Aller au contenu principal

« Défendons nos moyens de production »

Le président de la FDSEA Île-de-France, Damien Greffin, et la présidente des Jeunes agriculteurs d'Île-de-France ouest, Alix Heurtaut, appellent à la mobilisation générale mercredi 8 février à Paris.

Damien Greffin et Alix Heurtaut
Damien Greffin, président de la FDSEA Île-de-France, et Alix Heurtaut, présidente des JA d'Île-de-France ouest.

« Face à la remise en cause quotidienne de nos moyens de production (ZNT*, directive Nitrates, énergie, NNI**, engrais, éco-régimes, retour de la jachère dans la nouvelle Pac…), une mobilisation syndicale d’envergure nationale se tiendra mercredi 8 février à Paris.

FNSEA Grand Bassin parisien, JA et Confédération générale des planteurs de betteraves veulent dénoncer au plus haut sommet de l’État que la souveraineté alimentaire nationale passe par une agriculture de production.

Avec des importations qui frôlent les 50 % aujourd’hui pour alimenter les assiettes françaises, le Pacte d’une agriculture économiquement viable s’effrite tous les jours.

Le ''pas d’interdiction sans solution'' n’est même plus d’actualité face aux recours contentieux permanents des ONG et autres associations qui ne veulent plus d’agriculture, mais des espaces livrés à l’expression unique de la nature.

Le slogan ''Macron liquide l'agriculture'' devient très prégnant dans un contexte de tensions internationales. Si on comprend la nécessité de devoir réarmer la France, les enjeux sont tout aussi importants en matière de sécurité et d’autonomie alimentaire.

L’agriculture française a le droit et le devoir de sauvegarder ce bien précieux, obtenu par nos pères, qu’est l’autosuffisance alimentaire. C’est le sens que nous voulons réaffirmer avec nos tracteurs dans la capitale. C’est aussi une question de survie pour notre profession et de stabilité sociale pour notre pays.

Nous comptons sur votre mobilisation. »


* Zone de non-traitement.

** Néonicotinoïdes.

Précisions

Manifestation déclarée et autorisée.

Défilé de tracteurs dans Paris, puis rassemblement sur l’esplanade des Invalides.

Modalités pratiques

En Île-de-France, 13 convois de tracteurs convergeront vers Paris. Les convois se formeront à partir de 5 h 30 - 6 heures aux points de ralliement suivants :

  • axe A6 : rendez-vous à 5 h 30 à la coopérative d'Auvernaux ;
  • axe N20 : rendez-vous à 5 h 30 sur la place du port à Étampes ;
  • -axe A10 - A11 : trois points de rassemblement, soit à 5 h 30 au péage d'Ablis, soit à 5 h 45 au péage de Dourdan, soit à 6 heures au rond-point en face du lycée L'Essoriau aux Ulis ;
  • axe N12 : deux points de rassemblement, soit à 5 h 30 au pont de Krys à Bazainville, soit à 5 h 45 à la coopérative de Méré ;
  • axe A13 : trois points de rassemblement, soit à 6 heures au péage de Buchelay, soit à 6 heures sur le pont d'Ecquevilly, soit à 6 h 30 au 52 chemin des Briochets à Orgeval ;
  • axe RN14 : rendez-vous à 5 h 30 sur la voie agricole avant le pont de Villeneuve-Saint-Martin, entrée Vigny ;
  • axe A1 : rendez-vous à 5 h 30 au silo Agora à Villeron.

L'objectif est d'atteindre Paris à 8 heures. Les tracteurs défileront dans Paris pour se rendre aux Invalides.

Les personnes qui le souhaitent peuvent rejoindre en voiture les convois, en se regroupant si possible dans les véhicules. Confirmez votre présence, en tracteur ou en voiture, auprès de votre président local ou des services de la FDSEA et JA Île-de-France.


Lire aussi
Tous mobilisés à Paris mercredi 8 février


Mobilisation pour toutes les productions agricoles

"À l'aube d'une manifestation à Paris, la CGB Île-de-France propose un décryptage de la situation de la filière betteraves et appelle à la mobilisation pour toutes les productions agricoles.

À la veille des semis de betteraves, la décision de la Cour de justice de l’Union européenne du 19 janvier dernier qui indique que « les États membres ne peuvent pas déroger aux interdictions expresses d’utilisation (…) de semences traitées néonicotinoïdes », inattendue et brutale, plonge toute la filière dans le désarroi et plus particulièrement notre bassin de production, très éprouvé par la crise de la jaunisse de 2020. Les pertes de rendement ont atteint cette année-là 70 % dans notre région et les pertes financières ont été de l’ordre de 1 300 euros par hectare pour les agriculteurs, soit 56 millions d’euros à l’échelle de l’Île-de-France.

En l’absence de protection des semences, et sans solution alternative efficace, les betteraves qui seront semées en mars 2023 seront exposées potentiellement à un nouveau risque jaunisse. Les économies des exploitations n’ont pas la capacité d’être malmenées comme en 2020 ! Nos outils industriels non plus ! C’est pourquoi un dispositif de compensation financière est indispensable pour accompagner le risque économique pris par les planteurs et ainsi les encourager à conserver leurs surfaces de betteraves dont dépendent nos usines.

Échaudés par les modalités des indemnisations jaunisse de 2020, la profession exige que le dispositif soit hors cadre des minimis, c’est-à-dire sans franchise ni plafonnement… Les éléments techniques et les contours d’une enveloppe significative doivent être définis très rapidement afin de rassurer les planteurs avant les semis. Notre objectif est aussi d’amener une solution technique durable. Les fonds alloués à la recherche doivent être renforcés et les moyens techniques (homologation de certaines matières actives, NBT…) accélérés par des décisions politiques responsables.

La souveraineté alimentaire et énergétique de notre pays est aujourd’hui bafouée et menacée. La décision prise pour les néonicotinoïdes doit également être une alerte pour toute notre agriculture ! Elle met en exergue les menaces qui pèsent sur nos moyens de production et les orientations agricoles hors-sol prises par nos politiques nationaux et européens.

Pour toutes nos productions agricoles et la souveraineté alimentaire, mobilisons-nous le 8 février prochain !"

CGB IDF

 

Lire 650 tracteurs et 3 000 paysans aux Invalides

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

À Paris, vendredi 3 mars. La présidente de la Région Île-de-France, Valérie Pécresse, a détaillé une série de mesures en faveur du monde agricole.
Carbone, betteraves, stockage de l'eau… la Région Île-de-France s'engage
La présidente de la Région Île-de-France, Valérie Pécresse, a profité du Salon de l'agriculture pour annoncer une nouvelle série…
Le 21 février, à Estrées-Saint-Denis (Oise). Le semencier Deleplanque a choisi d'élever lui-même, sous serre, ses pucerons porteurs des trois virus de la jaunisse.
Betteraves Deleplanque : ces nouvelles variétés qui permettent d'espérer
Alors que la filière betteravière est en plein chaos en raison de l'arrêt des néonicotinoïdes, le semencier yvelinois Deleplanque…
Joffray Challine, spécialiste pommes de terre chez Ghestem Agri et agriculteur sur 200 hectares, présente l'AVR Spirit 7200 avec un cadre ACC.
AVR Spirit ACC : une arracheuse sans diabolos pour gérer la profondeur
La gamme des arracheuses déportées deux rangs de la marque AVR s'élargit avec l’arrivée de la Spirit 7200. Elle dispose d'un…
Nappes de Beauce : les coefficients sont fixés
La Commission locale de l'eau du Sage Nappe de Beauce a fixé les coefficients pour les nappes de Beauce centrale et blésoise.
Le 21 mars, à Chartres. Le président de l'association des Irrigants d'Eure-et-Loir, Marc Langé, a présidé une assemblée générale très dense.
La gestion de l'eau au centre des travaux de l'AG de l'AIEL
L'Association des irrigants d'Eure-et-Loir (AIEL) a tenu son assemblée générale mardi 21 mars à Chartres, sur la thématique de la…
Que serait la gastronomie régionale sans ses fromages ? Les cinq AOP caprines de la région étaient présentées : Selles-sur-Cher, Sainte-Maure-de-Touraine, Pouligny-Saint-Pierre, Crottin de Chavignol et Valençay.
La région Centre-Val de Loire s'impose au Sia
Cette année, la volonté de la Région est claire : s'imposer au Salon international de l'agriculture (Sia). Pour cela, elle a…
Publicité