Aller au contenu principal

« Une belle journée en perspective ! »

Cuma. Le jeudi 5 octobre, à Nancray-sur-Rimarde, la Fédération des Cuma du Loiret organise une journée de démonstration d’arrachage de betteraves. Animateur et conseiller machinisme de l’entité, Kevin Gallien présente l’événement.

© Cuma

Loiret agricole et rural : Quels sont les objectifs de cette journée ?

Kevin Gallien : Nous sommes partis du constat suivant : dans le Loiret, il n’y avait pas eu de démonstration d’arrachage de betteraves depuis plus de vingt ans ! Or la betterave sucrière est très importante dans le département. Il fallait donc que nous organisions une journée à thème comme il en existe une avec Betteravenir. Par ailleurs, dans le Loiret, on trouve essentiellement des automotrices : au niveau des Cuma, les chantiers décomposés et les intégrales sont peu développés. Or on ne construit plus d’automotrice. D’ici cinq ans, la plupart d’entre elles seront très vieilles et il n’y aura plus de pièce. Question : qu’est-ce qu’on prend comme machine ? Qu’est-ce qui est adapté au sol et au parcellaire du Loiret ? Voilà comment est née l’idée de cette journée. L’objectif est de voir ce qui est proposé sur le marché et qui pourrait convenir à nos sols. Ceux-ci sont relativement argileux, contrairement à l’Oise, où ce sont des sols limoneux, faciles à arracher.

LAR : Comment la journée se déroulera-t-elle ?

K.G. : On ne présentera que des arracheuses à betteraves : il n'y aura ni marque de tracteur ni marque de benne, de semoir ou de semence. La journée se composera de deux demi-journées selon un programme identique. Dans un premier temps, chaque constructeur présentera sa machine pendant quelques minutes avant de la faire tourner puis de l’arrêter. Ensuite, un autre constructeur procédera de même et ainsi de suite. Dans un second temps, il y aura une présentation globale : chaque constructeur fera tourner sa machine comme il l’entend.

LAR : Combien de constructeurs seront présents ?

K.G. : Cinq : Ropa, Gilles, Grimme, Holmer et Vervaet.

LAR : Parmi les Cuma du Loiret, comment se répartissent les automotrices et les intégrales ?

K.G. : On a six automotrices et deux intégrales.

LAR : À terme, certaines Cuma prévoient-elles d’investir ?

K.G. : La plupart des Cuma qui possèdent des automotrices n’ont pas de très grosses surfaces à arracher. Or acquérir une intégrale représente un investissement de 500.000 €. Je ne pense pas qu’une Cuma seule achèterait une intégrale. En revanche, regrouper des structures afin d’avoir les capacités d’investir, peut-être !

LAR : En fonction de la surface arrachée, quel est le matériel adapté ?

K.G. : Du décomposé permet de faire jusqu’à 150 ha. Avec une automotrice, on fait de 50 à 220 ha. L’intégrale est adaptée à partir de 300, voire 350 ha, et jusqu’à 700 ha. D’où une problématique : les constructeurs ne fabriquant plus d’automotrice, il y a deux cents hectares pour lesquels on n’a pas de solution technique.

LAR : Un mot de conclusion ?

K.G. : Dans la mesure où il s’agit d’une journée technique, on espère qu’il y aura du monde. Le but n’est pas de mettre les constructeurs en défaut mais de montrer les machines dans un contexte local. On n’a pas pris la parcelle la plus difficile. Néanmoins, l’objectif est d’avoir des conditions de sols montrant les atouts de chaque machine ainsi que leurs limites. Nous travaillerons avec l’Institut technique de la Betterave ainsi qu’avec le Syndicat betteravier du Centre. Sans oublier la MSA, les différentes banques, etc. Une belle journée en perspective !

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Betteraves : des solutions en perspective
Le syndicat betteravier régional a tenu son assemblée générale le 19 novembre. L'occasion pour Alexandre Pelé, président de la…
Cinq étudiants de Nermont projettent un voyage d'étude
Cinq élèves du LEAP de Nermont (Eure-et-Loir) projettent un voyage d'étude vers le sud de la France sur le thème de l'adaptation…
Charlin Hallouin : « J’aime tester en mesurant les risques	».
Charlin Hallouin, céréalier et producteur d’oléagineux
Installé en grandes cultures à Danzé, Charlin Hallouin produit des céréales et des oléagineux. Le président de JA 41 fabrique son…
La Région Île-de-France débloque une aide d'urgence sécheresse
La Région Île-de-France vient en aide aux agriculteurs frappés par la sécheresse et la jaunisse de la betterave.
Le 16 novembre, à Chartres. Les Universités du soir de la Chambre sur la certification HVE ont été retransmises en direct sur Youtube.
La certification HVE fait le plein
La chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir a consacré, le 16 novembre, ses 28es Universités du soir au thème de la certification HVE…
Publicité