Aller au contenu principal

Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher

Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes cultures à la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher, évoque les tendances de la moisson 2022.

La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
© L.B. - Horizons

Cette saison 2022 aura été compliquée pour les céréales. Tout d’abord, la sécheresse a eu un impact considérable sur les différentes cultures. « Cette année, c’est surtout l’orge qui a été impactée par la sécheresse car le mois de mai a été très sec et elle n’a pas bénéficié des dernières pluies », détaille Frédéric Cadoux, conseiller grandes cultures à la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher. Pour lui, ce qui marque cette saison de moisson « c’est la précocité ». En effet, les moissons se sont terminées avant le 14 juillet, ce qui prouve que cette année est « exceptionnelle ».

Frédéric Cadoux est conseiller grandes cultures à la chambre d'Agriculture.
Frédéric Cadoux est conseiller grandes cultures à la chambre d'Agriculture.

Les rendements sont très hétérogènes cette année et fluctuent énormément en fonction des régions naturelles. « Il y a une hétérogénéité importante qui peut passer du simple au double d’une parcelle à une autre en fonction des terres », poursuit le conseiller.

L’eau, un facteur déterminant

Cette année, l’irrigation a eu un impact positif sur les cultures irriguées. « Ce n’est pas le cas chaque année, mais on remarque que cette année l’irrigation a permis d’obtenir de meilleurs rendements, on observe déjà 10 quintaux de plus par passage d’eau », précise ­Frédéric Cadoux. Le stress hydrique des plantes a été un facteur prépondérant sur la réussite ou non des récoltes. Les observations ont pointé un déficit hydrique à partir du 15 février. « Cette année il y a plus de 50 % de déficit hydrique, le mois de mai très sec a été prépondérant », précise le conseiller. C’est d’ailleurs ce manque d’eau qui a rendu les récoltes du département précoces avec une fin de moisson dès le début juillet. « La moisson aurait pu se terminer dès le 6 juillet s’il n’y avait pas eu des pluies tardives », rappelle Frédéric Cadoux. On peut noter des rendements corrects concernant le blé tendre et le blé dur et une belle « surprise avec le colza qui nous a tous étonnés ».

Une qualité hétérogène

Concernant la qualité des récoltes, le conseiller de la chambre d’Agriculture reste prudent sur ce sujet également car « il est encore trop tôt pour évoquer des résultats définitifs ». Toutefois, il admet que la qualité est « très hétérogène dans le département, tout comme les rendements ». Dans l’ensemble, les moissons de cette saison auront été surprenantes, plutôt de manière positive. « C’est mieux que ce à quoi on pouvait s’attendre à la base, mais maintenant il faut remonter toutes les informations et on pourra donner des résultats définitifs prochainement », conclut le conseiller de la chambre d’Agriculture.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité