villeroy, s’est diversifiée dans la production de fraises, et plus récemment de…
En fin de rencontre, les ministres sont repartis avec des fraises de ­l'exploitation Les Marais.
Sécheresse : trois ministres en déplacement dans le Loiret
La Première ministre, la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, ainsi que le ministre de l'…
L'Ideal 7 bénéficie d'une largeur de 3,50 m au transport même équipée de pneus de 800.
Fendt Ideal 7 : une moissonneuse "qui tient ses promesses"
« Plus de puissance, plus de débit, plus de confort », ce sont les mots de Fendt pour définir la gamme Ideal, lancée en 2017.…
Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, revient sur la saison de fraises vécue par la coopérative qui regroupe vingt-trois exploitants.
Les fortes chaleurs ennemies des fraises
Rencontre avec Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, coopérative qui rassemble 23 exploitants à Fontaines-en-Sologne…
Publicité