Aller au contenu principal

Édito
Damien Greffin et Cyrille Milard : « Pac 2023 et les derniers arbitrages : où en est-on de la simplification ? »

Présidents respectivement de la FDSEA Île-de-France et de la FDSEA de Seine-et-Marne.

Damien Greffin et Cyrille Milard
© Archives

« Le Plan stratégique national (PSN) entame un nouvel aller-retour entre la France et la Commission européenne. Cette dernière ayant demandé à la France de revoir l’accompagnement de l’agriculture biologique, de durcir certaines règles de la conditionnalité (diversité d’assolement, taille des haies…).

Il faut toutefois noter que le ministre de l’Agriculture n’a pas souhaité modifier profondément l’articulation de cette future Pac* (maintien du taux de transfert du premier pilier au second à 7,53 %, du paiement redistributif, renforcement des aides JA…).

Si globalement les éco-régimes sont maintenus, deux modifications sont annoncées :

  • un troisième niveau d’accès est créé pour l’agriculture biologique. Ce niveau est également accessible pour les exploitations en conversion bio dès lors que le cahier des charges est respecté sur l’ensemble des surfaces, et qu’une partie des surfaces a terminé sa conversion. La certification HVE permettra d’atteindre le niveau supérieur des éco-­régimes. Pour autant, le cahier des charges sera rénové et durci. Les exploitations déjà certifiées disposeront d’une année transitoire pour se mettre en conformité ;
  • bien loin des attentes et des demandes de la profession agricole et des contraintes de gestion supplémentaires, le ministère annonce le doublement du coefficient de pondération des haies, 1 m linéaire = 20 m2, contre 10 m actuellement. La période d’interdiction de la taille des haies du 1er avril au 31 juillet est élargie du 16 mars au 15 août.

 

À la suite de ces arbitrages, il reste pourtant des combats à mener, notamment sur la nécessité de produire plus, et mieux. Aucun engagement sur l’obligation de 4 % de surfaces non productives inscrites dans la BCAE 8 alors que l’Europe appelle à produire davantage face au manque de céréales disponibles sur le ­marché.

Encore en discussion avec la Commission

La BCAE 7 imposerait une rotation à la parcelle sur 60 % des terres cultivées. Des dérogations seraient accordées pour les assolements constitués de plus de 15 % de légumineuses à graines et fourragères et pour les gros assolements en maïs. Ces deux dispositions sont dans l’attente de validation par la Commission européenne. Il s’agit là d’une complexité de plus à gérer sur nos assolements.

Un calendrier en attente de la Commission

À la suite de l’envoi de cette énième version du PSN, le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, attend une validation de la Commission durant l’été. C’est oublier que les assolements sont déjà prévus et que les agriculteurs attendent des règles claires. Croyez bien que nous mettons tout en œuvre pour maintenir le niveau d’aide Pac sur nos exploitations. Nous reviendrons vers vous dès que les règles seront fixées. »

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité