Aller au contenu principal

Les aides animales 2024 sont à demander sur Telepac

Les aides animales peuvent être demandées sur Telepac depuis le 1er janvier.

© Archives / Illustration

Les demandes d'aides animales sont ouvertes sur Telepac depuis le 1er janvier. Les aides ovines et caprines sont à effectuer avant le 31 janvier minuit. Les demandes d’aides bovines et veaux sous la mère ou veaux sous la mère certifiés bio sont quant à elles à réaliser avant le 16 mai minuit. Pour les bovins, l’éleveur choisit la date la plus intéressante, celle où l’effectif sur six mois sera le plus élevé.

Aides ovines et caprines

Concernant les aides ovines et caprines (AO et AC), l’aide est versée sur l’effectif des animaux maintenus tout au long de la période de détention obligatoire qui s’étend du 1er février au 10 mai 2024 soit 100 jours consécutifs. Il n’est pas nécessaire de minorer le nombre de brebis ou de chèvres primées lors de la déclaration. Mais il faut alors alerter en temps et en heure la DDT sur le changement :

  • si remplacement d’un animal par un autre, si diminution de l’effectif par vente ou par perte issue d’une circonstance naturelle (ex. maladie) : notification par courrier à la DDT sous 10 jours ;
  • si cas de force majeure (ex. épizootie) : notification par courrier à la DDT sous 15 jours.

 

La notification s’effectue en utilisant un bordereau de perte disponible sur Telepac.

La date limite de demande d’aide est fixée au 31 janvier 2024 à minuit.

Aide aux bovins

Pour être éligible à l’aide aux bovins, un éleveur devra détenir au moins 5 UGB (unités de gros bétail) de plus de 16 mois. Il conviendra de détenir les animaux au moins six mois, âgés d’au moins 16 mois à la date de référence. Cette date de référence est propre à chaque agriculteur. Pour la campagne 2024, la date de référence correspond à la date qui se trouve six mois après la date du dépôt de la demande d’aide. Par exemple, pour une demande au 4 janvier, la date de référence est le 5 juillet 2024.

Un premier niveau de prime aux bovins est accessible à tous les mâles, mais le nombre de mâles primés est plafonné au nombre de vaches présentes sur l’exploitation. Les femelles de race à viande ou croisée ont également accès à ce niveau mais leur nombre sera plafonné à deux fois le nombre de veaux allaitants nés sur l’exploitation et présents au moins 90 jours dans les quinze derniers mois. Ce niveau est plafonné à 120 UGB avec application de la transparence Gaec et intégration du nombre UGB de la prime inférieure. Le nombre de bovins primés est limité à un chargement maximal de 1,4 UGB/ha de surface fourragère principale. En cas de dépassement du chargement de 1,4 UGB/ha, 40 UGB primées sont garanties.

Le second niveau de prime aux bovins est accessible aux mâles dépassant le plafond de la prime supérieure ainsi qu’aux femelles laitières et toutes celles dépassant le plafonnement lié au nombre de veaux de la prime supérieure. Un plafonnement à 40 UGB avec application de la transparence Gaec s’applique à ce niveau de prime d’aide aux bovins.

Calcul du chargement

Les animaux âgés de 6 mois à 2 ans comptent 0,6 UGB et les plus de 24 mois comptent 1 UGB.

Les surfaces fourragères éligibles sont différentes si l'on est en zone défavorisée simple ou pas.

Pour les bénéficiaires de l’ICHN (en zone défavorisée simple), les surfaces à prendre en compte pour le calcul du chargement sont les surfaces en prairies et les céréales autoconsommées.

Pour les éleveurs qui ne bénéficient pas de l’ICHN, les surfaces prises en compte dans le calcul du chargement sont les surfaces en prairies, en maïs ensilage et en méteil fourrager.

Les surfaces sont les cultures principales de la Pac et pas les cultures dérobées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité