Aller au contenu principal

Colère des agriculteurs
Acte 2 : le siège de la capitale

À la suite des « annonces insignifiantes » du Premier ministre et à son « attitude désinvolte » à l’égard des agriculteurs vendredi 26 janvier au soir, la FNSEA Grand bassin parisien et les JA Grand bassin parisien ont lancé un nouvel appel à mobilisation. Le but : assiéger Paris en bloquant les huit axes autoroutiers principaux, à savoir A1, A4, A5, A6, A10, A13, A15 et A16.

Lire aussi Les points de blocage seine-et-marnais

Ainsi dès 14 heures lundi 29 janvier, des centaines de tracteurs franciliens, sous l’égide des FDSEA et des JA de Seine-et-Marne et d’Île-de-France, accompagnés ou rejoints par ceux des départements voisins et même de plus loin (Haute-Saône, Meuse, Dordogne…) ont bloqué ces axes routiers, provoquant d’importants ralentissements aux alentours de la capitale. Objectif affiché : tenir au moins jusqu’au jeudi 1er février, date d’un conseil européen, l’une des demandes portant sur la suppression des 4 % de jachère imposés par la Pac, sans oublier l'arrêt de l'accord du libre-échange.

Murs de paille, ravitaillements (offerts parfois par des commerçants, artisans, exploitants agricoles diversifiés ou même des coopératives), feux de la colère, bennes aménagées pour la nuit, ils ont installé des véritables campements où les manifestants se relaient jour et nuit pour demander des mesures concrètes qui donnent un véritable cap au secteur agricole. Leurs revendications sont affichées sur leurs tracteurs avec un leitmotiv « notre fin sera votre faim ».

Lire aussi Paroles de manifestants sur l'A6

Vingt-quatre heures après leur arrivée, le discours de politique générale de Gabriel Attal devant les députés, qualifié de « joli discours d’éloquence », où il a distillé de-ci, de-là des mots à destination de la profession agricole, n’a fait qu’amplifier leur colère. Sur l’A10, l’A6, puis sur l’A13, mercredi 31 au matin, ils sont remontés dans les tracteurs pour se rapprocher de Paris.

Mercredi 31 janvier, la Région Île-de-France a adopté une motion de soutien aux revendications des agriculteurs et annoncé pour le printemps la tenue d'Assises régionales agricoles.

La colère qui gronde dans les campagnes ne semble toujours pas entendue. À l’heure où nous bouclons ce journal, un cordon de CRS les empêche d’aller plus loin. Se dirige-t-on vers un acte 3 ?

 

 

Suivez les mobilisations sur nos réseaux

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité