Aller au contenu principal

Équins
Les poneys au centre d’un bras de fer

Le Groupement hippique national soutient les prestataires parisiens de balade à poney Animaponey et Anim poney star face à la pétition lancée par Paris animaux Zoopolis.

Les balades à poney font la joie des enfants.
Les balades à poney font la joie des enfants.
© Horizons

Qui n’a jamais rêvé ou expérimenté, enfant, la balade à poney ? Peut-être pas les membres de l’association Paris animaux Zoopolis (Paz), créée en 2017, qui milite pour l’interdiction de plusieurs pratiques liées aux animaux. Après avoir voulu interdire l’utilisation de filets anti-pigeons à la mairie de Paris et à la RATP, elle a décidé de s’attaquer aux balades à dos de poney dans différents parcs de la capitale. Le prétexte invoqué est le manque de professionnalisme du prestataire mais surtout le fait que « ces balades constituent des attractions et transforment les poneys en biens de consommation. Cela apprend aux enfants qu’on peut acheter une balade à poney comme on achète un tour de manège », selon la pétition mise en ligne par l’association, et qui recense près de 6 000 signatures.

Ferme contestation de la profession

Une position fermement contestée par le Groupement hippique national (GHN), qui soutient les prestataires Animaponey et Anim poney star. Comme le rappelle l’association équestre, une Charte pour le bien-être équin a été mise en place et validée par l’État voilà six ans. Elle reconnaît huit mesures phares, parmi lesquelles les soins aux chevaux tout au long de leur vie, l’aménagement d’un environnement sain dédié à leurs besoins ou encore un approvisionnement en eau et en nourriture suffisant. Cette charte s’ajoute à une « réglementation stricte en termes de bien-être équin », précise le GHN. De même, les poneys sont loin d’être exploités et réduits à l’esclavage : « Nos poneys sortent moins de cent jours par an », avance-t-on du côté d’Animaponey. La ville de Paris avait déjà instauré une charte interdisant les sorties lors des canicules, et mettant en place plusieurs temps de repos quotidiens et un congé maternité pour les femelles.

Un intérêt général

Chérie des enfants, cette activité remplit une mission d’intérêt général. Alors que la France devient un pays de plus en plus urbain, les citadins n’ont pas l’occasion de côtoyer beaucoup d’animaux dans leur quotidien, en dehors des pigeons. Le poney permet donc un contact avec la nature et la faune. C’est aussi un moyen d’éduquer les enfants au respect des animaux.

Une première victoire pour les prestataires

À la fin de l’hiver 2021, la mairie de Paris a renouvelé ses autorisations aux deux prestataires. Auparavant de six années, elles ont été réduites à trois ans, alors que Paz réclamait un abaissement à un an pour « manquements aux conventions signées ». Toutefois, la vigilance reste de mise, Paz demandant purement et simplement la fin des balades à poney dans Paris.


Lire aussi notre précédent article sur le sujet : Balades à poney à Paris : maintien des conventions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Case IH : la qualité de récolte à tous les niveaux
La 7250 de Case IH est le modèle du constructeur le plus représenté dans la Marne. Cette moissonneuse, nouvelle génération d’…
Les colzas détruits par la grêle à la suite de l'orage du samedi 4 juin 2022.
Grêle : des centaines d'hectares détruits
Marieke et Dominique, David, Christophe, Nicolas… Pour une vingtaine d'exploitants du sud des Yvelines, la journée du samedi 4 …
En mai 2022 à Villeroy. La famille Codron dans la serre de fraises.
Saveurs fruitées à la Fraiseraie de l’étang
Depuis quatre ans, la famille Codron, à Villeroy, s’est diversifiée dans la production de fraises, et plus récemment de…
En fin de rencontre, les ministres sont repartis avec des fraises de ­l'exploitation Les Marais.
Sécheresse : trois ministres en déplacement dans le Loiret
La Première ministre, la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, ainsi que le ministre de l'…
L'Ideal 7 bénéficie d'une largeur de 3,50 m au transport même équipée de pneus de 800.
Fendt Ideal 7 : une moissonneuse "qui tient ses promesses"
« Plus de puissance, plus de débit, plus de confort », ce sont les mots de Fendt pour définir la gamme Ideal, lancée en 2017.…
Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, revient sur la saison de fraises vécue par la coopérative qui regroupe vingt-trois exploitants.
Les fortes chaleurs ennemies des fraises
Rencontre avec Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, coopérative qui rassemble 23 exploitants à Fontaines-en-Sologne…
Publicité