Aller au contenu principal

Houblon
Une houblonnière a germé dans le Loiret

À Léouville, dans le Loiret, deux agriculteurs se sont lancé le défi de faire sortir de terre une houblonnière. Rencontre avec Denis Mercier et Laurent Delorme.

Denis Mercier et Laurent Delorme sont deux agriculteurs installés en système COP dans le Nord du Loiret. Collègues et amis de longue date, ils se confient régulièrement sur les potentielles évolutions de leurs parcelles respectives.

Un jour, l’idée d’une houblonnière a germé dans la tête de Laurent Delorme. C’est tout naturellement qu’il en a discuté avec son ami Denis Mercier. Et contrairement à ce qu’on pourrait croire, cette réflexion en est restée là.

Quelque temps plus tard, la petite graine semée a titillé l’esprit de Denis Mercier. Pourquoi ne pas se lancer ? Mais pas question de faire les choses n’importe comment. L’agriculteur a contacté l’Office de tourisme alsacien afin de prendre contact avec des houblonniers de la région.

Il espérait prendre conseil auprès d’eux afin de savoir si cette idée était réalisable. Ils ne le savaient pas encore, mais Denis Mercier et Laurent Delorme venaient de commencer le chapitre d’une nouvelle aventure.

Ce premier voyage en Alsace, en juin 2018, a fini de convaincre les deux agriculteurs. Depuis, ils sont retournés plusieurs fois dans le Grand Est pour prendre conseil auprès de leur mentor, désormais devenu leur ami.

« Aujourd’hui, nous allons deux à trois fois par an, voir cet houblonnier et sa famille, explique Laurent Delorme, Nous avons de très bons rapports. À tel point que le fils est venu nous aider à installer la structure de notre houblonnière. »

« C’est aussi grâce à eux que le projet est né. Ils nous ont poussés car ils trouvaient l’idée d’avoir du houblon dans le Loiret super, renchérit Denis Mercier. Sans eux, nous n’en serions pas là. »

Houblon 2

Par cette houblonnière, Laurent Delorme avait la volonté de valoriser le territoire. Il souhaitait se diversifier mais aussi proposer une diversification en Centre-Val de Loire. Il nous explique : « Il y a beaucoup de micro-brasseurs dans le Loiret et ils ont besoin de s’approvisionner. De plus, le houblon représente une bonne diversification pour nous qui sommes dans un système classique de grandes cultures céréalières. Il représente également une bonne diversification pour la région. »

Située à Léouville, la houblonnière s’étend sur 2,5 ha et a mis dix jour pour être montée. Mais tout reste encore à faire. Si les poteaux de huit mètres et les câbles sont déjà installés, la plantation n’est pas encore faite.

« Nous attendons que la météo soit plus clémente, précise Denis Mercier, nous espérons pouvoir planter fin février quand la terre sera ressuyée. »

Au risque de décevoir les zythologues, cette houblonnière loirétaine ne proposera pas de bière.

En effet, les deux houblonniers en herbe veulent privilégier un savoir-faire. « Le houblon demande beaucoup de travail : il faut le produire, le transformer et le commercialiser nous-mêmes. C’est une culture que nous ne connaissons pas. Nous avançons complètement dans l’inconnu. Nous voulons d’abord produire notre houblon, le sécher et fidéliser nos clients en leurs fournissant de la qualité et la quantité nécessaire, avant de penser à faire de la bière », explique Laurent Delorme, soutenu par son ami.

« À notre niveau de novices, nous ne pouvons pas être brasseurs et houblonniers. Apprenons notre nouveau métier et après nous verrons pour être brasseurs. »

Même si le binôme sait que la première année ne sera pas la meilleure, avec une production à seulement 50 %, ils espèrent bien atteindre un rythme de croisière d’ici 2022 voire 2023.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher
Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes…
Publicité