Aller au contenu principal

Télévision
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat

La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part belle à la parole des agriculteurs dont un certain Bertrand Petit.

Bertrand Petit a été le seul agriculteur du documentaire d'Isabelle Vayron à accepter d'être filmé lors de son utilisation du glyphosate.

 

Le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi est diffusé ce samedi à 21 heures sur la chaîne de télévision Public Sénat.

Résidant en Eure-et-Loir, la documentariste a pris le temps d'aller à la rencontre de différents agriculteurs du département pour leur donner la parole.

« J'avais envie de faire un film sur le glyphosate du point de vue du consommateur et de l'agriculteur, explique-t-elle. Je voulais comprendre pourquoi il y avait autant de résistance à son interdiction. Nous, consommateurs, qui n'avons pas envie d'avoir de pesticides dans nos assiettes, nous ne comprenons pas pourquoi c'est si long ».

Sa volonté de comprendre sans jamais condamner, d'écouter la parole de chacun, est tout ce qui fait l'intérêt de ce documentaire.

Si Isabelle Vayron ne cache pas son opposition à l'utilisation de ce produit, on perçoit néanmoins le doute s'immiscer en elle et le film n'est jamais militant : « Il n'était pas question de pointer les agriculteurs du doigt, affirme-t-elle. Et, si ce n'est pas dit explicitement dans le documentaire, j'ai fait attention à ce qu'il y ait des représentants des trois syndicats agricoles. C'était important pour moi ».

Et c'est ainsi que le président de la FNSEA d'Eure-et-Loir, Bertrand Petit, se retrouve être l'un des acteurs de ce documentaire.

Et il n'a pas hésité à témoigner. Il est d'ailleurs le seul protagoniste à avoir accepté d'être filmé tandis qu'il utilise du glyphosate sur une de ses parcelles.

« J'ai donné mon accord tout de suite, reconnaît Bertrand Petit. Si tout le monde refuse, on n'en parlera jamais. Et je savais que ce serait un film sur la longueur, équilibré. Je lui ai fait confiance. Bien sûr, j'ai eu un peu peur que ce soit un film à charge, mais si on ne montre pas ce que l'on fait, on dira que l'on a des choses à cacher. Alors oui, j'ai pris un risque », assume-t-il.

À l'invitation de Bertrand Petit, la documentariste suit également la série de tests urinaires pratiqués par une douzaine d'agriculteurs euréliens.

Il s'agissait pour eux de contrer la campagne des « pisseurs de glyphosate involontaires » menée par des militants anti-pesticides, en faisant analyser leurs urines selon une méthode fiable, la chromatographie, en plus du test Elisa pratiqué par ces « pisseurs » (voir notre article de mars 2020).

Et Isabelle Vayron se soumet également au test. Elle témoigne alors que quand la chromatographie ne détecte aucune trace de glyphosate dans ses urines, le test Elisa en relève 0,4 ng/l... Étayant ainsi la démarche des agriculteurs.

Le président de la FNSEA d'Eure-et-Loir voit dans ce documentaire une évolution dans le bon sens : « Le film pose des questions. Je trouve qu'il y a de plus en plus de journalistes qui vont vers les sujets sensibles, sans aprioris, et qui ont de l'audace. C'est sûr que cela va surprendre des gens que l'on ait participé à un film, mais à partir du moment où l'on n'a pas honte de ce que l'on fait... »

Il poursuit : « Ce que j'avais envie de prouver aussi, c'est que l'on peut se mouiller, même à cette époque où l'on dézinguait le glyphosate à tout va. C'est une façon d'agir. Et pour une fois, on va parler de la Beauce à la télé ! ».

Pour voir le film

Le documentaire sera diffusé sur Public Sénat (canal 13 sur les box et la TNT), le 23 janvier à 21 heures, puis le 24 à 9 heures, le 30 janvier à 22 h 30 et le 31 janvier à 10 h 30. Il sera disponible en replay dès le 24 janvier. Visible aussi sur TV Tours les 27 janvier à 11 heures et le 30 janvier à 21 heures.

Les plus lus

Pierre Bot (Archives)
Pierre Bot : « Saclay : pas besoin de tuer la ZPNAF pour tuer l'agriculture »
Agriculteur à Saclay (Essonne), Pierre Bot est président de la commission Nouvelles formes d'agriculture et administrateur de la…
Vincent Michelet montre la graine au stade «	germée 2 cm	» dont raffolent les corbeaux.
Appel aux agriculteurs pour réclamer une indemnisation des dégâts de corvidés
En juin, de nombreux agriculteurs constatent, comme à l'accoutumée, que les corbeaux et autres corvidés ont fait des semis leurs…
La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), vendredi 21 mai. À l’occasion du lancement de la carte interactive des producteurs et de leurs points de vente en Île-de-France, les exploitants des Vergers de Champlain ont présenté leur activité, les panneaux sur les cultures de la cueillette, ainsi que le fonctionnement du QR code, qui permet d’obtenir des informations complémentaires.
Lancement d’une carte interactive des producteurs
Une carte interactive recensant les producteurs franciliens et leurs points de vente a été lancée par la chambre d’Agriculture.
Damien Chardon, exploitant agricole à Chevrainvilliers.
Les Fruits rouges de mon jardin et ses légumes
Depuis plus de vingt ans, Damien Chardon, exploitant agricole à Chevrainvilliers, s’est diversifié dans la production de fruits…
Le 13 juin, à Châteaudun. L'irrigation est un sujet important mais les animaux sont indispensables à la réussite de Plus belle la campagne.
Plus belle la campagne apporte l'irrigation à Châteaudun
Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir a organisé son opération Plus belle la campagne le 13 juin à Châteaudun, autour du thème de l'…
Le château de Cheverny recevra le salon des vins le week-end des 26 et 27 juin.
L'alliance entre le chocolat de Max Vauché et les vins
Le château de Cheverny accueille, pour la seconde édition, le salon des vins les 26 et 27 juin 2021. Toutes les régions de France…
Publicité