Aller au contenu principal

Heure par heure, les temps forts de la mobilisation en Île-de-France

Du 22 janvier, date d'un conseil d'administration exceptionnel de la FDSEA et de JA Île-de-France, au 2 février, levée des points de blocage, la mobilisation a gagné en vigueur jusqu'à l’obtention d'une partie des revendications.

22 janvier, 18 heures, Le Chesnay (Yvelines)

Un conseil d'administration exceptionnel est tenu par la FDSEA et les JA Île-de-France, avec pour seul sujet à l'ordre du jour : la mobilisation dans le contexte des manifestations agricoles françaises et européennes. Des actions au niveau des syndicats locaux sont décidées.

Conseil d'administration exceptionnel FDSEA/JA Île-de-France au Chesnay (Yvelines) lundi 22 janvier.


24 janvier, 6 heures , Villiers-le Sec (Val-d'Oise)

Début des actions « coups de poing » menées par les syndicats locaux. À 6 heures, le syndicat du Pays de France affiche des banderoles le long des routes et déverse de la paille sur les radars de la Croix Verte et Luzarches. À 8 h 30, c'est le syndicat de Houdan qui prend le relais, en neutralisant deux radars à la Queue-Lez-Yvelines et à Maulette.

Le 25 janvier, à 6 heures, dans les Yvelines, le syndicat de Montfort mène une opération escargot entre Montfort-l’Amaury et le triangle de Rocquencourt (A13), et neutralise un radar à Bailly. À 10 heures, les syndicats de Hurepoix-Étampois, Beauce-Gâtinais, Corbeil organisent une opération barrage filtrant sur la RN20. L'après-midi, les syndicats de Mantes et Meulan déploient une banderole sur un pont au-dessus de l'A13. À la même heure, le syndicat de Maule manifeste devant l' Office français de la biodiversité (OFB) à Aulnay-sur-Mauldre. Le syndicat du Vexin, quant à lui, affiche des messages de protestation et allume des « feux de la colère » sur la voie agricole de Vigny. Le lendemain, vendredi 26 janvier à 6 heures, le syndicat de Saint-Arnoult bloque le pont de la D128 à Orsay.

Action du syndicat du Vexin à Vigny (Val-d'Oise) jeudi 25 janvier.

26 janvier : 14 heures, blocus de Paris

Les tracteurs convergent vers cinq points de blocages, au niveau des autoroutes (A6 Villabé, A10 péage de Saint-Arnoult, A13 péage de Buchelay, RN14 La Villeneuve-Saint-Martin, A16 Croix verte). Gérard Larcher, président du Sénat, Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, viennent sur les points de blocage pour exprimer leur soutien au mouvement, tout comme de nombreux élus. À 18 heures, le Premier ministre Gabriel Attal fait une série d'annonces qui ne convainc pas les représentants syndicaux de stopper le mouvement.


29 janvier : début du siège de la capitale

La FDSEA et les JA Grand bassin parisien lancent un appel pour assiéger Paris en bloquant huit axes autoroutiers (A1, A4, A5, A6, A10, A13, A15, A16). Ils sont rejoints par les agriculteurs des départements voisins (Oise, Eure-et-Loir, Loiret) et même de la France entière (Meuse, Dordogne, Nord, etc.). Ils érigent des « bases de vie » et mettent en place des roulements pour tenir, jour et nuit.


30 janvier, avancées vers Paris

Sur l'A6, l'A10 et l'A13, les tracteurs progressent de plusieurs kilomètres vers la capitale. Une manière d'accentuer la pression sur les négociations et de montrer la détermination des agriculteurs.

Sur l'A10, des manifestants déterminés avancent vers Paris. Ils sont bloqués par les forces de l'ordre au niveau de Janvry.

2 février, levée des points de blocage

La veille, le Premier ministre avait effectué de nouvelles annonces, accédant à une partie des demandes exprimées. Lors d'une conférence de presse, les présidents de la FNSEA et des JA avaient annoncé la levée progressive des barrages sous condition d’engagements écrits. Rendez-vous est donné au Salon de l'agriculture pour constater si les paroles ont bien été suivies d'actes.

Jeudi 1er février, sur le point de blocage de l’A6. Arnaud Rousseau, président de la FNSEA, revient sur les réponses apportées aux revendications.

Voir également notre article Retour sur les points de blocage en Île-de-France ouest

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité