Aller au contenu principal

Édito
Damien Greffin et Cyrille Milard : « Pac 2023 et les derniers arbitrages : où en est-on de la simplification ? »

Présidents respectivement de la FDSEA Île-de-France et de la FDSEA de Seine-et-Marne.

Damien Greffin et Cyrille Milard
© Archives

« Le Plan stratégique national (PSN) entame un nouvel aller-retour entre la France et la Commission européenne. Cette dernière ayant demandé à la France de revoir l’accompagnement de l’agriculture biologique, de durcir certaines règles de la conditionnalité (diversité d’assolement, taille des haies…).

Il faut toutefois noter que le ministre de l’Agriculture n’a pas souhaité modifier profondément l’articulation de cette future Pac* (maintien du taux de transfert du premier pilier au second à 7,53 %, du paiement redistributif, renforcement des aides JA…).

Si globalement les éco-régimes sont maintenus, deux modifications sont annoncées :

  • un troisième niveau d’accès est créé pour l’agriculture biologique. Ce niveau est également accessible pour les exploitations en conversion bio dès lors que le cahier des charges est respecté sur l’ensemble des surfaces, et qu’une partie des surfaces a terminé sa conversion. La certification HVE permettra d’atteindre le niveau supérieur des éco-­régimes. Pour autant, le cahier des charges sera rénové et durci. Les exploitations déjà certifiées disposeront d’une année transitoire pour se mettre en conformité ;
  • bien loin des attentes et des demandes de la profession agricole et des contraintes de gestion supplémentaires, le ministère annonce le doublement du coefficient de pondération des haies, 1 m linéaire = 20 m2, contre 10 m actuellement. La période d’interdiction de la taille des haies du 1er avril au 31 juillet est élargie du 16 mars au 15 août.

 

À la suite de ces arbitrages, il reste pourtant des combats à mener, notamment sur la nécessité de produire plus, et mieux. Aucun engagement sur l’obligation de 4 % de surfaces non productives inscrites dans la BCAE 8 alors que l’Europe appelle à produire davantage face au manque de céréales disponibles sur le ­marché.

Encore en discussion avec la Commission

La BCAE 7 imposerait une rotation à la parcelle sur 60 % des terres cultivées. Des dérogations seraient accordées pour les assolements constitués de plus de 15 % de légumineuses à graines et fourragères et pour les gros assolements en maïs. Ces deux dispositions sont dans l’attente de validation par la Commission européenne. Il s’agit là d’une complexité de plus à gérer sur nos assolements.

Un calendrier en attente de la Commission

À la suite de l’envoi de cette énième version du PSN, le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, attend une validation de la Commission durant l’été. C’est oublier que les assolements sont déjà prévus et que les agriculteurs attendent des règles claires. Croyez bien que nous mettons tout en œuvre pour maintenir le niveau d’aide Pac sur nos exploitations. Nous reviendrons vers vous dès que les règles seront fixées. »

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
De g. à d.	: Patrick Langlois, Jean-Marie Fortin, Pierre Coisnon et Sébastien Méry. Tous ont pris la parole pour évoquer le choc énergétique et son impact sur les filières agricoles et alimentaires.
Choc énergétique : les acteurs des filières alimentaires témoignent
Face à la colossale hausse du prix de l’électricité et du gaz, la FNSEA du Loiret a réuni les acteurs des filières alimentaires…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité