Aller au contenu principal

Mobilisations : « Qu'est-ce qu'il y a au menu ce soir ? »

Lorsque les agriculteurs se sont installés aux différents points de blocage, il a fallu prévoir nourriture, abris, eau potable… Toute une organisation à mettre en place.

Jeudi 1er février, aire de Chennevières, le cortège du Pas-de-Calais arrive dans un concert de klaxons. Il est 16 heures. « Qu'est-ce qu'on va leur faire à manger ce soir ? », s'inquiète Alice Avisse, présidente de l'arrondissement de Senlis pour la FDSEA Oise, avant de se rasséréner aussitôt : « Il y a encore plein de grillades ». Tartiflettes, choucroute, barbecue : pas question de se laisser mourir de faim sur les barrages.

Chacun sa mission

Pour cela, une organisation quasi militaire s'est mise en place, en commençant par la répartition des tâches entre départements. « Sur le point de blocage de l'A10, le Loiret s'est chargé du matériel de restauration, l'Eure-et-Loir a apporté la nourriture, et nous avons coordonné l'ensemble », explique Pierre Bot, président de la commission Nouvelles formes d'agricultures et administrateur de la FDSEA Île-de-France. Récupérer des réchauds, des grilles de barbecue, des thermos, des bouteilles d'eau, un groupe électrogène, des frigos : à chacun sa mission. « Nous avions une super équipe, et l'intendance a pu se faire facilement grâce à la bonne volonté de tous », note Guillaume Moret, président du syndicat Pays de France, en charge du point de blocage sur l'A1.

Tours de garde

Pour le couchage, certains avaient amené leur caravane, des tentes, des matelas gonflables. D'autres dormaient dans leur véhicule ou dans les remorques. Ceux qui n'étaient pas trop éloignés de leur domicile faisaient parfois un saut chez eux pour prendre une douche, se reposer, avant de repartir sur le point de blocage. « Nous avons établi des plannings avec des tours de garde par tranches de douze heures », explique Thomas Robin, président de la commission Action syndicale à la FDSEA Île-de-France.

Au moment de la levée des blocages, l'objectif était clair : « Ranger et nettoyer ». Du côté de la Sanef (société des autoroutes) et des syndicats de traitement des ordures ménagères, on s'est montré compréhensif. Des bennes ont été mises à disposition pour évacuer les déchets. Au final, si le sommeil a parfois été difficile, le ravitaillement a toujours été assuré. Autre grand motif de satisfaction : l'absence de dégradation et de problème de sécurité durant toute la durée du mouvement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Nicolas Roch nous a quittés
Nous avons la tristesse d'apprendre le décès de Nicolas Roch, survenu accidentellement lundi 3 juin à l'âge de 46 ans.
Même si Miss France ne vient pas cette année, rendez-vous tout de même ce week-end au comice agricole de Dangeau.
Rendez-vous à Dangeau ce week-end pour le comice
La grande famille des éleveurs donne rendez-vous à tous ce week-end pour le comice agricole Perche et Dunois, à Dangeau.
Mercredi 15 mai, à Janville-en-Beauce. En présence du président et du directeur général de Cristal Union, Olivier de Bohan et Xavier Astolfi (au c.), le président de la section Pithiviers-Toury, Olivier Duguet (à g.), a ouvert son assemblée générale par l'annonce d'un prix record pour les betteraves.
Betteraves : Cristal Union annonce un prix record
La section Pithiviers-Toury de la coopérative Cristal Union a tenu son assemblée générale annuelle le 15 mai à Janville-en-…
Vendredi 17 mai, à Dangeau. Le jeune éleveur Victor Forge (à g.) a expliqué les difficultés de désherbage de sa nouvelle parcelle de lavande, travail manuel requis.
Le comice de Dangeau est lancé
Quel lien y a-t-il entre une entreprise spécialisée dans la production de godets pour l'agricole et le BTP, les établissements…
D'anciennes variétés de blé de nouveau au goût du jour
Damien Foussereau, céréalier à Authon, a décidé de se lancer dans la meunerie et de cultiver des variétés de blé anciennes. Une…
Vincent Portier vit sa première campagne en tant que producteur de fraises à Tour-en-Sologne. Pour le moment, la récolte se passe bien malgré un manque de main d'œuvre qui pose des soucis au quotidien.
Vincent Portier lance sa première récolte de fraises
Les fraises sont de sortie et les cueilleurs s’activent pour remplir les barquettes de 250 ou 500 grammes. Vincent Portier,…
Publicité