Aller au contenu principal

Viticulture
Une première réussie pour Maxime Cadoux

Installé officiellement depuis septembre 2022, Maxime Cadoux, vigneron à Saint-Claude-de-Diray (Loir-et-Cher), revient sur ses premières vendanges et sur le millésime 2023 à venir.

On appréhende souvent sa première fois et Maxime Cadoux, vigneron à Saint-Claude-de-Diray, n’a pas échappé à cette inquiétude. « Je voyais mes premières vendanges un peu mal avec les fortes pluies qu’on a eues fin août, début ­septembre. Fort heureusement, le coup de chaud de la mi-septembre a fait du bien », explique Maxime Cadoux. Les vendanges se sont donc bien déroulées sur les 14 hectares de vignes du Domaine des Brissettes. « Nous sommes dans les quotas de l’appellation Cheverny en termes de quantité, et la récolte présente une belle qualité sanitaire », détaille le vigneron.

Chai pour 2024

Au-delà des premières vendanges pour Maxime Cadoux, le vigneron a entamé sa première vinification au sein d’un chai de substitution. Il a dû s’adapter à cause d’un retard de travaux. « La construction va commencer en début d’année 2024, cela a pris du retard. Pour les vendanges de cette année, j’ai dû m’adapter avec l’aménagement d’un chai de substitution sous le hangar déjà existant », précise le vigneron. Des travaux qu’il a entrepris quelques mois avant les vendanges de cette année. Avec des cuves thermorégulées, Maxime Cadoux a tout de même réussi à trouver une solution pour réaliser sa vinification dans les meilleures dispositions possible. « Il reste encore quelques détails à faire mais je peux vinifier à peu près comme je le souhaite, donc c’est une bonne chose ».

Première vinification

La première vinification du Domaine des Brissettes se passe pour le moment correctement. Après une phase de fermentation, les blancs comme les rouges vont entrer en phase d’élevage. C’est désormais l’art du vigneron qui entre en jeu. « Tous les jours, je goûte les vins et je réalise des ajustements ou non. Je fais de mon mieux pour amener le vin là où je veux qu’il aille en termes de goût », affirme le jeune vigneron. Le défi est pour le moment réussi avec des vins qui commencent à fortement se distinguer les uns des autres. D’après Maxime Cadoux, le millésime 2023 au sein de son exploitation viticole est « tourné vers des vins blancs bien équilibrés et plutôt frais. C’est l’élevage du vin qui va faire la différence ».

Future commercialisation

Alors qu’il est encore dans la phase de vinification, le jeune vigneron réfléchit déjà à la commercialisation de ses vins. « Je sais déjà que je vais vendre en négoce et également en bouteille, mais pour l’instant il est encore trop tôt pour avoir un plan bien défini », admet-il. Toutefois, il a déjà des objectifs pour l’avenir : « Je souhaite pouvoir vendre mes bouteilles en vente directe d'ici quelque temps quand le caveau de vente sera construit sur l’exploitation ».

Même s’il se penche déjà sur la commercialisation de ses bouteilles, Maxime Cadoux se concentre essentiellement pour le moment sur la vinification de ses vins et des gammes qu’il souhaite proposer aux consommateurs. Il l’affirme d’ailleurs : « J’espère que le travail que je mets en œuvre va payer plus tard. Je veux proposer un vin que j’apprécie et qui puisse plaire aux consommateurs de demain ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Vendredi 9 février, à Chartres. Bertrand Petit (à d.) a présidé la 78e assemblée générale de la FNSEA 28.

La FNSEA 28 dresse un premier bilan des actions en assemblée générale
La 78e assemblée générale de la FNSEA d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 9 février à Chartres. L'occasion de faire le point…
Blocus de Paris : les agriculteurs font le siège sur l'A10 [VIDÉO]
Initialement installés à Longvilliers pour tenir le blocus de Paris, les agriculteurs ont progressé jusqu'à Janvry où ils ont été…
Les dernières mobilisations ont permis d'obtenir des avancées.
Synthèse des avancées obtenues
140 points et mesures ont été demandés par la FNSEA et JA. Voici un résumé en douze points des avancées obtenues et des mesures à…
Sur l'A1, une centaine de tracteurs des agriculteurs de la FDSEA et des JA Val-d'Oise et Oise « tiennent la position » sur l'aire de Chennevières depuis lundi midi. Une opération escargot s'est tenue mercredi 31 janvier sur les routes secondaires. Ils devaient être rejoints par les agriculteurs du Nord mercredi et jeudi.
Acte 2 : le siège de la capitale
À la suite des « annonces insignifiantes » du Premier ministre et à son « attitude désinvolte » à l’égard des agriculteurs…
Mercredi 24 janvier, de nombreux agriculteurs ont rejoint des supermarchés, dont notamment le Leclerc de Blois, pour échanger avec les consommateurs et mettre des étiquettes sur les produits alimentaires créant une concurrence déloyale.
La mobilisation des agriculteurs s’intensifie en Loir-et-Cher
Les deux syndicats agricoles, FNSEA 41 et Jeunes agriculteurs de Loir-et-Cher, continuent leurs actions sur le territoire…
Publicité