Aller au contenu principal

Une vinification 2022 sans problème majeur

Pendant les vendanges, au-delà du travail dans les vignes, la vinification est également importante dès le début pour réaliser un millésime de qualité. Aurore Pornin, directrice de la coopérative de Mont-près-Chambord, revient sur cette étape cruciale.

Les vendanges de cette année ont été précoces et ont obligé les coopératives à s’organiser dès le mois d’août pour être prêtes pour la vinification. La préparation pour réussir une vinification est essentielle, comme le rappelle Aurore Pornin, la directrice de la Cave coopérative de Mont-près-Chambord : « Il nous faut entre quinze jours et trois semaines de préparation intense afin d’anticiper et préparer au mieux la vinification à venir ». Et pourtant, les premières grappes étaient déjà bien mûres « avec un taux d’alcoolémie de 12 °C, on s’est un peu fait surprendre cette année à ce sujet », détaille la directrice.

Plusieurs étapes

La vinification commence dès lors que les premiers raisins arrivent à la coopérative pour le pressurage, dans le but de devenir un jus. Puis elle se termine après le travail dans les vignes. « À titre d’exemple, les vendanges sont terminées depuis le 25 septembre pour nos viticulteurs, mais nous, de notre côté, en termes de vinification, nous avons encore un mois de travail pour les dernières vignes récoltées », précise Aurore Pornin.

Concernant le vin blanc, sa vinification se fait par étapes, dont le pressurage, le débourbage ou encore la fermentation alcoolique. Ces différentes étapes sont toutes réalisées « en pensant dès le début à l’assemblage dans le but de le favoriser par la suite », explique Aurore Pornin. De la réception des raisins jusqu’à la mise en bouteille, tout est réalisé au sein de la coopérative avec une grande attention portée à la qualité du produit.

Une vinification qui se passe bien

Côté volumes, la représentante de la Cave coopérative de Mont-près-Chambord se veut rassurante : « Même si la grêle a impacté deux adhérents de la coopérative, cela n’a pas eu trop d’impact pour nos volumes et nous serons à un peu plus de 6 000 hectolitres. Ce qui est donc, on peut le dire, une récolte quasiment pleine ».

La vinification cette année « se passe relativement bien malgré un manque d’acidification dans les vins à cause d’un déséquilibre PH que nous allons résoudre en acidifiant un peu tout cela », détaille Aurore Pornin. Contrairement à l’année dernière qui avait été compliquée en termes de vinification, l’année 2022 « s’est pour l’instant très bien passée avec presque aucun défaut et sans la contrainte de devoir traiter le mauvais goût », précise la directrice.

La hausse de l’énergie anticipée

Concernant l’énergie, la coopérative de Mont-près-Chambord n’est pour l’instant pas encore impactée sur ses vinifications par la hausse des tarifs. « Nous sommes à l’électricité et nous avons un contrat à prix bloqué de trois ans encore. Donc sur ce sujet, nous avons su anticiper », développe Aurore Pornin. Toutefois, depuis avril dernier, « nous avons une hausse de 21 % sur l’ensemble de nos matières, avec, à titre d’exemple, une hausse de 84 % sur les bouteilles en verre, ce qui nous a obligés à augmenter nos prix pour la première fois », reconnaît la directrice.

Malgré cette conjoncture économique compliquée, la coopérative compte bien satisfaire ses clients grâce à un nouveau millésime 2022 qui annonce de beaux moments de convivialité à venir.


 

Cave de Mont-près-Chambord

L'espace de vente rénové en 2015 représente aujourd'hui 12 à 14 % des ventes de la coopérative.
© L.B. - Horizons

Une coopérative dynamique tournée vers l’avenir

La Cave coopérative de Mont-près-Chambord existe depuis 1931. Aujourd’hui, 17 viticulteurs sont adhérents pour une superficie globale de 140 hectares. « Nous sommes actuellement sept collaborateurs avec des fonctions multitâches, nous touchons un peu à tout car nous sommes une entreprise à taille humaine », précise Aurore Pornin, la directrice.

Un nouvel espace de vente depuis 2015

La Cave coopérative s’est énormément modernisée avec principalement la construction du « caveau », qui correspond à un espace boutique de 300 m2 où la coopérative accueille ses clients, majoritairement des particuliers. « Depuis 2015, nous avons notre propre espace de vente avec une clientèle habituée, mais nous sommes obligés de communiquer pour augmenter notre notoriété », détaille la directrice. « Dans l’esprit des gens, une coopérative ne vend pas aux particuliers, alors que notre boutique s’adresse à tous et surtout aux particuliers », regrette Aurore Pornin. L'espace de vente de la coopérative représentait l’année dernière 12 à 14 % des ventes.

Des ventes corrélées au tourisme

« Nos ventes sont corrélées aux visites des châteaux de la Loire, d’avril à novembre nous avons beaucoup de clientèle et un peu moins durant l’hiver car les châteaux sont de fait moins prisés », explique la directrice de la Cave coopérative.

La vente aux grandes surfaces représente quant à elle 70 % des ventes de la coopérative, puis arrive ensuite l’export, vers la Belgique essentiellement.

La Cave coopérative de Mont-près-Chambord travaille aussi avec quelques restaurateurs en direct.

La coopérative partenaire de l'AOC Cheverny

Les principaux cépages de la coopérative concernent, en vin blanc, le romorantin, le sauvignon et le chardonnay, tandis qu’en rouge, les cépages sont le gamay et le pinot noir. La coopérative fait partie des AOC Cour-Cheverny et Cheverny. « Le cépage romorantin concerne seulement l’AOC Cour-Cheverny car c’est un ancien cépage qui correspond à l’appellation », précise Aurore Pornin.

En tout cas, la Cave coopérative de Mont-près-Chambord possède des atouts indéniables qui plaisent aux visiteurs qui pénètrent dans le caveau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité