Aller au contenu principal

ZNT : des millions d’hectares en danger

La FDSEA 45 se mobilise contre le nouvel arrêté sur les zones non traitées prévu pour le mois d’octobre.

© Christian Gloria

Alors que le premier Ministre s’était engagé en septembre 2015 à instaurer une pause réglementaire… le rouleau compresseur de la sur-transposition et de la folie normative continue son chemin !  Cet été, le conseil d’Etat a abrogé un arrêté datant de 2006 règlementant l’usage des produits phytosanitaires. C’est dans ce texte que les règles relatives aux zones non traitées (ZNT) étaient fixées. Ainsi au lieu de suivre la logique de revalider cet arrêté avec un contenu identique, les ministères de l’Environnement et de l’Agriculture ont en décidé autrement ! Alors que l’agriculture de notre région connait une crise jamais vécue auparavant, les deux ministères ont donc décidé de revoir les règles liées au ZNT avec comme idée en tête : de sucrer des milliers d’hectares aux agriculteurs ! En effet, jusqu’à aujourd’hui, il était établi que des znt étaient nécessaires le long des cours d’eau ainsi que des dispositifs «anti dérives «auprès des lieux sensibles (écoles, maison de retraite,etc.). Avec ce nouvel arrêté que notre chère Ségolène Royal souhaite finaliser courant octobre, sont ajoutés à la liste, les bords de fossé, les bordures de bois, les haies de plus de 5m et les distances initiales des znt décuplées.

Au total, ce sont environ 4 millions d’ha qui seraient retirés de la production française, soit un équivalent chiffre d’affaires de 7 milliards d’euros !!!

Pour notre département, le tissu agricole et rural des zones les plus fragiles (Berry, Puisaye, Gâtinais de l’Est) serait le plus impacté et n’y survivrai pas. Pour notre syndicat, les revendications sont simples: l’arrêté de 2006 doit être revalidé dans sa forme initiale. Il est hors de question de retirer un seul are de terre de la production.

A l’heure où l’agriculture loirétaine est en grande souffrance, la FDSEA 45 a décidé de mobiliser en urgence l’ensemble des élus et parlementaires du département pour faire entendre la voix du bon sens. Une forte mobilisation est à prévoir…

Illustration schématique de la proposition des ministères.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Chartrexpo, à Chartres, sert de cadre à la tenue du 74e congrès de la Section nationale des propriétaires ruraux.
Deux journées bien remplies pour les propriétaires ruraux
Le 74 e congrès de la Section nationale des propriétaires ruraux se déroule à Chartres les 1 er et 2 juillet. Une centaine de…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Aubepierre-Ozouer-le-Repos, mardi 22 juin. La rencontre avec le député Sempastous a permis des échanges directs sur le projet de loi d'urgence de régulation de l’accès au foncier à travers des sociétés.
Le député Jean-Bernard Sempastous sur le terrain francilien
Jean-Bernard Sempastous, député à l’origine d’une proposition de loi d’urgence sur la régulation du foncier, a échangé avec la…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
André Cellier montre la partie de liège à retirer sur le fruit, ce qui n'empêche en rien sa consommation.
Valoriser au mieux les fruits abîmés par le gel
Les arbres fruitiers ont eux aussi été touchés par les épisodes de gel. Les arboriculteurs tentent de limiter les dégâts en…
Publicité