Aller au contenu principal

Viticulture
Une campagne 2024 encore incertaine dans les vignes

Avec un printemps automnal et un début de campagne 2024 très humide, la situation dans les vignes n’est pas optimale. Jérôme Marcadet, vigneron à Feings (Loir-et-Cher) et président de l’ODG Cheverny/Cour-Cheverny, revient sur cette année culturale un peu particulière.

Cette campagne 2024 est pour le moment plus que particulière pour les vignerons et viticulteurs du département de Loir-et-Cher, voire plus largement de France. Alors qu’ils s’attendaient à une nouvelle année précoce, les températures plutôt basses du printemps ainsi que le manque d’ensoleillement ont retardé les échéances. « Normalement fin mai on doit être en train de palisser, mais pour ma part cela ne devrait pas arriver avant le 5 juin », affirme Jérôme Marcadet, vigneron à Feings et président des appellations Cheverny et Cour-Cheverny.

Des pluies incessantes

À cause des pluies incessantes, il est devenu très compliqué de réaliser les travaux dans les vignes. Au sein des appellations Cheverny et Cour-Cheverny, le désherbage chimique est interdit, ce qui oblige les viticulteurs à s’adapter. « À la fois, les bandes enherbées sont bénéfiques, car elles captent l’eau, mais il faut faire attention qu’elles ne concurrencent pas trop les pieds de vignes non plus. C’est un jeu d’équilibriste à bien gérer », souligne le vigneron. En moyenne, durant une campagne, Jérôme Marcadet réalise trois désherbages. Cette année, il en est déjà à deux alors que la floraison n’a même pas encore eu lieu. « L’herbe repousse très rapidement, car idéalement après un désherbage, il faudrait avoir quatre à cinq jours de temps sec, mais cette année, nous avons rarement plus de deux jours sans pluie », regrette Jérôme Marcadet. Même si pour le moment, il est encore trop tôt pour savoir ce qu’il en sera pour les vendanges prochaines, le président de l’appellation Cheverny et Cour-Cheverny s’attend à des vendanges plus tardives que les années précédentes. « Vu comment c’est parti, je pense que nous n'effectuerons les vendanges qu’à partir de la mi-septembre », prédit-il.

Bonne gestion du mildiou

La plus grande difficulté pour les vignerons et viticulteurs reste le manque de saisonnalité, et cette nouvelle campagne en est une preuve tangible. « Avant, nous avions une saisonnalité qui nous permettait de savoir ce que nous avions à faire. Depuis quelques années, on doit tous les ans s’adapter à des situations extrêmes », analyse le vigneron.

Pour le moment, le mildiou ne se développe pas encore énormément, notamment grâce à une bonne protection et une maîtrise sanitaire, mais aussi une météo avec des températures peu élevées et un manque d’ensoleillement. « Pour l’instant, la protection est bien gérée, mais c’est un vrai casse-tête. Il faut y aller entre deux averses et ce n’est pas simple. Parfois, on se lance et finalement une averse de pluie imprévue arrive », explique-t-il. Au sein des vignes, les feuilles restent « jaunasses » à cause d’un manque d’ensoleillement. De même, sur certains cépages, comme le chardonnay, on remarque des coulures, c’est-à-dire des grappes qui sont tombées. « Le manque d’ensoleillement a un côté pratique pour éviter la prolifération du mildiou, mais il empêche aussi aux pieds de se développer convenablement », détaille Jérôme Marcadet.

Attente de la floraison

Pour le moment, les pieds de gamay ou encore de sauvignon paraissent plus généreux en termes de grappes, mais il faut rester prudent d’après Jérôme Marcadet : « Tant que la floraison n’a pas eu lieu, on ne peut pas savoir ce que nous aurons ».

La floraison des vignes devrait avoir lieu prochainement, début juin. En attendant, les viticulteurs et vignerons font de leur mieux pour réaliser les travaux au sein de leurs parcelles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Nicolas Roch nous a quittés
Nous avons la tristesse d'apprendre le décès de Nicolas Roch, survenu accidentellement lundi 3 juin à l'âge de 46 ans.
Même si Miss France ne vient pas cette année, rendez-vous tout de même ce week-end au comice agricole de Dangeau.
Rendez-vous à Dangeau ce week-end pour le comice
La grande famille des éleveurs donne rendez-vous à tous ce week-end pour le comice agricole Perche et Dunois, à Dangeau.
Mercredi 15 mai, à Janville-en-Beauce. En présence du président et du directeur général de Cristal Union, Olivier de Bohan et Xavier Astolfi (au c.), le président de la section Pithiviers-Toury, Olivier Duguet (à g.), a ouvert son assemblée générale par l'annonce d'un prix record pour les betteraves.
Betteraves : Cristal Union annonce un prix record
La section Pithiviers-Toury de la coopérative Cristal Union a tenu son assemblée générale annuelle le 15 mai à Janville-en-…
Vendredi 17 mai, à Dangeau. Le jeune éleveur Victor Forge (à g.) a expliqué les difficultés de désherbage de sa nouvelle parcelle de lavande, travail manuel requis.
Le comice de Dangeau est lancé
Quel lien y a-t-il entre une entreprise spécialisée dans la production de godets pour l'agricole et le BTP, les établissements…
D'anciennes variétés de blé de nouveau au goût du jour
Damien Foussereau, céréalier à Authon, a décidé de se lancer dans la meunerie et de cultiver des variétés de blé anciennes. Une…
Jeudi 6 juin, à Illiers-Combray. Le robot Orio de Naïo technologies désherbinant du maïs a été l'un des centres d'intérêt des adhérents de la Scael lors de cet Agricampus.
Un AgriCampus ensoleillé pour les adhérents de la Scael
Le groupe coopératif Scael a organisé son traditionnel Agricampus jeudi 6 juin, sur une plateforme à Illiers-Combray. Plus…
Publicité