Aller au contenu principal

FNSEA 28 - JA 28
Les éleveurs ciblent Lactalis

Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de Margon et de l’Intermarché de Nogent-le-Rotrou, vendredi 19 janvier, pour dénoncer le prix du lait payé par Lactalis au moment où se jouent les négociations commerciales.

Vendredi 19 janvier dans la matinée, une vingtaine d'agriculteurs de la FNSEA et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir investissent les rayons des enseignes Leclerc à Margon et Intermarché à Nogent-le-Rotrou. Il s'agit de dénoncer la politique de baisse du prix du lait payé aux producteurs par le géant Lactalis tandis que se jouent les négociations commerciales entre la grande distribution et les industriels.

Compris par les consommateurs

Armés simplement de planches de stickers sur lesquels on pouvait lire « Ce produit ne rémunère pas les producteurs ! », les éleveurs ciblent consciencieusement les produits de l'industriel dans les rayons et collent leurs étiquettes dessus. Ils en profitent également pour engager le dialogue avec des consommateurs, qui, pour la plupart, comprennent et approuvent leur démarche.

À l'issue de leur action, emmenés par le président de la section laitière de la FNSEA d'Eure-et-Loir, Christophe Provôt, et de celui de l'Unell*, Yohann Serreau, les éleveurs rencontrent les directeurs des deux grandes surfaces : Ludovic Duluard pour le centre Leclerc de Margon, puis un peu plus tard, Pascal Richez pour l'Intermarché de Nogent-le-Rotrou.

Ce que les responsables syndicaux ont expliqué, c'est que leur demande vis-à-vis de Lactalis était pour le moins raisonnable : « Nous demandons 25 euros les mille litres, l'impact serait vraiment minime pour les consommateurs, quelques centimes. Et l'on voit bien qu'ils sont capables de faire cet effort quand ils se tournent vers des marques plus éthiques, pointe Yohann Serreau. Ce qui m'inquiète, c'est qu'aujourd'hui Lactalis semble vouloir sortir du cadre de la loi Egalim ».

« Si Lactalis baisse ses prix, cela donne un signal aux autres et risque de tirer toute la filière vers le bas, ajoute Christophe Provôt. Il y a eu un travail de fond ces derniers temps, les relations étaient meilleures avec les industriels, nous ne voulons pas de retour en arrière. Et si l'on veut encore du lait en France demain, il faut un prix rémunérateur. Nous sommes là pour faire passer le message. Si la grande distribution fait pression sur les collecteurs, ça peut avoir un effet ».

L'info sera remontée

« Je remonterai l'info, assure le directeur d'Intermarché, Pascal Richez. Je ne suis pas idiot, je suis sur un territoire où il y a beaucoup d'agriculteurs. Tous les consommateurs ne sont pas réfractaires aux prix justes, on le sait ». Son confrère du centre Leclerc est sur la même longueur d'onde. Mais si ça ne suffit pas, les éleveurs ont promis de revenir rapidement. Et ce ne sera peut-être pas la même musique…

 

Retrouvez l'action en vidéo :

Action de stickage des produits Lactalis en Eure-et-Loir.

*Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis.

Rejoignez-nous sur les réseaux pour suivre les mobilisations

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité