Aller au contenu principal

Élevage
La chambre d’Agriculture d'Île-de-France reçoit ses homologues corses

La chambre d’Agriculture de région Île-de-France a reçu ses homologues corses afin de partager, notamment, sur ses expérimentations en matière d'équipements innovants en élevage.

Mercredi 26 avril, à Saint-Martin-de-Bréthencourt (Yvelines). La chambre d’Agriculture de région Île-de-France a reçu une délégation des chambres d'Agriculture de Haute-Corse et de Corse-du-Sud.
Mercredi 26 avril, à Saint-Martin-de-Bréthencourt (Yvelines). La chambre d’Agriculture de région Île-de-France a reçu une délégation des chambres d'Agriculture de Haute-Corse et de Corse-du-Sud.
© M.G. - Horizons

Entre l'agriculture francilienne et l'agriculture corse, à priori il y a peu de points communs. À moins que les expérimentations de la première puissent être utiles à la seconde. Mercredi 26 avril, la chambre d’Agriculture de région Île-de-France, représentée par son président, Christophe Hillairet, a reçu une délégation des chambres d'Agriculture de Haute-Corse, représentée par la directrice générale Hélène Beretti, et de Corse-du-Sud, représentée par le président, Stéphane Paquet, le vice-président, Pierre Arrighi, et le directeur adjoint, François Tramon.

Après une matinée d'échanges en salle à Paris, la délégation s'est rendue à Saint-Martin-de-Bréthencourt (Yvelines), chez Germain et Florentin Genty à la Ferme de Brandelles. Les deux frères, éleveurs de vaches et de moutons, testent depuis plus d'un an, en lien avec la chambre d’Agriculture, plusieurs innovations dont les colliers Medria qui évaluent le bien-être animal et les clôtures virtuelles NoFence. C'est ce dernier équipement qui intéressait principalement la délégation corse.

« Les bovins sont équipés d'un collier dont les émetteurs sont reliés à une application téléphone ou tablette. L'éleveur définit à distance ses clôtures. Les colliers avertissent les animaux des limites de clôture d'abord par un signal sonore puis avec une impulsion électrique si l'animal ne change pas de direction. Ici, les bovins se sont adaptés en trois jours, sourit l'éleveur, Germain Genty. Sur ce dispositif, le test est vraiment concluant. L'équipement est performant et fonctionnel. On avait dix colliers jusqu'à maintenant et on étend le dispositif en s'équipant de trente colliers ».

À ses côtés, Christophe Hillairet a souligné la pertinence de ces expérimentations à taille réelle : « Il y a un véritable intérêt pour valoriser au pâturage des surfaces qui ne pouvaient pas l'être jusqu'à présent, ou déplacer facilement et rapidement un troupeau quand les prairies permanentes sèchent en raison des conditions climatiques par exemple, et ainsi limiter l'apport en fourrage. On peut imaginer demain emmener les moutons dans une parcelle de sorgho ou de colza dont on a observé que le pâturage à une certaine période de l'année rendait la culture plus vigoureuse ».

Les conseillers élevage de la Chambre ont également souligné le gain de temps quant à l'installation et à l'entretien des clôtures physiques. Autre atout important, c'est par ces innovations technologiques que les métiers de l'agriculture, et notamment ceux de l'élevage, pourraient attirer de nouvelles vocations chez les jeunes.

Attentifs à l'ensemble des arguments, les représentants corses envisagent de tester les clôtures NoFence dont les avantages seraient multiples sur un territoire montagneux au relief escarpé où l'installation et l'entretien des clôtures est une vraie charge. Quatre types d'élevages pourraient en bénéficier : ovins, bovins, caprins et porcins.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité