Aller au contenu principal

Michel Rouger fait vivre la Grande guerre

Michel Rouger dirige le plus grand musée européen dédié à la Première Guerre mondiale qui a ouvert à Meaux (Seine-et-Marne) en novembre 2011.

« À travers la Grande guerre, nous sommes entrés dans le XXe siècle »
« À travers la Grande guerre, nous sommes entrés dans le XXe siècle »

Retrouvez ici la visite du musée de Meaux par les agriculteurs de Seine-et-Marne.

Rien ne destinait Michel Rouger à se spécialiser dans le conflit de la Première Guerre mondiale si ce n’est sa formation en histoire et muséologie. Après avoir œuvré à la mise en place de tous les produits de multimédia du Musée d’art et d’industrie de Saint-Étienne (Loire) en vue de sa réouverture en 2001, puis au sein d’un cabinet d’étude en ingénierie culturelle et touristique à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), il est recruté en 2006 en tant que chef de projet du Musée de la Grande guerre à Meaux (Seine-et-Marne). « Une page blanche s’ouvrait à moi », raconte Michel Rouger, heureux d’évoquer le défi lancé à l’époque sur ce territoire marqué par la première bataille de la Marne.


Un terrain surplombant la cité meldoise où était implanté un mémorial offert par les Américains en 1932 en hommage à la première bataille de la Marne et cinquante mille objets issus de la collection de Jean-Pierre Verney, Seine-et-marnais qui lui a fait partager ses connaissances sur cette période : voilà ce dont il disposait pour créer un musée.
Tel un chef d’orchestre, Michel Rouger a participé et dirigé toutes les étapes du projet que ce soit au niveau du concours des architectes, de la création et de l’organisation de l’équipe ou des relations avec le conseil scientifique. « Je me suis également plongé dans l’histoire de la Première Guerre mondiale pour imaginer les pièces à présenter, la scénographie… » Des étapes qui lui ont ouvert les yeux sur la richesse de cette période. « Communication, médecine, évolution mécanique… À travers la Grande guerre, nous sommes entrés dans le XXe siècle », estime Michel Rouger, qui partage avec ceux qui l’entourent — et en premier lieu l’équipe du musée — sa passion pour ce premier conflit dit moderne.


« Le Musée de la Grande guerre se veut un musée de société plus que de la guerre », insiste Michel Rouger, très prolixe sur son « bébé ». Il l’a porté sur les fonts baptismaux le 11 novembre 2011, jour de l’inauguration, et le dirige depuis. La pédagogie, son maître-mot, y tient une place importante. Sa grande fierté trois ans après l’ouverture : avoir donné une âme au musée en marquant sa différence grâce à la diversité de la collection : une force.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Case IH : la qualité de récolte à tous les niveaux
La 7250 de Case IH est le modèle du constructeur le plus représenté dans la Marne. Cette moissonneuse, nouvelle génération d’…
Les colzas détruits par la grêle à la suite de l'orage du samedi 4 juin 2022.
Grêle : des centaines d'hectares détruits
Marieke et Dominique, David, Christophe, Nicolas… Pour une vingtaine d'exploitants du sud des Yvelines, la journée du samedi 4 …
En mai 2022 à Villeroy. La famille Codron dans la serre de fraises.
Saveurs fruitées à la Fraiseraie de l’étang
Depuis quatre ans, la famille Codron, à Villeroy, s’est diversifiée dans la production de fraises, et plus récemment de…
En fin de rencontre, les ministres sont repartis avec des fraises de ­l'exploitation Les Marais.
Sécheresse : trois ministres en déplacement dans le Loiret
La Première ministre, la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, ainsi que le ministre de l'…
L'Ideal 7 bénéficie d'une largeur de 3,50 m au transport même équipée de pneus de 800.
Fendt Ideal 7 : une moissonneuse "qui tient ses promesses"
« Plus de puissance, plus de débit, plus de confort », ce sont les mots de Fendt pour définir la gamme Ideal, lancée en 2017.…
Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, revient sur la saison de fraises vécue par la coopérative qui regroupe vingt-trois exploitants.
Les fortes chaleurs ennemies des fraises
Rencontre avec Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, coopérative qui rassemble 23 exploitants à Fontaines-en-Sologne…
Publicité