Aller au contenu principal

Caprin
Goatober : désaisonner la viande de chevreau

Pour la troisième année consécutive, la filière caprine française s’associe à Goatober, pour valoriser la viande de chevreau auprès des restaurateurs et du public. Cette année, cinq restaurants du Loiret se mobilisent.

Créé en 2011 aux États-Unis et repris en 2016 en Grande Bretagne par le chef restaurateur anglais James Whetlor, l’événement Goatober (contraction des mots « goat », qui signifie chèvre en anglais, et « october » pour le mois d’octobre) revient une nouvelle fois cette année pour valoriser la viande de chevreau. Plébiscité d’ordinaire en périodes de fêtes, à Noël et à Pâques, périodes usuelles de consommation, le chevreau sera mis à l’honneur sur cinq cartes de restaurateurs loirétains durant le mois d’octobre (et même un peu au-delà).

Le chevreau absent des assiettes françaises

Franck Moreau, éleveur caprin dans le Cher et président de la section caprin de l’association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes (Interbev), nous livre le constat de la section dédiée à la mise en avant des viandes caprines : « La consommation nationale de chevreau a nettement diminuée au fil des années. Cette baisse est compensée par l’export. Mais la pandémie et la fermeture des marchés internationaux nous ont démontré que ce système n’était pas fiable. Nous sommes trop dépendants de l’export. » Interbev s’attache donc à remettre au goût du jour le chevreau dans la consommation française. Selon Franck Moreau, la saisonnalité de cette viande haute gamme expliquerait sa disparition des modes de consommation. « Contrairement à la production laitière, nous n’avons pas assez intégrer le chevreau dans le développement de la filière caprine. Désormais, il est difficile voire impossible de se procurer de la viande de chevreau, en dehors des périodes classiques. »

Le Loiret au cœur de Goatober

Cette année, les régions six régions de production et de consommation de viande caprine - Nouvelle-Aquitaine, Paca, Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes, le Centre-Val de Loire et les Pays de la Loire - participent à ce rendez-vous annuel. Dans le Loiret, cinq restaurateurs, membres des Toques du Loiret, ont répondu présent : le Lift, le Ver di vin, la Petite auberge, la Laurendière et Chez Dionysos. Tous proposeront un menu complet à base de viande de chevreau. « Il s’agit d’un événement programmé sur une période forte de désaisonnement, dans notre région, qui coïncide avec le besoin de fromages AOP pour les fêtes de fin d’année, explique le président. Pour avoir du lait, il faut des mises bas et trouver donc des débouchés pour nos chevreaux. » Lundi 19 octobre, le restaurant le Ver di vin accueillait l’inauguration du dispositif. Les participants ont pu déguster une entrée et un plat à base de chevreau ainsi que du fromage. « Goatober vise à réintégrer le chevreau dans les mode de consommation français et prouver que cette viande peut être consommée en dehors des périodes de fête », conclut Franck Moreau. Les menus présentés durant Goatober seront remis à la carte par les restaurateurs au printemps.

Recette

Chevreau aux épices et au lait de coco.

Interbev présente sa recette de chevreau aux épices et au lait de coco.

Ingrédients pour 6 à 8 personnes :

  • un demi-chevreau
  • 1 gros bouquet de coriandre
  • 2 c. à c. de curcuma
  • 3 c. à s. de curry
  • 80 cl de lait de coco
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • 50 g de beurre
  • sel et poivre du moulin.

Réalisation : Préchauffer le four à 180° C (Th. 6). Disposer le chevreau dans un grand plat, l’enduire d’huile et de beurre ramolli, le saler, le poivrer et le cuire une heure au four, en le retournant une fois et en l’arrosant régulièrement avec le jus de cuisson. À mi-cuisson, le saupoudrer d’épices, verser le lait de coco et poursuivre la cuisson toujours en arrosant régulièrement. En fin de cuisson (la viande, légèrement confite doit se détacher facilement), ajouter la coriandre ciselée. Servir le chevreau accompagné de la sauce au lait de coco et d’un riz blanc. Recette à déguster chaude.

Vin conseillé : un rosé d’Anjou.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher
Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes…
Publicité