Aller au contenu principal

Un Groupement d’employeurs dynamique en Loir-et-Cher

Le Groupement d’employeurs de Loir-et-Cher est sur tous les fronts afin de recruter et proposer aux exploitations agricoles des saisonniers pour des travaux ponctuels demandant un renfort de main-d’œuvre.

Marion Vanneron est l'animatrice du Groupement d'employeurs de Loir-et-Cher.
Marion Vanneron est l'animatrice du Groupement d'employeurs de Loir-et-Cher.
© L.B. - Horizons

Le Groupement d’employeurs de Loir-et-Cher (GE 41) est une association de service aux exploitants agricoles qui met à disposition du personnel pour un accroissement temporaire d’activité. Le GE 41 couvre tout le Loir-et-Cher ainsi que tous les secteurs agricoles qui ont besoin d’une forte main-d’œuvre. Actuellement, « le GE 41 a 90 adhérents sur tout le département avec une diversité d’activités comme la viticulture, l’arboriculture ou encore le maraîchage », détaille Marion Vanneron, animatrice du GE 41.

Le GE 41 s’occupe de tout

Pour adhérer au sein de l’association, il suffit pour les exploitants agricoles qui le souhaitent de verser une adhésion de 100 euros « une seule fois », puis de verser ensuite une cotisation annuelle de 20 euros. « Notre objectif est d’offrir un service complet, individualisé et de qualité à nos adhérents », explique Marion Vanneron. Dès lors qu’un exploitant agricole devient adhérent, il peut demander à l’association de lui trouver des saisonniers ponctuellement pour des travaux demandant une forte main-d’œuvre. « L’avantage pour l’agriculteur, c'est que l’on s’occupe de tout. On procède à la recherche du profil, au recrutement, puis à toute la partie administrative avec l’élaboration du contrat de travail et les déclarations à la MSA », affirme l’animatrice du GE 41.

Association à but non lucratif

Malgré tout, Marion Vanneron rappelle que « le GE 41 est là pour proposer un service de qualité, mais n’est pas pour autant une solution miracle face à la pénurie de main-d’œuvre. On fait de notre mieux ». Avec une main-d’œuvre qui se fait de plus en plus rare, la tâche est rude pour le Groupement d’employeurs. « Nous recherchons surtout des profils qui sont motivés et consciencieux, avec pour certains l’opportunité de monter en compétences grâce à des formations comme sur la taille des vignes par exemple », précise l’animatrice. L’association est avant tout présente dans le département pour rendre service aux exploitants et leur apporter des solutions. « Nous sommes une association à but non lucratif. Nos prix sont définis au plus juste, avant tout pour subvenir à nos coûts de fonctionnement et payer les salaires des saisonniers », affirme Marion Vanneron.

Avec une pénurie de main-d’œuvre et une multiplication des démarches administratives, le GE 41 propose un service permettant une grande tranquillité d’esprit pour les exploitants agricoles faisant appel à lui.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité