Aller au contenu principal

Santé
Se prémunir contre les risques pendant la taille de la vigne

La taille de la vigne va bientôt démarrer en Loir-et-Cher. Voici quelques points de vigilance à respecter pour limiter les risques d'accident

La période de la taille est un moment cruciale en viticulture. Celle-ci détermine l'évolution du cep au cours de sa croissance et assure une production équilibrée sur celui-ci. Cette activité n'est cependant pas sans risques. Chaque année, la MSA reçoit des déclarations de maladies professionnelles, de troubles musculo-squelettiques (TMS) ou périarticulaires, d'accidents dus à des coupures… Des mesures de prévention sont recommandées pour limiter les accidents.

Attention aux coupures et TMS

Lors de la taille de la vigne, plusieurs risques majeurs existent. Premièrement, les coupures. « On utilise des sécateurs manuels ou assistés, électriques ou pneumatiques. Le risque est particulièrement fort avec les systèmes électriques, car il suffit d'appuyer un petit peu et la lame se referme. Il faut donc être vigilant à sa main libre, plus exposée aux dangers de coupures », indique Jean-­Baptiste Pelletan, préventeur à la MSA Berry-Touraine. Le danger est d'autant plus élevé que les gestes sont rapides et répétitifs. Le régime de protection sociale estime qu'en moyenne un tailleur donne 14 000 coups de sécateurs par jour.

Autres risques : les troubles musculo-squelettiques. « Cela concerne les membres supérieurs : les épaules, les coudes et les poignets. Derrière, en raison de la répétition des gestes, on peut par exemple avoir des problèmes de canal carpien. » Les vignes étant basses, les ouvriers doivent se mettre à leurs niveaux. Les positions ne sont pas toujours adaptées et peuvent entraîner des tensions dans le bas du dos. « Celles-ci peuvent se transformer en lumbago, douleurs chroniques… »

Il faut également être attentifs aux risques de chute dans les vignes ou de blessures au niveau des yeux. « Des bouts de sarments peuvent par exemple atterrir dans l'œil », prévient Jean-Baptiste Pelletan.

Des équipements adaptés

Afin de limiter les risques, les tailleurs doivent être munis d'un équipement de protection. Le port de lunettes de protection couvrantes et de chaussures de sécurité est préconisé. Des gants anti-­coupures sont également essentiels. Ceux-ci peuvent être en cuir. Dans ce cas, il est important de les graisser régulièrement afin qu'ils restent souples. Des gants électroniques, adaptés aux sécateurs électriques peuvent également être utilisés. Dès que ceux-ci entrent en contact avec une partie métallique (lame ou contre-lame) du sécateur, le cisaillement se stoppe. La taille se pratiquant en période hivernale, il est également nécessaire de se munir de vêtements chauds, à manches longues. Ceux-ci ne doivent cependant pas gêner la visibilité du tailleur.

Par ailleurs, pour limiter les risques, il faut veiller à avoir un outil adapté et bien entretenu. Celui-ci doit correctement tenir dans la main. Les sécateurs doivent être régulièrement nettoyés et affûtés. « Dans l'idéal, il faut affiler la lame toutes les heures », affirme Jean-Baptiste Pelletan. Il est également recommandé de graisser son sécateur toutes les semaines, de resserrer régulièrement les écrous et de changer la lame en cas d'accroc ou d'usure. « Il est important que le sécateur coupe efficacement. Dans le cas contraire, le tailleur risque de trop forcer et de se créer des contraintes pouvant entraîner des douleurs. »

Attention aux positions

Pour limiter les troubles musculo-­squelettiques, il est important de veiller à sa position dans les vignes. « Il faut essayer de garder au maximum le dos le plus droit possible. Mais cela est bien souvent difficile à respecter dans les vignes », indique le préventeur. Des équipements existent pour améliorer le confort des viticulteurs : « Il y a par exemple des sièges adaptés qui se déplacent sur la longueur du rang ».

Alterner les tâches et les positions est aussi un moyen de lutter contre les troubles musculo-­squelettiques. S'échauffer avant la taille et boire régulièrement de l'eau, afin de limiter la fatigue musculaire, sont également conseillés par la MSA.

Les obligations de l'employeur

Les employeurs ont dans l'obligation de former leurs salariés à la pratique de la taille et à l'utilisation des outils. Ils doivent également informer les ouvriers sur les risques et les précautions à prendre en compte à travers le Document unique d'évaluation des risques. Enfin, les employeurs doivent mettre à disposition de leurs salariés les équipements de protection individuelle : gants, lunettes…
 

+ d'infos :

Pour en savoir plus, consulter la vidéo Taille de la vigne de la MSA ici.

Les plus lus

Récolte 2021 : premier bilan
Alors que la récolte s’achève, le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves en Centre-Val de Loire,…
Le 15 octobre, à Serazereux. Clara Servain et Simon De Vos se sont lancés dans l'élevage et proposent leurs produits laitiers à l'orée de Chartres.
Du lait produit tout près de Chartres par un jeune couple
Installés à Serazereux, Clara Servain et Simon De Vos proposent des produits laitiers issus du lait de leurs vaches de race kiwi.
Noxi fruits recherche des producteurs qui souhaitent implanter un verger de noisetiers.
Noxi fruits, une casserie locale de noisettes
Spécialisée dans la transformation et la conservation des noisettes, Noxi fruits recherche des producteurs qui souhaitent…
Château-Landon, mercredi 27 octobre. Avant d'échanger sur la filière betteravière, l'activité de la Sica* gâtinaise de déshydratation a été présentée à Valérie Lacroute.
Filière betteravière : enjeux et perspectives
La vice-présidente de la Région en charge de l’agriculture et de l’alimentation, Valérie Lacroute, a échangé sur les enjeux de la…
Jeudi 28 octobre, à Monthou-sur-Cher. Les viticulteurs sont venus nombreux pour assister à la journée de démonstration.
Désherbage mécanique : démonstration de matériel
Jeudi 28 octobre, la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher et la Fédération régionale des Cuma de Centre-Val de Loire ont…
Début novembre 2021, récolte du maïs dans le secteur de La Chapelle-sur-Aveyron, dans le Loiret.
Maïs et fourrages : les tensions s’apaisent
Après trois années particulièrement compliquées, la tension sur les fourrages s’apaise et les silos se remplissent. Les…
Publicité