Aller au contenu principal

Édito
« En alimentaire, la transparence est indispensable ! »

Le géant de l’agroalimentaire Lactalis ne voulait plus de l’obligation d’indication de l’origine du lait, le Conseil d’État vient de lui donner raison. Une décision incompréhensible et allant à l’encontre de l’histoire pour la profession. Alexis Descamps, président de la section lait de la FNSEA CVL, partage son amertume et en appelle au gouvernement.

« Cette décision est une offense pour la profession mais aussi pour le consommateur. Comment peut-on admettre aujourd’hui que la transparence est illégale surtout quand il s’agit d’alimentation ?

Alors que les réglementations sont de plus en plus drastiques et que nos modèles de productions de plus en plus vertueux, la plus haute juridiction française vient censurer ce qui nous distingue de la concurrence internationale : l’origine française, gage de qualité.

Oui, ''Origine France'' est une valeur ajoutée. Le prix du lait français est justifié par le travail des éleveurs laitiers français, qui, en matière de bien-être animal, de production raisonnée ou encore de gestion responsable des exploitations, sont en avance sur le reste du monde.

La Cour européenne et le Conseil d’État disent que le décret de 2016 imposant l’étiquetage de l’origine du lait est illégal car il ne démontre aucun lien entre  "origine géographique et propriétés du lait" ; nous répondons qu’ils se trompent.

Que cette décision remet en cause toutes les ambitions sur la souveraineté alimentaire et la volonté de ne pas importer dans nos bols et assiettes, un beurre, un lait ou encore un yaourt qui ne répondent pas aux mêmes standards de qualité que chez nous.

Lactalis s’était pourtant engagé devant les éleveurs via le plan de filière à favoriser les produits français, notamment dans les actions de communication.

Je ne peux que déplorer la trahison et reconnaître le cynisme des industriels qui cherchent à amoindrir encore plus nos arguments et nos marges de négociations dans la vente du lait français.

Le Conseil d’État a cédé mais nos politiques doivent résister. La FNSEA CVL ne compte pas en rester là et appelle le gouvernement à soutenir la filière lait française en revenant sur cette décision quoi qu’il en coûte ! »

Les plus lus

De l'élevage à la boutique, une chèvrerie moderne qui facilite le travail
La chèvrerie Les Fromages de chèvre Moret, à Tancrou (Seine-et-Marne), est installée dans un bâtiment neuf en bois. Du bâtiment d…
Luc Lorin (archives)
Des rendements corrects en vue pour l'Eure-et-Loir cette année
Le concepteur de Visio-Crop, Luc Lorin, a fait tourner son modèle pour évaluer la future récolte de blé eurélienne.
Taurillons charolais
« Osons l’élevage » dans le Loiret : le projet est lancé
Plus de trente acteurs de l’agriculture du Loiret se fédèrent autour de la chambre d'Agriculture et de la coopérative Alysé pour…
Un concombre 100 % Loiret
La saison de production des concombres vient de démarrer. Jacky Chéron, maraîcher à Saint-Denis-en-Val (Loiret), nous parle de…
Un excellent bilan pour FarmViz après un an d'activité
La société FarmViz est spécialisée dans la gestion de la ventilation du stockage des grains. Un an après le début de ses…
« Opération Parcelles fleuries : nourrir, communiquer et embellir »
Président du canton de Lizy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne), Jean-Baptiste Benoist développe depuis 2017 une ­opération « Parcelles…
Publicité