Aller au contenu principal

Un Groupement d’employeurs dynamique en Loir-et-Cher

Le Groupement d’employeurs de Loir-et-Cher est sur tous les fronts afin de recruter et proposer aux exploitations agricoles des saisonniers pour des travaux ponctuels demandant un renfort de main-d’œuvre.

Marion Vanneron est l'animatrice du Groupement d'employeurs de Loir-et-Cher.
Marion Vanneron est l'animatrice du Groupement d'employeurs de Loir-et-Cher.
© L.B. - Horizons

Le Groupement d’employeurs de Loir-et-Cher (GE 41) est une association de service aux exploitants agricoles qui met à disposition du personnel pour un accroissement temporaire d’activité. Le GE 41 couvre tout le Loir-et-Cher ainsi que tous les secteurs agricoles qui ont besoin d’une forte main-d’œuvre. Actuellement, « le GE 41 a 90 adhérents sur tout le département avec une diversité d’activités comme la viticulture, l’arboriculture ou encore le maraîchage », détaille Marion Vanneron, animatrice du GE 41.

Le GE 41 s’occupe de tout

Pour adhérer au sein de l’association, il suffit pour les exploitants agricoles qui le souhaitent de verser une adhésion de 100 euros « une seule fois », puis de verser ensuite une cotisation annuelle de 20 euros. « Notre objectif est d’offrir un service complet, individualisé et de qualité à nos adhérents », explique Marion Vanneron. Dès lors qu’un exploitant agricole devient adhérent, il peut demander à l’association de lui trouver des saisonniers ponctuellement pour des travaux demandant une forte main-d’œuvre. « L’avantage pour l’agriculteur, c'est que l’on s’occupe de tout. On procède à la recherche du profil, au recrutement, puis à toute la partie administrative avec l’élaboration du contrat de travail et les déclarations à la MSA », affirme l’animatrice du GE 41.

Association à but non lucratif

Malgré tout, Marion Vanneron rappelle que « le GE 41 est là pour proposer un service de qualité, mais n’est pas pour autant une solution miracle face à la pénurie de main-d’œuvre. On fait de notre mieux ». Avec une main-d’œuvre qui se fait de plus en plus rare, la tâche est rude pour le Groupement d’employeurs. « Nous recherchons surtout des profils qui sont motivés et consciencieux, avec pour certains l’opportunité de monter en compétences grâce à des formations comme sur la taille des vignes par exemple », précise l’animatrice. L’association est avant tout présente dans le département pour rendre service aux exploitants et leur apporter des solutions. « Nous sommes une association à but non lucratif. Nos prix sont définis au plus juste, avant tout pour subvenir à nos coûts de fonctionnement et payer les salaires des saisonniers », affirme Marion Vanneron.

Avec une pénurie de main-d’œuvre et une multiplication des démarches administratives, le GE 41 propose un service permettant une grande tranquillité d’esprit pour les exploitants agricoles faisant appel à lui.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Nicolas Roch nous a quittés
Nous avons la tristesse d'apprendre le décès de Nicolas Roch, survenu accidentellement lundi 3 juin à l'âge de 46 ans.
Même si Miss France ne vient pas cette année, rendez-vous tout de même ce week-end au comice agricole de Dangeau.
Rendez-vous à Dangeau ce week-end pour le comice
La grande famille des éleveurs donne rendez-vous à tous ce week-end pour le comice agricole Perche et Dunois, à Dangeau.
S'abonner
Pour profiter de l'intégralité du contenu de notre site Internet, recevoir votre journal papier dans votre boîte aux lettres…
Jeudi 6 juin, à Illiers-Combray. Le robot Orio de Naïo technologies désherbinant du maïs a été l'un des centres d'intérêt des adhérents de la Scael lors de cet Agricampus.
Un AgriCampus ensoleillé pour les adhérents de la Scael
Le groupe coopératif Scael a organisé son traditionnel Agricampus jeudi 6 juin, sur une plateforme à Illiers-Combray. Plus…
Vincent Portier vit sa première campagne en tant que producteur de fraises à Tour-en-Sologne. Pour le moment, la récolte se passe bien malgré un manque de main d'œuvre qui pose des soucis au quotidien.
Vincent Portier lance sa première récolte de fraises
Les fraises sont de sortie et les cueilleurs s’activent pour remplir les barquettes de 250 ou 500 grammes. Vincent Portier,…
Le 23 mai, à Digny. La Chambre et Terres Inovia, Dominique Delaunay (à d.) et julien Charbonnaud (de dos), ont fait le tour de l'actualité autour du colza et présenté quarante-six variétés.
Colza : l'actualité et quarante-six variétés alignées à Digny
La chambre d'Agriculture, en partenariat avec Terres Inovia, a proposé le 23 mai chez Alexis Bouchard à Digny, une visite de…
Publicité