Aller au contenu principal

PMA 28 recherche des producteurs de chanvre

La société PMA 28 propose des contrats pour la production de chanvre, en traditionnel ou en bio, sur un vaste secteur.

Émeline Beun, du service agronomique de PMA 28, en charge du suivi de la production de chanvre.
Émeline Beun, du service agronomique de PMA 28, en charge du suivi de la production de chanvre.
© H.C. - Horizons

La société PMA 28, fondée par Jean-Raymond Vannier, est spécialisée dans la production et le négoce de plantes médicinales et aromatiques. Elle vient de lancer les Huileries de Beauce, à Châteaudun, et a repris en juillet dernier, à la suite de ses difficultés, la société Gatichanvre, implantée en Essonne.

700 hectares de chanvre

Pour alimenter ces deux unités de transformation, PMA 28 cherche des producteurs de chanvre, sur des surfaces en bio de préférence. La plante serait ainsi valorisée en entier, huile et fibre, par le même groupe. Et comme les capacités de traitement de Gâtichanvre ont été revues à la hausse, PMA 28 aurait besoin de 700 hectares supplémentaires pour faire tourner son unité. Ces surfaces peuvent se situer au sud de la région parisienne comme dans le Loiret, l'Eure-et-Loir ou le Loir-et-Cher.

Du point de vue agronomique, le chanvre est considéré comme une tête de rotation qui améliore le rendement de la culture suivante et réduit l'enherbement. C'est une culture de printemps, conduite sans produits phytos, qui ne demande que peu d'engrais et résiste au sec.

La récolte est assurée soit par un prestataire, soit par PMA 28. Il est juste demandé à l'exploitant de stocker la paille qui sera enlevée dans l'année. Quant à la graine, celle-ci devant être séchée le jour de la récolte, soit PMA 28 s'en charge, soit l'agriculteur la sèche, la trie, la stocke et la livre à l'huilerie contre rémunération.

Contractualisation

À titre indicatif, PMA 28 indique un rendement graine moyen autour de 800 kg/ha, valorisée de 800 euros/tonne en conventionnel à 1 200 euros/tonne en bio, auxquels s'ajoutent 200 euros, ou 300 euros en bio, si la graine est préparée et livrée par l'exploitant. Le rendement paille s'établit en moyenne autour de 6 t/ha, valorisée 140 euros/tonne. Les aides Pac en 2022 sont de 95 euros/hectare. La prestation de récolte, fanage, andainage se chiffre à environ 300 euros par hectare et le pressage 9,50 euros par botte.

+ d'infos :

Pour plus d'infos, contacter Émeline Beun, service agronomique de PMA 28, au 06.25.72.79.11.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité