Aller au contenu principal

Équins
Les poneys au centre d’un bras de fer

Le Groupement hippique national soutient les prestataires parisiens de balade à poney Animaponey et Anim poney star face à la pétition lancée par Paris animaux Zoopolis.

Les balades à poney font la joie des enfants.
Les balades à poney font la joie des enfants.
© Horizons

Qui n’a jamais rêvé ou expérimenté, enfant, la balade à poney ? Peut-être pas les membres de l’association Paris animaux Zoopolis (Paz), créée en 2017, qui milite pour l’interdiction de plusieurs pratiques liées aux animaux. Après avoir voulu interdire l’utilisation de filets anti-pigeons à la mairie de Paris et à la RATP, elle a décidé de s’attaquer aux balades à dos de poney dans différents parcs de la capitale. Le prétexte invoqué est le manque de professionnalisme du prestataire mais surtout le fait que « ces balades constituent des attractions et transforment les poneys en biens de consommation. Cela apprend aux enfants qu’on peut acheter une balade à poney comme on achète un tour de manège », selon la pétition mise en ligne par l’association, et qui recense près de 6 000 signatures.

Ferme contestation de la profession

Une position fermement contestée par le Groupement hippique national (GHN), qui soutient les prestataires Animaponey et Anim poney star. Comme le rappelle l’association équestre, une Charte pour le bien-être équin a été mise en place et validée par l’État voilà six ans. Elle reconnaît huit mesures phares, parmi lesquelles les soins aux chevaux tout au long de leur vie, l’aménagement d’un environnement sain dédié à leurs besoins ou encore un approvisionnement en eau et en nourriture suffisant. Cette charte s’ajoute à une « réglementation stricte en termes de bien-être équin », précise le GHN. De même, les poneys sont loin d’être exploités et réduits à l’esclavage : « Nos poneys sortent moins de cent jours par an », avance-t-on du côté d’Animaponey. La ville de Paris avait déjà instauré une charte interdisant les sorties lors des canicules, et mettant en place plusieurs temps de repos quotidiens et un congé maternité pour les femelles.

Un intérêt général

Chérie des enfants, cette activité remplit une mission d’intérêt général. Alors que la France devient un pays de plus en plus urbain, les citadins n’ont pas l’occasion de côtoyer beaucoup d’animaux dans leur quotidien, en dehors des pigeons. Le poney permet donc un contact avec la nature et la faune. C’est aussi un moyen d’éduquer les enfants au respect des animaux.

Une première victoire pour les prestataires

À la fin de l’hiver 2021, la mairie de Paris a renouvelé ses autorisations aux deux prestataires. Auparavant de six années, elles ont été réduites à trois ans, alors que Paz réclamait un abaissement à un an pour « manquements aux conventions signées ». Toutefois, la vigilance reste de mise, Paz demandant purement et simplement la fin des balades à poney dans Paris.


Lire aussi notre précédent article sur le sujet : Balades à poney à Paris : maintien des conventions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
De g. à d.	: Patrick Langlois, Jean-Marie Fortin, Pierre Coisnon et Sébastien Méry. Tous ont pris la parole pour évoquer le choc énergétique et son impact sur les filières agricoles et alimentaires.
Choc énergétique : les acteurs des filières alimentaires témoignent
Face à la colossale hausse du prix de l’électricité et du gaz, la FNSEA du Loiret a réuni les acteurs des filières alimentaires…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité