Aller au contenu principal

Commercialisation
Patati patate'là, un distributeur bien en vue au bord de la RN 154

Marine Godillon et Aymeric Perot, installés à Fresnay-l'Évêque, ont décidé de commercialiser une partie de leur production avec un distributeur automatique planté au bord de la RN 154.

« La RN 154, c'était un handicap pour l'exploitation, maintenant nous en bénéficions ». Installés au hameau d'Espier, sur la commune de Fresnay-l'Évêque, Marine Godillon et Aymeric Perot ont installé en octobre dernier, juste avant le deuxième confinement, un distributeur automatique au bord de la route nationale qu'ils ont appelé Patati patate'là. Et c'est un carton. Jour et nuit, les usagers de la route s'arrêtent pour faire le plein de produits locaux.

Une offre diversifiée

Au départ, il y a deux ans, le projet du couple d'exploitants était de commercialiser en vente directe leur production de pommes de terre et d'oignons, « mais très vite nous nous sommes dit qu'il fallait proposer une offre diversifiée », souligne Marine Godillon. Leur choix s'est donc porté sur un distributeur qui compte une centaine de casiers, avec une partie réfrigérée, ce qui permet aux clients de choisir dans une gamme d'une quarantaine de références, toutes estampillées made in Eure-et-Loir, à l'exception des produits laitiers.

Si cela semble simple en apparence, cette implantation a mobilisé le couple pendant de longs mois. Il a fallu commencer par convaincre le banquier qui ne connaissait pas encore ce mode de commercialisation, trouver la bonne machine, aménager l'aire d'accueil sur une de leurs parcelles, trouver un nom, soigner la communication : « Tout ceux qui étaient autour de nous au début nous ont soutenus, que ce soit le CER, le Crédit agricole ou la Scael, qui nous a aidés pour trouver un nom et une identité visuelle qui change et montre que l'on ne se prend pas au sérieux », explique l'exploitante.

Sécuriser le revenu

Pour le couple, ce projet vise à sécuriser le revenu de l'exploitation sans être dépendant de la météo ou des prix : « Avec la vente en circuit court, nous avons la main sur toute l'activité et ça nous plaisait à tous les deux. Je me suis installé en 2012 et depuis il y a eu beaucoup d'années compliquées… », pointe ­Aymeric Perot.

Aujourd'hui, après quelques mois de fonctionnement, les deux jeunes exploitants sont heureux de la tournure des événements : « Dès le départ il y a eu du monde. Il y a un côté ludique, le client fait le choix du produit sur l'écran et attend de voir quel casier va s'ouvrir. Et puis c'est installé au milieu de nulle part, les gens se prennent en photo à côté… Les routiers s'arrêtent la nuit… Après, c'est beaucoup de travail en amont, il faut gérer le stockage, assurer le réapprovisionnement et s'adapter à la demande des clients ».

Projet de boutique

Marine Godillon et Aymeric Perot ne vont pas en rester là. Déjà, ils ont installé une cabine à pain à côté de leur distributeur qui propose le pain frais d'Aux délices du Martroi, une boulangerie de Janville. Mais surtout ils projettent d'ouvrir une boutique sur leur exploitation : « Ça nous permettra d'avoir du contact avec la clientèle, reconnaît ­l'exploitante. Ici, il n'y a rien. Le seul souci d'une boutique c'est qu'il faut être là ».

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité