Aller au contenu principal

Maraîchage
Un concombre 100 % Loiret

La saison de production des concombres vient de démarrer. Jacky Chéron, maraîcher à Saint-Denis-en-Val (Loiret), nous parle de son exploitation et de sa spécialisation.

Jacky Chéron a repris l’exploitation de son père en 1986. Il possède aujourd’hui 6,7 hectares de serres à Saint-Denis-en-Val. Spécialisé dans le concombre, il nous raconte son histoire : « Je cultive en hors-sol pour la culture de concombres, de poivrons, d’aubergines et de tomates. Je me suis spécialisé dans la culture du concombre puis de l’aubergine en 1993 ».

« En 1998, j’ai commencé à cultiver des poivrons, poursuit-il. En 2008, j’ai arrêté la culture de l'aubergine pour me focaliser uniquement sur le concombre et le poivron ».

Ce maraîcher de 61 ans affirme que la région Centre est le berceau du concombre et qu’il faut valoriser ce légume. D’autant que les consommateurs « aiment acheter français et local ».

En 1987, il crée la Sopa (Société orléanaise de produits agroalimentaires) avec vingt-cinq autres producteurs du territoire. « Durant cette période, les supermarchés s’implantaient de plus en plus. Tous les maraîchers se sont alors regroupés pour pouvoir travailler avec la grande distribution sans être inquiétés. Nous sommes plus forts à plusieurs », clame-t-il.

La Sopa comprend la filiale Kultive*. « Il nous fallait des producteurs dynamiques, entreprenants et capables de relever les challenges des vingt prochaines années. » Un pari gagné puisque le chiffre d’affaires de la Sopa s’élève aujourd’hui à 40 millions d’euros.

La structure de Jacky Chéron emploie treize salariés en hiver et vingt-sept en été. Pour fidéliser les saisonniers occasionnels, le producteur a décidé de rejoindre un groupement d’employeurs afin d’avoir des salariés compétents et formés chaque année.

« Faire partie d’un groupement d’employeurs me permet également de m’associer avec un arboriculteur, explique-t-il. Ce professionnel n’a pas les mêmes besoins que moi : nous avons besoin des mêmes personnes mais pas au même moment. Nous sommes complémentaires et le salarié peut ainsi avoir un contrat à durée indéterminée et non plus saisonnier ».

Concombre
Le concombre atteint sa maturité à 26 jours. Jacky Chéron le récolte à 21 jours, quitte à vendre des concombres de 300 grammes plutôt que de 500.

Jacky Chéron a à cœur de respecter un cahier des charges strict pour le bien-être au travail de ses collaborateurs. La saison du concombre est vaste : elle commence avec le soleil du mois de mars et se termine au mois d’octobre.

Nous sommes donc au début de la production. Jacky Chéron a plusieurs serres de concombre. Chacune d’elle a sa particularité. Les deux premières s’étendent sur 15 000 m2. Les concombres y sont cultivés en parapluie. Dans ce type de culture, la canopée s’élève à 2 m de hauteur, et y est dense.

Dans la troisième serre de 52 000 m2, les concombres sont cultivés en fil haut. Il s’agit d’une culture très performante qui demande beaucoup de travail car la serre est très haute. Elle est également plus lumineuse.

« Chaque feuille du concombre a le potentiel d’avoir un fruit, explique le maraîcher. Le fruit est visible dès la fleur. Le concombre n’a pas de pollen car pas de fécondation : nous voyons déjà l’ovule. La force du concombre peut être jaugée à la qualité de sa fleur, à la longueur de son pédoncule puis à sa position : plus le concombre pousse à l’horizontale, mieux c’est ».

La maturité du légume est de vingt-six jours. Une fois cueilli, le concombre ne mûrit plus. Enfin, le concombre aime le soleil mais pas les grosses chaleurs (maximum 29 °C). La température idéale pour la culture du concombre est de 23 °C. En ce début avril, Jacky Chéron récolte tous les deux jours.

*Kultive est une marque et une structure commerciale. Elle garantit aux producteurs la commercialisation de 100 % de leur production et leur appartient. De la même manière, les producteurs actionnaires confient l’ensemble de leurs récoltes pour leur mise en marché. Chaque année, Kultive prend en charge plus de 80 000 t de légumes.

Pour en savoir plus sur Kultive !

Les plus lus

Récolte 2021 : premier bilan
Alors que la récolte s’achève, le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves en Centre-Val de Loire,…
Le 15 octobre, à Serazereux. Clara Servain et Simon De Vos se sont lancés dans l'élevage et proposent leurs produits laitiers à l'orée de Chartres.
Du lait produit tout près de Chartres par un jeune couple
Installés à Serazereux, Clara Servain et Simon De Vos proposent des produits laitiers issus du lait de leurs vaches de race kiwi.
Noxi fruits recherche des producteurs qui souhaitent implanter un verger de noisetiers.
Noxi fruits, une casserie locale de noisettes
Spécialisée dans la transformation et la conservation des noisettes, Noxi fruits recherche des producteurs qui souhaitent…
Château-Landon, mercredi 27 octobre. Avant d'échanger sur la filière betteravière, l'activité de la Sica* gâtinaise de déshydratation a été présentée à Valérie Lacroute.
Filière betteravière : enjeux et perspectives
La vice-présidente de la Région en charge de l’agriculture et de l’alimentation, Valérie Lacroute, a échangé sur les enjeux de la…
Début novembre 2021, récolte du maïs dans le secteur de La Chapelle-sur-Aveyron, dans le Loiret.
Maïs et fourrages : les tensions s’apaisent
Après trois années particulièrement compliquées, la tension sur les fourrages s’apaise et les silos se remplissent. Les…
Jeudi 28 octobre, à Monthou-sur-Cher. Les viticulteurs sont venus nombreux pour assister à la journée de démonstration.
Désherbage mécanique : démonstration de matériel
Jeudi 28 octobre, la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher et la Fédération régionale des Cuma de Centre-Val de Loire ont…
Publicité