Aller au contenu principal

Innovation.
Les Trente glorieuses sont devant nous !

Un colloque dédié à l'innovation avait lieu à Orléans : les agriculteurs de la Région Centre ont de beaux jours devant eux.

« L'innovation allant de plus en plus vite, il faut accélérer le processus d'innovation dans les exploitations de la Région » : c'est le message qu'a délivré Robert Chaze. Le président de la chambre d'agriculture de l'Indre et de la Commission régionale de développement, de recherche et de formation (Coredef) s'exprimait à l'occasion d'un colloque qui avait lieu le mercredi 5 décembre à Orléans.

L'orateur a poursuivi : « Sur le plan économique, la concurrence est de plus en plus forte. L'État s'appauvrissant, le volume des aides est plus faible. Les collectivités locales ont également moins de moyens. Au niveau environnemental, il existe une pression de plus en plus forte sur des sujets sensibles. Interviennent également des problèmes moraux et éthiques, notamment les OGM. Comment l'agriculture se positionne-t-elle sur ces enjeux ? »

Une prise de risque

Parler d'innovation, c'est d'abord la définir. Une tâche à laquelle s'est attelé Christophe Bersonnet, de la chambre d'agriculture d'Indre-et-Loire : « L'innovation s'applique à un produit, à un service ainsi qu'à un processus ou à une partie d'un processus. Elle apporte une amélioration radicale et est d'une diffusion rapide. » Et le technicien d'ajouter : « Une innovation est une invention qui a trouvé son marché. »

L'innovation a pour corollaire la recherche. « Il faut faire le lien entre l'éprouvette et le terrain » a déclaré Christophe Bersonnet. D'où l'intérêt d'un « dialogue constructif » entre les deux univers. L'application fera appel à la technologie et la mise en oeuvre passera par l'humain : « L'innovation est un noeud entre la recherche, l'humain, le terrain et la technologie. » Citons, par exemple, le guidage par GPS.

En sa qualité de grand témoin, Christian Huyghe, directeur scientifique adjoint agriculture à l'Institut national de la recherche agronomique (Inra), pointa une difficulté : « L'innovation générant un risque, il faut encourager les gens à prendre des risques. Ce qui pose la question d'un cadre législatif couvrant le risque. Car innover revient à prendre des risques pour rendre service à la société. » Robert Chaze n'a pas dit autre chose : « S'il existait une meilleure couverture du risque, on aurait plus d'innovation. »

La gestion des ressources humaines

La Région Centre compte 825 éleveurs laitiers possédant plus de vingt vaches. À l'initiative de la chambre d'agriculture d'Indre-et-Loire, une enquête a été menée auprès de ces professionnels. Objectif : identifier les besoins des éleveurs et des laiteries et préparer un plan d'action sur cinq ans. 649 entretiens en face-à-face furent organisés. L'opération, d'un montant de 150.000 EUR, mobilisa quarante agents.

Les résultats de l'étude furent restitués aux intéressés l'été dernier. Commentaire de Dominique Le Coq, directeur général de la chambre d'agriculture d'Indre-et-Loire : « La production de lait assurée aujourd'hui sera encore là demain. » En effet, 34 % des éleveurs interrogés envisagent d'augmenter leur production de 245.000 litres au cours des cinq prochaines années ! Autre chiffre : 40 % des exploitants projettent de prendre un associé ou un salarié.

Gehodes est un programme d'accompagnement à la gestion des ressources humaines. Exerçant à la chambre d'agriculture du Cher, Claire Prévost exprima sa conviction : « La gestion des ressources humaines fait partie intégrante de la gestion d'une entreprise, au même titre que les aspects économiques et techniques. » L'ergonomie en est l'une des déclinaisons. L'enjeu : « Trouver le meilleur compromis entre la performance et l'humain. »

Le rôle crucial de la formation

Après les différents morceaux d'architecture, la parole circula sur les colonnes. Notons cette intervention : « Une innovation n'est pas forcément une révolution et l'invention de quelque chose de nouveau. C'est aussi la transposition de quelque chose qui existe par ailleurs. » Autrement dit, un transfert de technologie est une innovation.

Une analyse reprise à son compte par Christian Huyghe : « Faire une succession de petits pas s'assimile à de l'innovation. Une innovation qui n'est pas une rupture, la rendant plus facile à appréhender. Le fonctionnement collectif est ce qui le permet le mieux. » Le représentant de l'Inra a également souligné « le rôle crucial » de la formation. Initiale et continue. « Au niveau local, les chambres d'agriculture doivent travailler avec les lycées agricoles. »

Le directeur scientifique a délivré un message empreint d'optimisme : « Les Trente glorieuses sont devant nous ! » Des propos motivés par les défis alimentaires et énergétiques mondiaux : « Nous allons connaître une révolution et nos agricultures européennes y auront une place majeure ! »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité