Aller au contenu principal

Marc Fesneau inaugure une nouvelle plateforme Metro à Rungis

Le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau a visité le Min de Rungis, puis inauguré la nouvelle plateforme Metro mercredi 9 novembre.

C'était la première visite sur le marché international de Rungis (Val-de-Marne), mercredi 9 novembre, pour le ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Marc Fesneau, qui à cette occasion a inauguré la nouvelle plateforme logistique de Metro, grossiste spécialisé dans l’agroalimentaire.

Après une présentation de ce marché, le plus gros en produits frais au monde, par le président de la Semmaris*, Stéphane Layani, le ministre a parcouru l’ensemble des secteurs d’activité, à commencer par la marée.

Sur le Carreau des producteurs, où les clients viennent pour le lien direct avec les producteurs et l’extra fraîcheur des produits, le président de l’AIDPFL (Association interdépartementale des producteurs de fruits et légumes d’Île-de-France), Benjamin ­Simonot-De Vos, aux côtés de son homologue de la FNPL**, Jacques Rouchaussé, a notamment mis l’accent sur l’explosion du coût des énergies (gaz et électricité en premier lieu). « À titre personnel, en 2022 ma facture d’électricité va passer de 40 000 euros annuel à 150 000 euros. Je suis incapable de les sortir ni de les répercuter sur le prix de vente de mes produits », a expliqué le maraîcher de Chailly-en-Bière.

Autre sujet évoqué, les difficultés à trouver de la main-d’œuvre. Le ministre s’est notamment arrêté sur l’espace de la famille Chevet, qui produit des fleurs comestibles, et de l’EARL de l’Angélus où l’exploitante lui a lancé : « On prend de gros risques avec des avances de trésorerie énormes au début de chaque campagne. C’est un coup de poker à chaque fois. Pendant la Covid, on a répondu présent et tenu le choc. Aujourd’hui, on se sent oubliés. Pensez à nous ».

Le ministre a achevé sa visite par l’inauguration officielle de la nouvelle plateforme logistique Metro de Rungis, groupe présent depuis trente ans sur le Min. Ce nouveau bâtiment de 15 000 m2 — contre 5 000 m2 pour l’ancien site — regroupe les activités fruits et légumes, fromages et crémerie, ainsi que charcuterie au sein de locaux adaptés qui placent la logistique au cœur de la transition écologique. « Ce site unique dans un lieu unique qui constitue un certain art de vivre à la française est implanté dans le cœur battant de la gastronomie et de l’excellence », note le directeur général de Metro France, Pascal Peltier. Avec la totalité du toit couvert de panneaux photovoltaïques, une température totale dirigée pour le froid…, ce bâtiment est à énergie positive. 45 000 tonnes de marchandises transitent chaque année par Metro sur le Min de Rungis, « véritable centre névralgique au service de la RHF*** et des commerces indépendants avec un accent sur les produits locaux. Le Min est un marché, donc un des éléments des circuits courts », a conclu le ministre.

*Société gestionnaire du Min de Rungis.

**Fédération nationale des producteurs de légumes.

***Restauration hors foyer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Publicité