Aller au contenu principal

Néonicotinoïdes : « La raison l’a emporté sur la passion »

Charles Perdereau, président de JA 45, salue les six députés du département qui ont tous voté pour l’adoption du projet de loi pour la réintroduction temporaire des néonicotinoïdes.

© JA 45

Mardi 6 octobre, l’Assemblée nationale a voté le retour temporaire des néonicotinoïdes en France pour la filière betteravière. Le travail syndical a porté ses fruits, la filière betteravière respire.

Interdit depuis 2016, l’usage des néonicotinoïdes bénéficiera, sous réserve que le Sénat adopte également le texte, d’une dérogation de trois ans pour la production de betteraves sucrières.

Charles Perdereau, président de JA Loiret, se dit satisfait de constater que la raison l’a emporté sur la passion et salue les six députés du département qui ont tous voté pour l’adoption du projet de loi : « Nos rencontres avec les parlementaires n’auront pas été vaines, nous les remercions pour leur écoute et leur pragmatisme ».

Il reste cependant prudent : « Nous resterons vigilants sur la suite du processus législatif et saurons rappeler les enjeux économiques et sociaux aux éventuels indécis ».

Cette décision est selon lui une bouffée d’air frais pour la filière : « La réintroduction temporaire des néonicotinoïdes va permettre d’apporter de la visibilité aux planteurs les incitant ainsi à continuer de produire pour les prochaines années. Cela va permettre de pérenniser nos outils de transformation et ainsi maintenir une production de sucre en France ».

Charles Perdereau tient également à rappeler les engagements de la filière et les particularités agricoles : « La profession s’est engagée dans un plan de transition vers une culture sans néonicotinoïdes à l’horizon 2024. La recherche est clé pour trouver des alternatives mais il faut avoir conscience que nous travaillons avec le vivant et que l’agriculture repose sur des cycles annuels voire pluriannuels ».

Enfin, il s’interroge sur la mise en œuvre des contreparties pressenties : « Les planteurs se prennent en charge pour adapter leurs pratiques et protéger les pollinisateurs. Ils devraient notamment implanter des surfaces mellifères sur l’ensemble des exploitations betteravières. Cela entraîne des charges supplémentaires et réduit la surface agricole utile des exploitations. Quelles seront les contreparties financières pour des structures qui sont déjà, pour certaines, en difficulté économique ? ».

 



Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité