Aller au contenu principal

L’interdiction des anti-germinatifs rebattra les cartes

L’interdiction prochaine des anti-germinatifs rebattra les cartes de la production de pommes de terre : les pommes de terre seront conservées moins longtemps, ce qui nécessitera des calendriers par région et sans doute aussi la mise en culture dans de nouvelles régions. Le congrès de Fedepom, la Fédération des négociants en pommes de terre, qui s’est tenu les 7 et 8 juin à Nantes, s’en est fait l’écho.

« Nous avons nous aussi notre “glyphosate” », a indiqué Christophe Mallet, directeur de Fedepom, au congrès de son organisation. La Commission européenne compte interdire les anti-germinatifs sur pommes de terre dans un à trois ans. Les remplacer modifiera en profondeur les façons de pratiquer les métiers de la filière de la pomme de terre non transformée. « Il faudra sortir de l’économie du frigo et avoir plus de technicité », a commenté Christophe Mallet. Les moyens de s’adapter sont multiples.


De nouveaux calendriers de récolte, de nouvelles régions de production
Il faudra d’abord recourir à des produits alternatifs à ceux de la chimie. Il faudra ensuite que les obtenteurs sélectionnent des variétés qui ont plus de dormance et moins d’énergie germinative. Cela ne manquera pas de conséquences pour les producteurs : si les pommes de terre germent moins dans les rayons des magasins, elles germeront moins aussi dans les champs. Il faudra également que le consommateur comprenne que les tubercules vont germer un peu plus qu’auparavant quand il les stockera chez lui. « La germination est un processus naturel », a fait remarquer Marc Morellato, président de Fedepom. La filière devra aussi songer à développer la primeur. Celle-ci est cultivée principalement en Bretagne et en Vendée.
On pourra voir surtout émerger une production de pommes de terre qui, sans être des primeurs, seront appelées à être consommées plus vite après la récolte et à moins stationner dans les frigos. Deux leviers sont possibles : un levier variétal et une nouvelle distribution régionale de la culture de la pomme de terre en France. Sur le levier variétal, des calendriers devront être aménagés pour étaler la production selon la précocité des variétés tout au long de la saison. Il pourra en résulter davantage de débouchés de proximité, a évoqué Christophe Mallet. Sur le levier régional, d’autres régions que la Picardie, qui est le bassin traditionnel de la pomme de terre de conservation, pourront se développer pour que les calendriers soient plus étalés : la Bretagne, le Sud-Ouest, le Sud-Est.


Un plan de relance de consommation de la pomme de terre fraîche
Au-delà de la suppression des anti-germinatifs, la filière cherche à réduire les traitements phytosanitaires en général. Mais elle se heurte aux demandes contradictoires du consommateur : il voudrait des produits qui soient moins traités et qui soient bons et beaux en même temps. ...

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité