Aller au contenu principal

Enseignement
Les lycées agricoles ouvrent leurs portes

L’Agrocampus des Deux vallées a ouvert ses portes samedi 11 mars. Les trois établissements qui le composent (Montoire, Vendôme et Blois) ont présenté leurs différentes formations.

Les portes ouvertes de l’Agrocampus des Deux vallées avaient lieu samedi 11 mars. Trois lycées agricoles du département le compose : Montoire-sur-le-Loir, Vendôme et Blois. Le directeur de l’Agrocampus des Deux vallées, Christophe Roux, s’est rendu sur les trois sites et a ainsi salué les équipes pédagogiques de chaque établissement. Ces portes ouvertes étaient l’occasion pour les établissements de présenter leurs différentes formations ainsi que leurs projets. De nombreux adolescents, accompagnés de leurs parents, sont venus découvrir les établissements au fil d’une visite guidée.

Conseiller et orienter

Au sein de l’établissement de Montoire, les élèves de 4e et 3e ont accueilli les visiteurs pour leur faire visiter les lieux et répondre à toutes les questions. Une brochure explicative était délivrée à chaque famille pour tout savoir sur les formations du lycée agricole. Dans le but de retracer les projets des étudiants, les organisateurs avaient créé des expositions photos tout au long de la visite. Et les professeurs étaient présents pour orienter et conseiller les futurs élèves.

Un marché de producteurs

Cette année, un marché se tenait au sein de l’établissement de Montoire. « Nous voulions créer un marché de producteurs avec d'anciens élèves aujourd’hui installés », précise Sébastien Chauveau, directeur adjoint et responsable par intérim de l’établissement. Une dizaine de producteurs proposaient des produits locaux : miel, terrine, vin, fromage, pommes de terre, etc.

Vanessa Lévêque, ancienne élève du lycée agricole de Montoire, proposait ses produits de charcuterie issus de son élevage porcin : « Je suis installée depuis quatre ans. Après mes études, j’ai travaillé longtemps comme salariée agricole puis j’ai décidé de m’installer ». De même, Laurent Bossay, apiculteur et partenaire pédagogique du lycée, présentait ses différentes gammes de miel.

Présence des anciens élèves

Cette journée était aussi l’occasion pour les anciens élèves de Montoire de revenir pour la traditionnelle remise des diplômes. « Notre volonté est de pouvoir créer du lien et permettre aux nouveaux diplômés de se créer un réseau avec la rencontre des anciens », détaille Sébastien Chauveau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité