Aller au contenu principal

Commercialisation
Aurélie Prévosteau propose ses sorbets fabriqués à la ferme

Installée au sein de la ferme de la famille Prévosteau à Sours, Aurélie Prévosteau a lancé une gamme de sorbets aux fruits début juin.

Le 26 juillet, à Sours. Aurélie Prévosteau propose une gamme de sorbets aux fruits en pots de 125 ou 550 ml.
Le 26 juillet, à Sours. Aurélie Prévosteau propose une gamme de sorbets aux fruits en pots de 125 ou 550 ml.
© H.C.

Le début de l'été ne lui a pas été particulièrement favorable mais son projet était mûr. Aussi, depuis juin, Aurélie Prévosteau propose une gamme de sorbets savoureux, Beauce Sorbets, fabriqués à la Ferme du Château de la famille ­Prévosteau à Sours, bien connue pour sa ­fraiseraie.

Le fruit d'abord

« Mon objectif est que le fruit soit très présent, souligne la jeune femme. Et la liste des ingrédients la plus courte possible. Quand on voit celle qu'il y a sur les glaces industrielles que l'on donne à nos enfants, ça fait peur… ». Ces sorbets plein fruit contiennent ainsi principalement quelque 60 % de fruit, de l'eau et un peu de sucre, dosé selon la maturité des fruits.

Aurélie Prévosteau estime important de sourcer les fruits qu'elle utilise : « Pour mes sorbets à la fraise, j'utilise celles de la fraiseraie qui n'ont pas été vendues à la fin de la journée », explique-t-elle. À la Ferme du Verger d'Amilly, elle s'approvisionne en pommes et en poires, les framboises et mûroises — un fruit issu du croisement de la mûre sauvage et de la framboise — proviennent d'une productrice de l'Eure, les pêches et les abricots d'un producteur d'un village des Bouches-du-Rhône dont elle est issue. Il n'y a guère que les citrons et les pamplemousses qui viennent d'un peu plus loin.

Pour pouvoir fabriquer ses sorbets, Aurélie Prévosteau a investi dans du matériel professionnel, que ce soit pour transformer ses fruits en pulpe, tamiser, concocter ses recettes, les pasteuriser et les transformer en sorbets grâce à une turbine, une sorte de grosse sorbetière, ou encore pour refroidir les pots rapidement à - 18 °C.

Sa gamme de sorbets est vendue en direct à la ferme, sur quelques marchés, dans des commerces de proximité et auprès d’une poignée de restaurateurs : « J'y vais doucement, je n'aimerais pas ne pas pouvoir fournir tous ceux qui seraient intéressés ».

Des possibilités infinies

Avant de se lancer, Aurélie ­Prévosteau a suivi une formation complète. D'abord de façon théorique au sein d'un lycée agricole, puis auprès d'un glacier, Meilleur ouvrier de France, installé à Sorgues (Vaucluse). « C'était passionnant d'échanger avec lui », pointe-t-elle. Et ça lui a donné des clés pour élaborer ses recettes, « mais les possibilités sont infinies, il y a plein de choses à faire… ». Et l'on a vraiment hâte de les goûter…

 

+ d'infos

La gamme Beauce Sorbets est en vente à la Ferme du Château à Sours, en même temps que les fraises, ou sur rendez-vous au 06.14.54.03.78 et chez de nombreux détaillants. Plus d'infos sur sa page Facebook « beaucesorbets ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher
Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes…
Publicité