Aller au contenu principal

Généralisation de la facture électronique

Les entreprises agricoles, comme toute autre entreprise, devront réaliser des factures électroniques à partir de 2026.

L’administration motive la réforme de la facturation par la prévention de la fraude et l’obtention de données sur les échanges économiques au fil de l’eau. Les coûts administratifs liés à la facturation et à la déclaration de TVA seront réduits.

Une facture électronique est une facture créée, émise, reçue sous forme électronique et également archivée sous forme électronique. Elle peut être signée au moyen d'une signature électronique pour s’exonérer de la PAF (Piste d’audit fiable). L’ensemble des assujettis à la TVA en France sont concernés.

Les factures sont actuellement transmises soit par courrier, soit en pièce jointe en PDF dans un mail, soit déposées sur un compte ou récupérables via un lien. Ces modes de transmission seront interdits dès le 1er juillet 2024 pour les très grandes entreprises, à partir du 1er janvier 2025 pour les entreprises de taille moyenne et au 1er janvier 2026 pour les très petites entreprises.

Pour recevoir ou envoyer une facture, il faudra obligatoirement recourir à une plateforme de dématérialisation privée ou publique (type Chorus-pro).

La plateforme aura pour fonction de contrôler la validité fiscale des factures, d’extraire certaines informations (dont la TVA), d’identifier la plateforme à laquelle est associé le destinataire. La facture validée sera ainsi transférée à la plateforme ciblée qui mettra la facture à disposition du destinataire. Les entreprises devront veiller à renseigner l’état de la facture sur la plateforme (refusée/acceptée/payée/encaissée).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
De g. à d.	: Samuel Vandaele, Olivier Barnay, Christophe Hillairet, Marc Guillaume et Guillaume Lefort.
Les chambres d'Agriculture engagent un rapport de force avec l'État
La session d'automne de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France s'est tenue le 29 novembre à Paris sur fond de tensions…
Lundi 28 novembre, à Chartres. Le président de la chambre d'Agriculture des Deux-Sèvres, Jean-Marc Renaudeau, a été invité en session pour expliquer ce qui se passe autour des projets de retenues de substitution.
Le débat autour des bassines dans les Deux-Sèvres s'invite en session Chambre d'Eure-et-Loir
L'ultime session de l'année des membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir se déroule le 28 novembre sous la houlette de…
Publicité