Aller au contenu principal

Plants
Pomme de terre : Semae alerte sur les pratiques à risques

Semae rappelle les règles et les risques liés à l’autoproduction de plants fermiers et à la coupe de plants certifiés.

Des règles sont à respecter en matière de plants de ferme et de coupe de plants.
Des règles sont à respecter en matière de plants de ferme et de coupe de plants.
© archives

L'interprofession des semences et plants, Semae, rappelle, dans un communiqué de presse publié le 14 mars, les règles et les risques liés à l’autoproduction de plants fermiers et à la coupe de plants certifiés.

L’autoproduction de plants fermiers, à savoir l’utilisation de tout ou partie de sa récolte issue de plants certifiés pour un emblavement l’année suivante, est autorisée mais très encadrée et doit être anticipée et suivre une procédure sanitaire rigoureuse, explique ainsi l'interprofession. Le plant fermier ne peut être utilisé que par son propre producteur, uniquement à partir de plants certifiés, sur sa propre exploitation, et ne peut en aucun cas faire l’objet d’échanges avec d’autres agriculteurs. Ainsi, que la variété soit libre ou protégée, un producteur de pommes de terre devra :

- avant plantation des plants certifiés (soit plus d’un an avant la replantation des plants fermiers) : effectuer une déclaration au Sral (Service régional de l'alimentation) et demander des prélèvements de sol des parcelles concernées, suivis d’une analyse officielle pour vérifier l’absence de nématodes à kystes ;

- en cas d’absence de nématodes : demander un prélèvement et une analyse officielle de bactéries de quarantaine sur tubercules de la récolte issue des plants certifiés.

Semae rappelle également que la plantation de plants fermiers de variétés protégées doit faire l’objet d’une déclaration à la Sicasov l’année de plantation des plants fermiers, et que les producteurs doivent payer une part des droits d’obtention correspondants.

Risques liés à la coupe de plants

La coupe de plants consiste à couper des plants certifiés et à cicatriser les demi-plants avant plantation. Si la pratique est mise en œuvre par certains opérateurs économiques, Semae rappelle toutefois que :

- la qualité de la culture n’est pas garantie en cas de coupe de plants et dépendra de facteurs variés comme la maturité, le taux de matière sèche ou encore les conditions d’implantation ;

- la coupe de plants nécessite leur décertification, et les plants coupés ne peuvent plus être certifiables, ce qui implique un transfert de responsabilité en cas de problème en cours de végétation ou à la récolte.

Plus d'infos sur www.semae.fr.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Philippe Girardot.
« Entretien des jachères en Seine-et-Marne : une seule et même date d’interdiction pour tout le département, du 10 mai au 1er juillet »
Le président de la commission faune sauvage de la FDSEA 77, Philippe Girardot, explique l'harmonisation les dates d’…
Marc Langé quitte la présidence de l'AIEL.
Irrigants : « J'ai annoncé que je me retirais de la présidence de l'AIEL »
L'assemblée générale de l'Association des irrigants d'Eure-et-Loir (AIEL) s'est déroulée le 25 mars à Chartres. Le point…
À La Boissière-École (Yvelines), le 14 mars. La responsable d'élevage de la Ferme de la Tremblaye, Bérénice Giot, a largement participé à la conception des nouveaux bâtiments de l'atelier bovin.
Ferme de la Tremblaye : une révolution opérée grâce aux nouveaux bâtiments
Au confins de l'Eure-et-Loir et des Yvelines, la Ferme de la Tremblaye a déménagé tout son cheptel bovins dans des bâtiments…
À Chaingy (Loiret), jeudi 14 mars. La FNSEA 45 a organisé une rencontre
pour mettre à l'honneur la filière orge brassicole.
Du grain d'orge à la bière, les coulisses d'une réalité agricole
À l'occasion de la Saint-Patrick, la FNSEA du Loiret a mis en lumière la filière orge brassicole. Rendez-vous était donné à la…
[VIDÉO] Arnaud Rousseau réagit après le congrès FNSEA
À l'issue des trois jours de congrès qui se sont achevés par un discours du ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau, jeudi 28…
« Betteraves 2024 : des semis sous pression »
Jean-Philippe Garnot, président de la CGB* Île-de-France, alerte sur l'absence de solutions face à la jaunisse virale de la…
Publicité