Aller au contenu principal

Accueil
Des chambres d’hôtes en période de crise sanitaire

La crise sanitaire de la Covid-19 a fortement impacté l’activité des chambres d’hôtes de Laurence Benoit, exploitante agricole à Bazoches-lès-Bray. Elle témoigne.

Bazoches-lès-Bray, mardi 18 mai. Alors que le troisième confinement vient de s'achever, Laurence Benoit s'attend encore à une année difficile pour l'activité de ses chambres d'hôtes.
Bazoches-lès-Bray, mardi 18 mai. Alors que le troisième confinement vient de s'achever, Laurence Benoit s'attend encore à une année difficile pour l'activité de ses chambres d'hôtes.
© Laurence Goudet-Dupuis

Depuis trente ans, ­Laurence Benoit a développé une activité de chambres d’hôtes en parallèle de son exploitation de polyculture à Bazoches-lès-Bray. Outre une chambre familiale de quatre personnes, elle propose une seconde chambre avec un grand lit ou des lits jumeaux en rez-de-chaussée.

Alors que cette activité a été réduite à néant à compter du premier confinement, « dès le déconfinement annoncé et alors que la limite des déplacements était fixée à moins de cent kilomètres, un rayon qui inclut sa commune pour les Parisiens, le téléphone n’a pas arrêté pas de sonner. J’ai peut-être eu cinquante appels pour les premiers week-ends, raconte ­Laurence Benoit, qui a accueilli alors deux couples. La météo étant très agréable, j’ai même pu servir les petits-déjeuners dehors et chacun disposait d’un coin de jardin. Après avoir vécu dans des petits appartements, ils étaient ravis. Et en cas de chaleur, les chambres sont équipées de la climatisation, un atout ».

Mais la situation a radicalement changé quand la barrière des 100 km a sauté. « D’une part, les gens ressentaient le besoin de s’évader plus loin, et d’autre part, je ne propose pas assez de services. L’un de mes gros handicap est que je ne dispose pas de coin cuisine ».

Bref, en 2020, ses chambres d’hôtes, dites de la Ferme des deux pignons, n’ont pas fonctionné à plus de 50 % par rapport à une année normale.

En 2021, si janvier et février étaient toujours calmes, il y avait encore moins de visiteurs de passage avec le couvre-feu à 18 heures. « Les gîtes ou les chambres avec une cuisine s’en sortent globalement mieux. Surtout que dans le secteur il y avait peut de vente de plats à emporter », souligne l’exploitante, qui fonctionne avec des habitués souvent comme hôtellerie de proximité pour une clientèle qui vient voir de la famille, comme ce fut le cas à Noël.

Pour juin, Laurence Benoit a déjà des réservations d’Anglais qui viennent à la pêche à la carpe une semaine dans le secteur. Pourront-ils venir ? La question reste en suspens alors qu’une période d’isolement se met en place.

« J’ai mis une croix sur 2021. Mais je pense à mes collègues qui ont un emprunt, c’est plus compliqué. » Toutefois, cette période difficile n’a pas découragé ­Laurence Benoit qui, dans les années à venir, envisage de « redynamiser ses chambres d’hôtes et de repasser un agrément pour repas. Les rencontres sont enrichissantes et surtout je dispose de bâtiments inoccupés. Et pourquoi pas créer une pièce à vivre avec une cuisine pour proposer les chambres en gîte ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher
Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes…
Publicité